Vidéos A la une
Christiane Taubira a annoncé que la promesse de François Hollande sur la déchéance de nationalité, pour les binationaux convaincus de terrorisme, n'aura pas sa place dans la Constitution. À l'époque où le chef d'État avait pris cette initiative, les Français croyaient qu'il agissait ainsi dans le but de les rassurer après les attentats dramatiques de Paris. En réalité, il faisait semblant par tactique et c'était un jeu de dupe depuis le départ, dénonce Apolline de Malherbe. - Bourdin Direct, du mercredi 23 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos A la une
Le 16 novembre, François Hollande avait annoncé devant les parlementaires réunis en congrès la déchéance de la nationalité pour les binationaux nés Français, reconnus coupables d'actes terroristes. Le chef de l'Etat a décidé de ne pas inscrire cette mesure dans le projet de réforme constitutionnelle que le gouvernement doit adopter demain. D'après Apolline de Malherbe, il s'est piégé tout seul car il savait dès le début que cette idée venait de la droite. Maintenant, quoi qu'il décide sur la déchéance de nationalité cela lui sera reproché, que ce soit par les partisans d'une telle mesure symbolique, s'il l'abandonne, ou ses opposants, s'il la maintient. - Bourdin Direct, du mardi 22 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe s'est intéressée au choix très attendu du gouvernement sur l'organisation de nouvelles capitales régionales. Elle estime que l'exécutif n'a pas tout à fait eu le courage d'aller jusqu'au bout de ses réformes.
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe est revenue sur l'emballement des politiques face à l'agression d'une jeune femme en maillot dans le parc de Reims. Elle estime qu'ils ont vite réagi sans avoir eu des éléments de précisions sur l'affaire.
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe s'est intéressée à la convocation de Jean-Marie Le Pen devant un bureau exécutif du Front national. Ce dernier sera face à un jury présidé par sa fille. Il pourrait voir son titre de "président d'honneur" du parti retiré ; l'exclusion serait même envisageable. Pour Marine Le Pen, le scénario idéal c'est qu'il devienne "président fondateur".
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe s'est intéressée au bras de fer entre Jean-Yves Le Drian et Michel Sapin concernant le budget de l'armée française. François Hollande devra statuer, ce mercredi, lors du premier Conseil de Défense après les attentats de Charlie Hebdo. Selon Apolline de Malherbe, comme toujours le président de la République fera "son Hollande", c'est-à-dire qu'il donnera satisfaction aux deux.
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe est revenue sur les propos que le président du Crif, Roger Cukierman, a tenus hier matin, au sujet de Marine Le Pen et des jeunes musulmans.
Publicité