Vidéos A la une
ANKARA - 18 février 2016 - L'explosion violente a été entendue dans une bonne partie de la ville. Mercredi soir un convoi de bus militaires a été la cible d'un attentat au centre d'Ankara. 28 personnes sont mortes. Une trentaine d'autres sont hospitalisées. Au petit matin, le site est encore bouclé et les véhicules évacués un à un. Pour les autorités turques, la piste kurde ne fait aucun doute. Neuf suspects ont été arrêtés. Le premier ministre a dévoilé l'identité du kamikaze, un Syrien de 23 ans. Selon la presse turque, le jeune homme aurait été identifié grâce à ses empreintes digitales enregistrées lors de son entrée sur le territoire en tant que réfugié. Le PYD, principale formation kurde de Syrie a rejeté toute implication, tout comme le PKK lui aussi accusé. Sur le terrain, les affrontements meurtriers se poursuivent entre armée turque et mouvements rebelles kurdes. La Turquie a mené une série de frappes contre des positions du PKK dans le nord de l'Irak. Jeudi matin, au moins 6 soldats turcs ont été tués dans une attaque à Diyarbakir, à 160 km de la frontière syrienne
Vidéos A la une
REPORTAGE RMC - Après leur victoire importante dimanche sur l'Etat Islamique, les Kurdes vont lancer l'assaut sur une ville kurde, prise par les jihadistes il y a dix jours. Les peshmergas le savent, même équipés d'armes lourdes, le combat s'annonce difficile.
Vidéos A la une
A Sheria, un village au nord de l'Irak à 3 heures de route d'Erbil, plus de 20.000 réfugiés Yézidis vivent, ou plutôt survivent. Et ils n'attendent qu'une chose : fuir, encore plus loin.
Vidéos A la une
Il y a quelques jours, les islamistes étaient aux portes d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Mais les peshmergas sont en première ligne pour contrer leur avancée. Des soldats que les habitants veulent soutenir par des gestes concrets comme les dons du sang qui affluent.
Vidéos A la une
Daniel Cohn-Bendit attend une "réponse commune de l'Union européenne" sur une intervention en Irak. "L'aide humanitaire doit d'accompagner d'une aide militaire", estime l'ancien député européen.
Publicité