Vidéos A la une
Le drapeau letton sur un véhicule de l'armée américaine, le symbole est fort. Washington réalise actuellement un exercice militaire dans ce petit pays balte. A peine deux millions d'habitants mais une fronitère avec le géant russe. Après l'annexion de la Crimée, l'ancienne République soviétique craint une invasion de Moscou:http://www.letemps.ch/monde/2015/03/31/lettonie-surveille-voisin-russe-s... et est devenue un enjeu entre Américains et Russes. En visite en Finlande, le ministre des affaires étrangères russes voit d'un très mauvais oeil ces exercices. D'autant que la Finlande accueille actuellement des manoeuvres de l'OTAN. Alors, Serguei Lavrov n'y va pas par quatre chemins. 'Ici, nous invoquons le droit souverain de la Russie à assurer sa sécurité avec des mesures adéquates aux risques actuels.' Quelles mesures ? Le gouvernement russe ne le précise pas. Mais à plus de 2000 kilomètres au sud, à Rostov-sur-le-Don, il est en train de construire une nouvelle base militaire, à côté de la frontière ukrainienne. Décidément, il flotte dans l'air comme un parfum de guerre froide.
Vidéos A la une
Il s'agit d'une mesure temporaire selon Washington qui comprend des véhicules de combats et des équipements associés. Une première depuis la chute du Mur de Berlin en 1989. L'Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie et la Pologne sont concernées au moment où ces pays sont de plus en plus inquiets depuis l'annexion de la Crimée et les combats en Ukraine. 'Malheureusement, nous avons passé beaucoup de temps à évoquer les récentes tentatives de la Russie de revenir en arrière, surtout ici dans la région de la Baltique', explique Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense. Le ministre estonien de la Défense tient néanmoins à rassurer : 'nous ne parlons pas d'entrer dans un nouveau type de guerre froide et de course aux armements, nous ne cherchons pas collectivement à répondre à Poutine, je veux dire, tank pour tank, hélicoptère pour hélicoptère ici dans la Baltique'. C'est pourtant un bras-de-fer. Ce projet américain a déjà provoqué la colère de Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé en réponse le renforcement de son arsenal nucléaire avec 40 nouveaux missiles intercontinentaux d'ici la fin 2015. Le "plus grand renforcement" de l'OTAN depuis la guerre froide http://t.co/sPNo56SnM0- La Presse (@LP_LaPresse) 17 Juin 2015
Vidéos A la une
Impossible d'éluder le conflit ukrainien au sommet de Riga. Alors que l'Union européenne se réunit avec six pays de l'ex-URSS dans le cadre du Partenariat oriental, le président ukrainien Petro Porochenko a certifié que les deux Russes arrêtés dans l'Est de l'Ukraine étaient bien des soldats. ' Nous avons la preuve incontestable de la présence de l'armée russe, des troupes régulières, a-t-il annoncé à son arrivée. Aujourd'hui, l'OSCE et la Croix-Rouge internationale ont fait une déclaration officielle selon laquelle les soldats que nous avons hospitalisés et qui reçoivent un traitement correct sont d'authentiques soldats de l'armée russe. ' Voilà qui ne risque pas d'alléger le climat à Riga alors que l'Arménie et le Bélarus refusent une déclaration finale qui condamnerait l'annexion de la Crimée par la Russie et que d'autres comme l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie demandent à ce que leur vocation à rejoindre un jour l'UE soient reconnue. ' Je ne pense pas qu'aucun pays ait à choisir entre l'Union européenne et la Russie, a prudemment expliqué la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt. Ce sommet montre bien notre engagement envers le Partenariat oriental et montre bien que chaque pays est souverain et a le droit de faire ses propres choix. ' Côté russe, on est nettement moins diplomate. L'ambassadeur auprès de l'Union européenne, Vladimir Chizhov, a martelé au micro d'euronews la ligne de Moscou selon laquelle ce sommet est un événement anti-russe. ' Certains Etats membres de l'Union européenne ne voient pas le Partenariat oriental comme un instrument pour amener les pays ciblés à rejoindre l'Union européenne. Ils le voient plutôt comme un instrument pour éloigner ces pays de la Russie ', a-t-il martelé. La question de la dette grecque s'est aussi invitée au sommet. Le Premier ministre Alexis Tsipras doit rencontrer Angela Merkel et François Hollande en marge de la réunion officielle.
