On croyait le genre confiné à nos jeunes années... Quand nous nous prenions pour Ivanhoé en admirant Roger Moore à la TV ou Robert Taylor au cinéma. A une époque où règne le sabre laser, la bonne vieille épée peut-elle encore séduire le public ?

Chevalier (A Knight's Tale)

Le film de chevalerie traverse le temps

Le film de chevalerie est un genre dit historique. Ce qui ne veut pas dire que tous les détails ont été revus par des historiens. Les anachronismes sont fréquents et le dernier film qui a exploré avec succès cette veine, "Chevalier" ("A Knight's Tale" de Brian Helgeland) avec Heath Ledger (le bon, le blond) et Rufus Sewell (le sombre méchant), joue avec humour sur ce décalage avec une musique qui fleure bon les seventies et les eighties (Queen, Bowie) et une garde-robe assez "moderne" pour la belle courtisée, Shanynn Sossamon. Malgré cette approche décalée, le film semble rendre avec un certain réalisme l'atmosphère et l'esprit de ces joutes.

Une histoire conventionnelle

Publicité
Située au XIVe siècle, l'histoire est celle de William Thatcher, un modeste écuyer qui, à la mort de son maître, veut jouter sous le nom de Sir Ulrich von Lichtenstein. Mais ne concourt pas qui veut dans ces tournois, il faut être noble. Sur les routes de France avec ses compagnons Roland et Wat, il rencontre Geoffrey Chaucer, écrivain errant, qui lui fabrique de faux papiers. Ces documents falsifiés lui permettent de participer aux tournois disputés par les plus grands chevaliers. En peu de temps, il se fait remarquer par son agilité et multiplie les victoires. Il attire également l'attention de la belle Jocelyn et, malheureusement, du redoutable comte Adhemar. Ce dernier est jaloux de son succès et compte bien y mettre un terme.
Publicité