Avec l'allongement des durées de cotisations et des départs qui s'échelonnent entre cinquante-six et soixante-cinq ans. La retraite, en France, arrive souvent trop tôt ou tard... Qu'en est-il chez nos voisins européens ?

Les retraites en France et dans l'Union

Dix ans séparent l'âge du départ à la retraite en Italie (cinquante-sept ans) de celui du Danemark (soixante-sept ans). Et le vieillissement de la population européenne inquiète quant à ses répercussions sur le financement des retraites. Si l'Union partage les mêmes objectifs d'insertion et de protection sociale, chaque pays est souverain dans le choix de ses armes. Chaque état membre développe donc selon ses spécificités une stratégie nationale propre.

Néanmoins, la tendance est à l'élévation progressive de l'âge légal de la retraite jusqu'à soixante-cinq ans et même soixante-sept ans (Danemark, Islande). D'autres solutions se profilent également comme la constitution de fonds de réserve et l'introduction de compléments de retraite par capitalisation.

Quelques constats chiffrés

L'âge moyen de la cessation d'activité est, à peu de chose près, le même en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, respectivement 61,3 ans, 61,1 ans et 62,1ans. Un écart notable de quatre ans sépare les Suédois qui semblent travailler plus tard, 62,8 ans, que les Français, 58,9 ans (chiffre 2004, source Eurostat).

Publicité
Sur le podium des revenus de retraite, c'est l'Italie qui est sur la première marche avec un revenu moyen à la retraite égal à 95 % de celui des actifs. La France se place honorablement sur la deuxième avec un revenu moyen par ménage de plus de 65 ans de 17 434 euros/an, soit 90 % de celui des ménages actifs. En queue du peloton, le Royaume-Uni et la Suède (chiffre 2005, source Eurostat).
Publicité