Vidéos A la une
RIGA - 21 MAI 2015 - Et si la solution à la crise de la dette grecque se trouvait du côté de la Lettonie ? Présent à Riga à l'occasion d'un sommet réunissant l'Union européenne et plusieurs pays d'Europe de l'Est, François Hollande a confirmé la tenue ce jeudi soir d'une discussion trilatérale en présence de la chancelière allemande Angela Merkel et du Premier ministre grec, Alexis Tsipras. En attendant, Athènes et ses créanciers peinent à trouver un accord sur les réformes à engager, en échange du versement d'un prêt de plus de 7 milliards d'euros d'ici la fin mai.
Vidéos A la une
Cette marche annuelle commémore le 16 mars 1944 lorsque la Légion lettonne sous direction des Nazis avait livré bataille en Biélorussie à l'Armée rouge. Une bataille perdue qui avait entraîné l'occupation de la Lettonie par l'Union soviétique pendant près d'un demi-siècle. Un défilé qui intervient le climat de craintes suscitées par le rôle de la Russie dans le conflit ukrainien. 'Je n'avais jamais vu autant de policiers. Mais je suis heureuse, ils sont bien habillés, on voit que l'État se soucie de nous. Notre ennemi a peur, car nous n'avons pas peur', affirme cette femme qui a participé à la marche. Comme chaque année, ce rassemblement a été condamné par Moscou et par les organisations juives qui ont dénoncé 'une glorification du nazisme'. Une quarantaine de personnes se disant 'militants antifascistes' ont manifesté après le défilé, 'désinfectant' à l'aide de balais le Monument à la Liberté selon nos confrères de l'AFP présents sur place.
Vidéos A la une
Des soldats de l'armée américaine ont commencé à arriver ce lundi à Riga en Lettonie. Ils doivent participer pendant trois mois à une mission d'entraînement de l'Otan, destinée à rassurer les pays baltes face à la Russie. Au total, 3.000 hommes vont être déployés dans la région, avec des dizaines de chars ou autres véhicules militaires, transportés par bateau. ''En tant que pays d'accueil, nous participons au déchargement des véhicules et à leur acheminement en Lettonie et dans les pays baltes. C'est tout à fait crucial. Cela nous permet d'être prêt en cas de mise en oeuvre de l'article 5 du traité de l'Otan'', souligne Raimonds V jonis, le ministre letton de la Défense. Depuis la crise ukrainienne, et l'annexion de la Crimée par la Russie, les pays baltes craignent pour leur sécurité, d'où cette mission de dissuasion de l'Otan. Pendant ce temps, à environ 2.500 kilomètres au sud de Riga, des soldats russes ont participé, eux aussi, à des exercices militaires dans les montagnes d'Ossétie-du-Nord. Parmi eux figurent 150 anciens soldats ukrainiens, des hommes basés en Crimée qui ont choisi de rejoindre l'armée russe après l'annexion de la péninsule.
Vidéos A la une
Dans ce nouvel épisode de Business Planet : direction Riga, la capitale de la Lettonie, où la révolution numérique bat son plein. Et ce n'est donc pas par hasard si, on trouve, ici, beaucoup de PME qui ont su innover dans ce domaine, pour être capables de proposer leur savoir-faire aux quatre coins de la planète, à l'image d'==Infogr.am==. Une idée simple et efficace : permettre aux internautes de créer leurs infographies à partir de leurs propres données. Le service de base est gratuit. Des options payantes s'adressent aux professionnels. Cette startup a été créée, il y a trois ans par trois personnes. Elle compte aujourd'hui 35 employés de 12 nationalités, ici, à Riga. Elle possède un bureau avec deux salariés à San Francisco, et vient de racheter un site web au Brésil. Uldis Leiterts, co-fondateur de Infogr.am : 'Nous avons été les premiers au monde à proposer un service de données infographiques à réaliser soi-même. Actuellement, nous avons 2 millions de clients à travers le monde. Et notre marché potentiel s'élève à 100 millions de clients pour les 10 ans à venir.' Poursuivre son internationalisation en développant de nouvelles langues sur sa plate-forme : c'est l'objectif d'Infogr.am, qui a également su lever les fonds nécessaires. Pour son lancement, elle a ainsi décroché 1,5 million d'euros via deux fonds de capital risque - l'un allemand et l'autre britannique. Uldis Leiterts, co-fondateur de Infogr.am : 'Ce qui compte plus encore que de lever des fonds via des investisseurs, c'est le réseau et les connaissances que ces investisseurs peuvent vous apporter. C'est grâce à leurs contacts que nous avons pu recruter notre