Vidéos à la une
Les députés de gauche ont échoué mercredi à déposer une motion de censure après l'utilisation du 49.3 par Manuel Valls pour faire adopter la loi Travail. Malgré cet échec, le député socialiste frondeur Laurent Baumel estime qu'il fallait faire un geste, même symbolique, pour signifier la rupture entre la majorité au gouvernement et le reste du parti.
Vidéos à la une
Laurent Baumel a abordé la question de la présidentielle ce mercredi sur BFMTV, quelques heures à peine après l'échec d'une motion de censure de gauche contre le gouvernement, en raison de deux voix manquantes. "Je pense qu'on ne va pas tarder à rentrer dans la question de la présidentielle", a assuré le député PS d'Indre-et-Loire, ajoutant qu'il souhaitait "un autre candidat que François Hollande". "On verra dans les semaines qui viennent s'il est possible qu'une candidature alternative à gauche émerge et crée l'obligation d'une primaire", a annoncé le frondeur.
Vidéos à la une
Après avoir annoncé qu'il n'y aurait pas de motion de censure de la gauche en raison de deux voix manquantes, Laurent Baumel a précisé, ce mercredi sur BFMTV, qu'une trentaine de députés socialistes l'avaient suivi dans sa démarche. Une liste des signataires devrait d'ailleurs être rendue publique très prochainement. Le député PS frondeur d'Indre-et-Loire a également exclu de voter la motion de censure déposée par la droite. "On ne va pas mêler nos voix à des gens qui ne veulent pas de la loi El Khomri pour des raisons opposées aux nôtres", a-t-il affirmé, après le recours du gouvernement au 49.3 pour faire passer le texte à l'Assemblée.
Vidéos à la une
Une réunion a eu lieu mardi matin à Matignon entre Manuel Valls, Myriam El Khomri et les députés socialistes "frondeurs" afin de trouver un terrain d'entente sur la loi Travail. Face aux députés opposés au projet de loi, le gouvernement brandit la menace de l'usage de l'article 49.3 de la Constitution, pour se passer du vote de l'Assemblée nationale. Pour Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire, cela se résume à "priver les représentants des citoyens du droit de s'exprimer", qui sera vécue par les Français comme "une forme de brutalité, voire un déni de démocratie".
Vidéos à la une
"Une émission pour pas grand-chose", tranche le député socialiste frondeur Laurent Baumel. L'élu PS trouve que le président, qui s'est exprimé sur Canal +, était "bon sur la forme" mais n'a annoncé "rien qui soit de nature à rassurer ses électeurs".
Vidéos à la une
Le 17 février, Laurent Baumel, député PS frondeur, Jean-Christophe Fromantin, député UDI des Hauts-de-Seine et Thierry Solère, député UMP, vice-président du Conseil Général des Hauts de Seine, ont été reçus par Olivier Truchot pour une édition spéciale autour de la Loi Macron, sur BFMTV.
Vidéos à la une
Le 17 février, Laurent Baumel, député PS frondeur, Jean-Christophe Fromantin, député UDI des Hauts-de-Seine et Thierry Solère, député UMP, vice-président du Conseil Général des Hauts de Seine, ont été reçus par Olivier Truchot pour une édition spéciale autour de la Loi Macron, sur BFMTV.
Vidéos à la une
Ce jeudi sur RTL, Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget n'a pas exclu une hausse des impôts en 2015. Laurent Baumel, député PS frondeur, était invité à réagir à cette interview. "On a compris qu'on avait fait une erreur" en augmentant les impôts, a-t-il déclaré sur BMTV. Ajoutant qu'il " serait dramatique de repartir en arrière de nouveau" et qu'il espérait que "Christian Eckert ne se comporte pas simplement comme porte-parole de son ministère".
Vidéos à la une
Les députés socialistes "frondeurs" officialisent samedi leur collectif "Vive la gauche". Laurent Baumel, animateur du mouvement, estime que la crise "est le résultat de la politique que nous menons". "Ensemble nous devons nous regrouper pour essayer d'infléchir la politique du gouvernement, la rendre plus juste et plus efficace", explique à BFMTV le député d'Indre-Et-Loire, depuis l'université du PS à La Rochelle.
Vidéos à la une
Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur l'actuel remaniement du gouvernement. Après 147 jours seulement à Matignon, Manuel Valls a annoncé ce lundi 25 août la démission de son gouvernement, une décision aussitôt acceptée par le président François Hollande. Le Premier ministre devra donc constituer une nouvelle équipe dès demain sans Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'Economie, ni Benoît Hamon, ex-ministre de l'Education nationale.
Vidéos à la une
Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire, était l'invité de BFM Story. L'heure de la rentrée a déjà sonné pour François Hollande. Une croissance atone, un chômage en hausse et un déficit public excédant 4 % du PIB, les résultats sont terribles et ont mauvais impact sur sa popularité. Mais malgré les critiques et la défiance croissante des Français, le président de la République s'obstine à maintenir le cap.
Vidéos à la une
\"Je suis un peu désolé de ce genre de déclarations\", a réagi lundi sur BFMTV le député socialiste Laurent Baumel qui fait partie des \"frondeurs\" qui tiennent \"des propos irresponsables\", selon Manuel Valls. Le député d'Indre-et-Loire voit dans les mauvais résultats économiques la preuve que le gouvernement ne mène pas la bonne politique.
Vidéos à la une
Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire répond aux questions de Ruth Elkrief sur les démarches de François Hollande après les élections européennes. Suite à l'arrivée en tête du Front national, le message du président a été clair, la "ligne de conduite" confiée à Manuel Valls ne pouvait pas dévier en fonction des circonstances.
Vidéos à la une
Retour sur le vote du programme de stabilité à l'Assemblée nationale le mardi 29 avril, avec Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire et Hervé Morin, président du Conseil National de l'UDI,...
Vidéos à la une
Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire était l'invité de BFM Story. Le député PS réagit au plan d'économies du gouvernement. Selon lui, "les élections municipales n'ont servi à...
Vidéos à la une
Laurent Baumel fait partie des députés PS "frondeurs". Il explique à BFMTV pourquoi le plan "de rigueur" présenté par Manuel Valls coince. En plus du fond des mesures il ajoute: "on a besoin de...
Publicité