Vidéos A la une
Dounia Bouzar a répondu aux critiques dont le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'Islam (CPDSI) a fait l'objet, ce mardi sur BFMTV. L'anthropologue a pointé un décalage entre la conception "bureaucratique" des parlementaires et la réalité de la déradicalisation. Par ailleurs, elle a estimé qu'avec ses déclarations sur le voile à l'université, le Premier ministre faisait "le jeu de Daesh". "Daesh met en avant un complot contre les musulmans et la laïcité à deux vitesses", a-t-elle affirmé, estimant qu'une "maman avec son foulard", était traitée différemment d'un "papa avec sa kippa". Pour la chercheuse, ce système à deux poids deux mesures expliquerait en partie le nombre de jeunes à être séduits par le discours jihadiste en France.
Vidéos A la une
La semaine dernière, le grand rabbin de France a appelé tous les supporters de l'Olympique de Marseille à se présenter au stade la tête couverte, en signe de solidarité avec l'enseignant juif agressé. Dans la cité phocéenne, cet appel fait débat auprès des habitués du stade Vélodrome. Si pour certains, il est naturel de suivre cette directive, pour d'autres le sport et la religion ne font pas bon ménage. Verdict mercredi à 20 heures.
Vidéos A la une
Suite à l'agression antisémite de Marseille, faut-il que les juifs de France retirent leur kippa? Réaction du rabbin du Nord-Pas-de-Calais.
Vidéos A la une
Les deux députés ont souhaité porter une kippa dans l'enceinte de l'Assemblée nationale "par solidarité" avec la communauté juive, après l'agression antisémite d'un enseignant juif à Marseille lundi.
Vidéos A la une
"Je ne suis pas juif, je suis totalement solidaire de ce qui s'est passé à Marseille". Le député Les républicains Claude Goasguen arborait mercredi après-midi une kippa dans la salle des 4 colonnes à l'Assemblée nationale alors même qu'il n'est pas juif mais en signe de solidarité après l'agression antisémite à Marseille. Pour son collègue centriste Meyer Habib c'est ça la laïcité: "pouvoir pratiquer ou ne pas pratiquer".
Vidéos A la une
Zvi Ammar, le président du consistoire israélite de Marseille, s'est exprimé mardi en fin de journée, sur BFMTV. A la suite de l'agression antisémite qui a eu lieu dans la cité phocéenne lundi, il a déclaré qu'il fallait "mieux qu'aujourd'hui les membres de la communauté juive de Marseille, ce qui portent la kippa ne se distingue pas trop". Selon lui, mieux vaut la retirer "en attendant que ces barbares se calment". " C'est peut-être la décision la plus difficile de ma vie" ajoute-il, mais la priorité est de "préserver des vies humaines".
Publicité