équipe dirigeante parmi des anciens de Google et d'autres sociétés internationales. ' Comment mieux aborder cette révolution numérique en tant qu'entrepreneur ? Quelles sont les clés du succès dans le domaine du digital ? Voici quelques éléments de réponse. Faire face à la révolution numérique : c'est évidemment l'un des grands challenges des PME européennes, surtout lorsque l'on sait que le potentiel du numérique européen se chiffre à des dizaines de milliards d'euros de croissance supplémentaire. Encore faut-il être capable de mettre toutes les chances de son côté. D'où ces précieux conseils de Reinis Zitmanis,==Champion de Lettonie du Numérique== : 'Il faut choisir un marché suffisamment important, mais ciblé. Le projet doit être très spécifique. Avoir une vraie plus-value et offrir une bonne interface-client. Et, troisième élément : le concept doit être nouveau et n'avoir jamais été proposé par le passé. Si ces 3 éléments sont réunis, le marché européen et international s'ouvre à vous !' Alors, si vous décidez de créer une entreprise avec une activité purement numérique, ou si vous transformez l'activité traditionnelle de votre PME, ayez bien à l'esprit qu'il existe aussi des règles de base dans la mise en place de l'organisation de votre entreprise. Reinis Zitmanis, Champion de Lettonie du Numérique : 'Première chose à savoir : le management ne sera peut-être plus aussi vertical - hiérarchique - qu'avant. Le travail en équipe devient alors prépondérant, il faut davantage écouter ses collaborateurs et garder l'esprit ouvert. Ensuite, il faut inviter, dans vos équipes, des gens créatifs et qui ont des compétences numériques. Enfin, il faut être à l'écoute de vos clients.' Uldis Leiterts, co-fondateur de Infogr.am : 'Pour moi, la clé du succès, c'est d'avoir une vision globale. Et dans ce cas, vous pourrez lancer et gérer une entreprise depuis n'importe quel endroit en Europe.'
Vidéos A la une
Le monument de la Liberté trône en plein centre de Riga, la capitale lettone. Un symbole de 42 mètres de haut pour rappeler à la population l'indépendance durement gagnée. Car successivement, les Lettons ont été occupés par les Allemands puis les Russes, leur grand voisin de l'Est. Un passé qui fait écho à la situation actuelle qui oppose l'Ukraine à la Russie. En Lettonie, le conflit ukrainien alimente les conversations et chacun se sent concerné. ' Ici les gens parlent d'une sorte de conflit ou je ne sais quoi mais non, c'est une guerre avec la Russie. La Russie est l'agresseur. Je pense que sans nouvelles sanctions, rien ne changera. La Russie ne veut pas dialoguer ', nous dit un homme. Mais la Lettonie compte aussi une forte minorité russe, environ 30%. Et pour cette partie de la population, les sanctions contre la Russie sont inutiles. ' D'autres pays européens pourraient infliger des sanctions à la Russie mais pas la Lettonie car la Lettonie est voisine de la Russie et ce serait mauvais du point de vue économique. ' La Lettonie fait partie des pays les plus affectés par l'embargo russe, en réponse aux sanctions européennes. Cette situation a déjà fait perdre 52 millions d'euros à la Lettonie avec la baisse des exportations alimentaires. Dans les allées du marché couvert, l'un des plus grands d'Europe, les producteurs font les frais de l'embargo russe, imposé depuis l'été dernier. La Russie a gelé les importations de volaille et de fruits et légumes. Mais le secteur du lait est sans conteste le plus touché, comme le confirme ce producteur laitier : ' En Lettonie, on est conscient du prix de la liberté et on est prêt à se montrer solidaires avec d'autres pays européens. On a beaucoup de clients en Russie mais ça ne nous affectera pas tant que ça. Les fermiers trouveront d'autres marchés, on a déjà signé des contrats avec la Chine. ' Suite à l'embargo russe, le prix du lait a plongé de près de 30% en Lettonie. La Commission européenne s'est engagée à verser 7,7 millions d'euros aux producteurs laitiers du pays pour compenser les pertes. Insuffisant déplore le secteur car selon ses estimations, il faudra encore six mois pour trouver de nouveaux marchés. euronews : ' Les sanctions ciblées de l'Europe visent 132 personnes et 28 entités russes ou prorusses impliquées d'une manière ou d'une autre dans le conflit ukrainien. La semaine dernière, les ministres des Affaires étrangères ont décidé de prolonger jusqu'en septembre cette liste noire et