Depuis son départ du ministère de l'Education nationale, la candidate aux législatives à Villeurbanne enchaîne les déconvenues. Dernière en date : le coup de communication raté avec le basketteur Tony Parker.

Difficile retour à la réalité pour Najat Vallaud-Belkacem... L'ex-ministre de l'Education nationale est en effet en difficulté dans la circonscription où elle se présente pour les législatives, à Villeurbanne, près de Lyon. 

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio, Najat Vallaud-Belkacem ne remporterait pas la sixième circonscription du Rhône, pourtant bastion du PS depuis 1997. Elle se qualifierait difficilement pour le second tour, avec 19% des suffrages, au coude-à-coude avec le représentant de la France Insoumise Laurent Legendre, crédité de 17%. Elle serait largement devancée par son adversaire de la République en marche, Bruno Bonnell, qui bénéficierait pour sa part de 30% des intentions de voix. Selon ce sondage, elle serait battue par le candidat macroniste au second tour avec un score de 40%.

Le soutien de Tony Parker tombe à l'eau

A cela, il faut ajouter le récent coup de communication raté de la part de la candidate. Dans un communiqué envoyé à la presse, l'équipe de campagne de Najat Vallaud-Belkacem avait annoncé fièrement le soutien du basketteur Tony Parker.

Sauf que quelques heures après la révélation dans la presse de ce ralliement, et d'un tweet de la candidate avec l'intéressé, celui-ci a finalement démenti tout soutien dans les colonnes du Progrès. "Je connais personnellement Najat depuis quinze ans, a-t-il fait savoir. Elle m’a appelé hier (mardi, ndlr) pour me demander mon soutien pour les élections législatives. Il était 6 heures du matin à San Antonio (Texas) et j’ai mal interprété sa demande. Je pensais que c’était une sollicitation personnelle, en aucun cas politique. Je suis un professionnel du basket, mon sport, du sport, mais pas de politique. Si j'avais eu connaissance de l'usage et de la diffusion du message de soutien, je m'y serais opposé. Je ne me suis jamais positionné politiquement, pourquoi je commencerais aujourd'hui ?".

Ses réformes détricotées par le nouveau ministre de l'Education

Publicité
Par ailleurs, Najat Vallaud-Belkacem a dû être très heureuse d'apprendre que ses réformes allaient être "détricotées" par son successeur au ministère de l'Education nationale... Ainsi, pour les rythmes scolaires, un projet de décret prévoit des assouplissements, notamment "des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours". Quant aux fameux EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires), pas toujours faciles à mettre en place dans les établissements, ils seront facultatifs.

Vidéo sur le même thème : La réaction de Najat Vallaud-Belkacem en apprenant le nom de son remplaçant

mots-clés : Difficile, Ministre
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité