Vidéos à la une
Le ministère de l'Économie a annoncé lundi matin la création de 700 emplois, depuis cet été, dans la filière de bus, qui a été libéralisée avec la loi Macron. Les bus desservent actuellement 75 villes françaises, mais ce sera 200 d'ici un an. "Pour un aller-retour Eurostar, si vous avez de la chance, comptez pour 100 euros. Là même au dernier moment vous en avez pour 40 euros l'aller-retour", a expliqué l'un des clients.
Vidéos à la une
Le ministre de l'Economie s'est rendu ce vendredi matin à la gare routière de Paris-Gallieni pour faire la promotion de la libéralisation des autocars en France, l'une des mesures phares de la loi Macron. "On avait peur que cette nouvelle forme de mobilité vienne cannibaliser le rail. Mais c'est faux, c'est complémentaire", a estimé Emmanuel Macron. Il en a également profité pour évoquer les bienfaits sur l'économie. "On va créer plusieurs milliers d'emplois de conducteurs et d'agents de ces compagnies. A cela, vous ajoutez les services d'entretien, ceux qui seront embauchés dans les gares routières et chez les constructeurs", a indiqué le ministre.
Publicité