Pour confectionner la meilleure cuillère du monde, une chercheuse a étudié l'impact des différents matériaux sur le goût de la nourriture.

C'est une entreprise très sérieuse dans laquelle s'est lancée Zoe Laughlin, directrice de l'Institute of making. Pour créer la "meilleure cuillère du monde", l'experte a mené une étude visant à répertorier les impacts de chaque matériau sur les sensations gustatives. Une expérience qu'elle a décrite dans The Guardian.

L'or, matériau le plus fidèle

Dans un un premier temps, 50 volontaires ont été invités à lécher plusieurs cuillères de différentes matières. Après avoir goûté au zinc, chrome, cuivre, or, argent et autres, les sujets ont renouvelé l'opération avec un aliment acide, puis sucré, puis salé. Une fois ces différentes séries réalisées, l'étude pouvait révéler comment tel matériau réagissait avec tel aliment. Finalement, c'est l'or qui altère le moins le goût que sont censés avoir les aliments. "C'est manger comme on devrait manger, vous ne sentez que le goût de la nourriture et rien d'autre", s'est enthousiasmée la chercheuse. Au contraire, l'argent, qui compose les prestigieux services de plusieurs ménages, est le pire des matériaux. Son goût très métallique altère celui des aliments.

A lire aussi - Interview : le caviar se sert avec de la nacre, jamais du métal

Publicité
Si l'objet de cette étude est la réalisation d'une cuillère idéale, qui en passe aussi par la forme, la femme souligne un autre aspect auprès du média britannique : "si un métal rend quelque chose de plus sucré, ou plus riche, alors il y a du potentiel pour réduire la teneur en sucre dans l'aliment", a-t-elle ajouté. Force est de constater qu'avec de telles perspectives, l'étude n'a rien d'une plaisanterie.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :