Vidéos à la une
La haine anti-flics est devenue aussi bien barbare qu'incontrôlable. Hier, des casseurs ont saccagé et incendié une voiture de police à Paris. De telles violences marquent-elles le retour du procès en laxisme vis-à-vis du gouvernement ? D'après Apolline de Malherbe, depuis le début du quinquennat de François Hollande, le mot laxisme revient régulièrement et les images d'hier le ravivent. Face à cette situation, le président de la République ne peut cependant pas improviser avec autorité et c'est devenu une fatalité. À cela s'ajoutent des cas aggravants notamment celui de Notre-Dames-des-Landes que le gouvernement n'a jamais réglé jusqu'ici. - Bourdin Direct, du jeudi 19 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Face aux violences qui se multiplient à chaque manifestation contre la loi Travail, les policiers ont prévu de se mobiliser le 18 mai prochain. Ils ont choisi comme mot d'ordre: "Stop à la haine anti-flic". D'après Eric Brunet, la colère des policiers est légitime. Les syndicalistes policiers ont affirmé que le gouvernement, estimant qu'il était préférable de discréditer les manifestations avec de la casse, a tardé à donner des ordres aux policiers. La haine anti-flic n'est pas celle des Français, mais celle de la gauche ultra-radicale. Laurent Neumann, lui, n'est pas de cet avis. Il trouve qu'il est beaucoup plus facile à l'opposition de critiquer la police et le gouvernement. - Bourdin Direct, du jeudi 5 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Marine Le Pen, présidente du Front national et députée européenne était l'invitée de Veronique Jacquier sur BFMTV/RMC jeudi matin. Elle s'est exprimée sur les dérives dans les manifestations liées au conflit israélo-palestinien, et a accusé en partie l'Etat de faire preuve de "laxisme" pour les émeutiers les plus violents. "Il faut rétablir l'ordre républicain dans notre pays", a-t-elle ajouté.
Vidéos à la une
Georges Fenech, député UMP du Rhône, en duplex depuis l'Assemblée nationale, répond aux questions de Thomas Misrachi sur la réforme pénale de Christiane Taubira. La ministre de la Justice a défendu ce mardi 6 juin à l'ouverture des débats devant les députés sa réforme en tant que "texte de protection de la société", qui offre "des solutions efficaces" attendues par les Français. La droite crie au "laxisme" et la gauche veut aller plus loin.
Vidéos à la une
Retour sur la réforme pénale de Christiane Taubira, avec Serge Portelli, juge et vice-président du tribunal de grande instance de Paris, et Philippe Capon, secrétaire général d'UNSA Police.
Vidéos à la une
Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, était en duplex pour BFM Story.
Vidéos à la une
La réforme pénale a été présentée le 9 octobre en Conseil des ministres. Le projet de loi Taubira vise à prévenir la récidive et individualiser les peines en créant une "contrainte...
Publicité