de nouveaux noms y seront ajoutés. Nicu Popescu, vous êtes analyste au EU Institute for security studies, est-ce que ces sanctions marchent ? Pourquoi prolonger ces mesures si elles n'ont pas stoppé l'escalade de violence dans l'Est de l'Ukraine ? ' Nicu Popescu : ' La version courte est oui, les sanctions marchent. Si vous voulez des résultats rapides dans un tel conflit, alors il faut choisir l'option militaire. C'est ce que la Russie a fait en Crimée et dans l'Est de l'Ukraine. Mais l'Union européenne n'est pas là pour agir militairement, l'Union européenne peut agir avec des moyens économiques, et c'est à cela que servent les sanctions. Introduire des sanctions, c'est en quelque sorte faire passer la confrontation du Blietzkrieg au marathon. Et évidemment, si vous voulez mesurer la vitesse et la résilience d'un marathonien, vous ne mesurez pas ses deux ou trois premiers kilomètres. ' euronews : ' Quelles preuves avons-nous que les sanctions fonctionnement ? ' Nicu Popescu : ' La Russie mène une intervention relativement limitée. Elle n'a pas mené d'invasion ouverte comme elle l'a fait en Géorgie en 2008. La Russie essaie encore d'agir sous le radar dans un déni plausible, elle essaie de cacher son action ce qui limite évidemment l'efficacité des actions russes, et cela est partiellement dû au fait que contrairement à il y a un an, la Russie doit tenir compte d'éventuelles réponses de l'Union européenne et des Etats-Unis. ' euronews : ' Les Etats-Unis envisagent toute une série d'options y compris fournir des armes à l'Ukraine. Est-ce le début d'une nouvelle guerre froide ? ' Nicu Popescu : ' Il y a une guerre en Ukraine, des gens meurent chaque jour, et c'est cela qu'il faut stopper. Probablement que l'objectif principal de ce type d'assistance serait non pas d'armer l'Ukraine pour qu'elle récupère le territoire perdu, mais de geler la ligne de front actuelle, de donner aux Ukrainiens la possibilité de prévenir l'extension territoriale de la zone séparatiste. Peut-être que dans un tel cas, de bonnes défenses pourraient améliorer le voisinage entre la Russie, l'Ukraine et la zone séparatiste. '
Vidéos A la une
Après les ministres de l'Intérieur, c'est au tour des ministres de la Justice de se retrouver, ce vendredi, à Riga la capitale lettone, dans le cadre de la lutte anti-terrorisme dans l'Union européenne. Selon notre envoyé spécial, Hugues Beaudouin, il s'agira de "trouver un équilibre entre sécurité et liberté".
Vidéos A la une
C'est un véritable plan de bataille qui est en train de prendre forme à Riga. Réunis dans la capitale lettone, les ministres européens des Affaires intérieures vont faire le tour des mesures envisagées pour contrer le terrorisme et la propagande djihadiste. ' Nous voulons améliorer la sécurité aux frontières extérieures de l'espace Schengen, explique le ministre allemand Thomas de Maizière. Nous voulons améliorer les échanges d'informations via Europol et nous faisons pression pour que soit appliqué l'accord sur l'échange des données des passagers aériens. ' L'autre front, c'est internet, vecteur du recrutement des djihadistes. Pour le coordinateur européen de la lutte anti-terroriste Gilles de Kerchove, il faut aider l'industrie du Net à filtrer les contenus propagandistes : ' La compagnie qui exploite Twitter n'est pas capable de détecter les contenus illégaux tant le volume est important. Et donc, nous avons besoin d'aider ces compagnies d'une certaine manière. Ce que les Britaniques ont fait, avec une unité au sein de Scotland Yard qui signale à Google, qui signale à Facebook les contenus que eux estiment en contradiction avec les chartes d'utilisation de ces compagnies-mêmes, c'est un peu une manière de les aider à faire le nettoyage chez eux. ' Notre envoyée spéciale à Riga, Margherita Sforza, de conclure : ' Après les opérations de police en France, Belgique et Allemagne, il est temps pour les forces de police européennes d'optimiser leur capacité à coopérer. Les ministres des Affaires intérieures préparent le terrain pour les chefs d'Etat et de gouvernement qui consacreront un sommet à la lutte contre le terrorisme le 12 février. '
Vidéos Argent/Bourse
Ce petit état balte a adopté la monnaie commune mercredi à minuit dans l'allégresse générale. Il rejoint ainsi la Lettonie et l'Estonie. "Un vrai changement dans le fonctionnement de la gouvernance de la BCE" pour l'économiste Valérie Plagnol.
