Vidéos A la une
Les musulmanes qui ne maîtrisent pas suffisamment l'anglais pourraient être expulsées du Royaume-Uni. Voilà la mise en garde adressée par le Premier ministre britannique. David Cameron dénonce une ségrégation sexuelle dont les musulmanes seraient victimes. Son gouvernement vient de lancer un fonds doté de 26 millions d'euros pour les aider à améliorer leur niveau d'anglais. 'Nous voulons bâtir une société avec plus d'intégration, de cohésion', a expliqué David Cameron. 'Une nation où chacun peut exprimer au mieux ses talents. Or, on ne peut pas y parvenir si certains ne parlent pas notre langue. Dans de nombreux cas ce n'est pas de la faute de ceux et celles qui ne parlent pas l'anglais. Ils sont souvent encouragés à ne pas s'intégrer, à ne pas sortir, à ne pas apprendre la langue. Cela doit changer et ces propositions, j'en suis sûr, vont changer les choses.' Cette initiative suscite de nombreuses critiques des organisations musulmanes britanniques. Elles dénoncent une 'stigmatisation injuste' et jugent que les propos de David Cameron sont 'maladroits et simplistes'. Pour Shaista Gohir du Réseau des femmes musulmanes, cette mesure, c'est la double peine : 'Nous recevons des appels de femmes musulmanes qui nous disent qu'elles veulent vraiment faire des études et apprendre l'anglais. Or il s'agit de femmes qui en sont empêchées par leurs beaux-parents et leurs maris qui les menacent de les renvoyer au pays. Ils les contrôlent et les réduisent au silence. Donc si le gouvernement dit 'Sanctionnons ces femmes qui ne veulent pas apprendre', il les re-victimise.' Selon David Cameron, près d'un quart des musulmanes du Royaume-Uni parlent peu ou pas anglais. Il regrette leur incapacité à trouver un emploi et estime que le fait de ne pas maîtriser la langue peut rendre les musulmans britanniques plus vulnérables face à l'extrémisme.
Vidéos A la une
Manuel Valls a un petit rituel, à chaque fois qu'il se rend à l'étranger, il dit une phrase dans la langue du pays qu'il visite. Ce vendredi 10 avril, il était à Lisbonne. Le Premier ministre a donc invité les entreprises portugaises à investir en France en parlant portugais. Il avait fait de même...
Vidéos A la une
Coup de projecteur sur la Charte européenne des langues régionales qui divise encore après le vote favorable de l’Assemblée Nationale.
Vidéos A la une
Interview de Tangi Louarn, président de Kevre Breizh, sur le projet de la ratification de la charte des langues régionales qui a été débattu à l’assemblée nationale.
Publicité