Vidéos A la une
'Ida', le film du réalisateur polonais Pawel Pawlikowski, a été désigné meilleur film européen de l'année lors de la 27ème cérémonie de remise des prix du cinéma européen qui avait avait lieu à Riga, en Lettonie, ce samedi soir. Le film se passe dans la Pologne communiste des années 60, où une jeune femme se destine à entrer dans les ordres mais découvre qu'elle est juive et affronte les souvenirs de l'Holocauste. En plus du meilleur film, 'Ida' a reçu aussi quatre autres récompenses dont le prix du meilleur réalisateur européen et le prix du public. 'Heureux. Cinq prix, c'est fantastique, je ne m'y attendais pas' dit le réalisateur. 'C'était un film courageux, difficile, en noir et blanc avec la caméra immobile et des acteurs inconnus hors de la Pologne. C'est fantastique qu'un film qui ne semblait pas prometteur puisse faire si bien.' L'Académie du film européen a par ailleurs décerné le prix de la meilleure actrice à Marion Cotillard, pour son interprétation dans le film des frères Dardenne, 'Deux jours une nuit', et celui du meilleur acteur à Timothy Spall pour son rôle dans 'Mr Turner' de Mike Leigh. ''Travailler avec Mike est toujours une sorte de défi' explique Timothy Spall, un défi dans le bon sens du terme, parce qu'il vous demande de participer à la création du personnage.' Notre correspondante Efi Koutsokosta était à Riga pour suivre la cérémonie. 'En dehors des créateurs contemporains, deux autres personnes furent récompensées à l'Opéra Nationale de Lettonie : Agnes Vadra en tant que représentante du mouvement de la Nouvelle Vague et Steeve Mcqueen pour sa contribution au Cinéma.'
Vidéos A la une
Selon les résultats provisoire du scutin législatif qui s'est tenu ce samedi, Unité, le principal parti de la coalition, arrive en deuxième position mais sera en mesure de former un nouveau gouvernement. La Première ministre sortante Laimdota Straujuma explique que 'la coalition pourrait rester la même' et que des négociations vont avoir lieu avec les partis partenaires. C'est pourtant Harmonie, le parti pro-Poutine de Nils Ushakov, le maire de Riga, qui semble sortir en tête du scrutin avec un peu plus de 23% des voix mais qui restera dans l'opposition dans ce pays à la très importante minorité russophone.
Vidéos A la une
Les Lettons renouvellent leur Parlement. Et sauf coup de théâtre, la coalition sortante de centre-droit de la Première ministre Laimdota Straujuma devrait être maintenue au pouvoir. 'Il est important pour la sécurité du pays que le parti Harmonie ne reçoive pas trop de voix', a déclaré la dirigeante après avoir voté. Harmonie est le parti de l'importante minorité russophone de la Lettonie. Il est dirigé par le maire de Riga Nils Ushakovs, qui s'est déclaré être un fan du président russe Vladimir Poutine. Selon des sondages, son parti devrait arriver en tête avec 24 % des voix. La coalition sortante, elle, était créditée d'environ 32 % des intentions de vote. La campagne électorale a été dominée par les relations entre la Lettonie et la Russie sur fond de crise ukrainienne. Les pays Baltes soupçonnent le Kremlin de vouloir rétablir son autorité dans la zone de l'ex-URSS et craignent la déstabilisation de leurs États. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Les Lettons renouvellent leur Parlement. Et sauf coup de théâtre, la coalition sortante de centre-droit de la Première ministre Laimdota Straujuma devrait être maintenue au pouvoir. 'Il est important pour la sécurité du pays que le parti Harmonie ne reçoive pas trop de voix', a déclaré la dirigeante après avoir voté. Harmonie est le parti de l'importante minorité russophone de la Lettonie. Il est dirigé par le maire de Riga Nils Ushakovs, qui s'est déclaré être un fan du président russe Vladimir Poutine. Selon des sondages, son parti devrait arriver en tête avec 24 % des voix. La coalition sortante, elle, était créditée d'environ 32 % des intentions de vote. La campagne électorale a été dominée par les relations entre la Lettonie et la Russie sur fond de crise ukrainienne. Les pays Baltes soupçonnent le Kremlin de vouloir rétablir son autorité dans la zone de l'ex-URSS et craignent la déstabilisation de leurs États. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Des Ukrainiens et des ressortissants baltes se sont réunis samedi place de l'Europe à Kiev, pour célébrer le 25ème anniversaire de la Voie balte, lorsque deux millions de Lituaniens, de Lettons et d'Estoniens avaient formé une chaîne humaine pour protester contre la domination soviétique. Aujourd'hui, les Baltes sont venus soutenir leurs frères ukrainiens en cette période de crise. 'Aujourd'hui, l'Ukraine se bat pour la liberté et l'unité du pays, donc nous les états baltes, sommes avec l'Ukraine. Les Ukrainiens étaient avec nous en 89 et toutes ces années, donc nous sommes une seule et même grande chaîne' affirme l'ambassadrice de Lettonie en Ukraine. Une cérémonie officielle en présence des chefs de gouvernement des trois états baltes s'est déroulée à la bibliothèque de Riga, la capitale lettone. Plusieurs manifestations étaient prévues ce week-end dans les trois pays. Le 23 août 1989, plus d'un quart de la population des trois pays s'était donné la main sur 600 kilomètres, dans un geste inédit de solidarité et de paix. La chaîne humaine fut un moment décisif sur la voie de l'indépendance, acquise en 1991 par les pays baltes.
Vidéos A la une
La crise ukrainienne a des répercussions en Europe centrale et orientale, tout particulièrement dans les pays baltes, qui étaient sous domination soviétique jusqu'en 1991. Aujourd'hui, ces pays...
Vidéos A la une
Riga capitale culturelle européenne 2014, c‘était hier soir, la fête en Lettonie. Le petit pays balte partage cet honneur avec la ville de Umea, en Suède. 15 000 habitants de Riga ont fait...
Vidéos Argent/Bourse
Le 3 janvier, Olivier Berruyer est intervenu sur le travail du dimanche, la Lettonie, l'Europe dans Les experts présentés par Nicolas Doze, sur BFM Business. BFMBusiness, première chaîne...
Vidéos A la une
En Lettonie ce matin, la sortie au supermarché avait un air de rentrée des classes. Ce n’est pas au nouveau professeur qu’il faudra s’habituer, mais à la nouvelle monnaie. Désormais les...
Vidéos A la une
2014 est placée sous le signe de la monnaie européenne à Riga. Dix ans après avoir rejoint l’UE, le pays balte s’ancre encore un peu plus même si cette entrée se fait sans...
Vidéos A la une
C’est en toute discrétion que les euros en espèces ont été livrés aux commerçants de Riga ces derniers jours. Mais c’est aussi dans une grande indifférence des Lettoniens que la nouvelle...
Vidéos A la une
Dès ce soir à minuit, le lats, la devise du pays depuis bientôt un siècle , disparaîtra progressivement au profit de la monnaie unique. A Riga, les commerçants ont déjà affiché les...
Vidéos A la une
La Lettonie s’apprête à faire son entrée dans la zone euro. Le 1er janvier, le lats, la devise du pays depuis bientôt un siècle, disparaîtra au profit de la monnaie unique européenne. A...
Vidéos A la une
Il a choqué la Lettonie avec ses propos. Le directeur des supermachés Maxima en Lettonie a été licencié. Ce jeudi, il déclarait à la presse: “Je ne vois aucune raison de...
Vidéos A la une
La catastrophe de Riga dans tous les esprits ce dimanche en Lettonie, jour de la fête des morts. Alors que le pays observe un deuil national de trois jours, les fouilles ont repris sur le site du...
Vidéos A la une
En Lettonie, une troisième portion de toit du supermarché Maxima en banlieue de Riga s’est effondrée. Elle s’est écroulée alors que les pompiers étaient au travail, à la recherche...
Vidéos A la une
En Lettonie, le toit d’un centre commercial s’est ecroulé faisant au moins huit morts et 36 blessés. Plusieurs dizaines de personnes seraient encore piégées sous les décombres. Parmi les...
Vidéos A la une
En Lettonie, le toit d’un centre commercial s’est ecroulé faisant au moins huit morts et 36 blessés. Plusieurs dizaines de personnes seraient encore piégées sous les décombres. Parmi les...
Vidéos A la une
Plus l’ombre d’un doute. La Lettonie deviendra bien en janvier prochain le 18ème pays de la zone euro. Les ministres européens des Finances ont donné l’ultime feu vert. Et Bruxelles a salué au passage les immenses efforts déployés par le pays pour remonter la pente après la crise de 2008. “ La...

Pages

Publicité