Présidentielles
Pour sa première émission exceptionnelle de l'entre-deux-tours avec Marine Le Pen, une journaliste de "CNN" a rejoint Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau sur le pleateau. Découvrez son portrait.
Vidéos à la une
Le journaliste italien qui avait été arrêté en Turquie alors qu'il travaillait sur les réfugiés à la frontière syrienne a été libéré après deux semaines de détention. Gabriele Del Grande, 34 ans, est arrivé lundi à Bologne, où l'attendaient ses parents et le chef de la diplomatie italienne, Angelino Alfano. 'Nous avions le devoir de ramener Gabriele à la maison. Mission accomplie', a déclaré le ministre à l'arrivée du journaliste. #iostoconGabriele. Davvero. Qui, a #Bologna. pic.twitter.com/2ZdWQulmH6- Angelino Alfano (@angealfa) 24 avril 2017 M. Del Grande se trouvait à la frontière turco-syrienne et s'entretenait avec des réfugiés syriens pour un livre sur la guerre en Syrie et la naissance de groupe Etat Islamique lorsqu'il a été arrêté le 9 avril par la police turque. Il aurait ensuite été emmené dans un centre d'identification et d'expulsion à Hatay, au sud de la Turquie, avant d'être transféré dans celui de Mugla, plus à l'ouest. 'Je n'ai toujours pas compris pourquoi j'ai été arrêté', a-t-il déclaré à la presse à son arrivée à l'aéroport de Bologne. 'Je vais bien et la plus grande difficulté a été la détention, la privation de liberté, même si personne ne m'a jamais manqué de respect ou ne s'est montré violent à mon égard', a-t-il ajouté. Originaire de Lucques (Toscane), Gabriele Del Grande avait auparavant réalisé un documentaire sur les réfugiés syriens et palestiniens présenté à la Mostra de Venise en 2014. Avec agence (AFP)
Vidéos à la une
Le journaliste italien qui avait été arrêté en Turquie alors qu'il travaillait sur les réfugiés à la frontière syrienne a été libéré après deux semaines de détention, a déclaré lundi le ministère italien des Affaires étrangères. Gabriele Del Grande, 34 ans, devait regagner lundi Bologne où il était attendu par ses parents et par le chef de la diplomatie italienne, Angelino Alfano. 'Je viens de lui parler et il est sur le chemin du retour en Italie. J'ai eu le plaisir de l'annoncer à sa famille. Nous l'attendons', a déclaré le ministre. M. Del Grande se trouvait à la frontière turco-syrienne en train d'interroger des réfugiés syriens pour un livre sur la guerre en Syrie et la naissance de groupe Etat Islamique lorsqu'il a été arrêté, le 9 avril, par la police turque. Il avait déclaré avoir entamé une grève de la faim pour obtenir sa libération. 'Je vais bien, on ne m'a pas touché un cheveu mais on m'a confisqué mon téléphone portable et mes affaires, bien que rien ne me soit reproché', avait-il expliqué dans une conversation avec sa famille, rapportée mercredi par La Repubblica. Il avait assuré que ses papiers étaient en règle et s'était plaint de pas avoir pu faire appel à un avocat. Avec agence (AFP)
Magazine
Jeudi, "Le Figaro" a publié un classement des animateurs et journalistes de télévision que les Français considèrent les plus aptes à endosser le costume de président. En cette période d'élection présidentielle, découvrez quelle personnalité pourrait faire un bon chef d’Etat !
Présidentielles
D'après le journaliste, le candidat aurait refusé de venir à son émission matinale. Interrogé jeudi par Ruth Elkrief, le candidat est revenu sur son interview soi-disant annulée.
Vidéos Insolite
Natasha Exelby est une journaliste australienne de la chaîne ABC News qui a été victime d'un moment d'égarement, se rendant compte trop tard qu'elle était en direct. Après des rumeurs de licenciement, les internautes se sont mobilisés pour défendre la présentatrice. La chaîne a démenti ces rumeurs...
Société
Dans l'émission "Zemmour et Naulleau", le polémiste a sous-entendu que la journaliste connaissait bien les hommes politiques parce qu'elle couchait avec eux. Il en a profité pour critiquer "le journalisme féminin".
Vidéos à la une
Roberto Saviano Son premier roman 'Gomorra' paru en 2006 l'a rendu célèbre. Un livre traduit dans 42 langues et vendu à plus de quatre millions d'exemplaires dans le monde Avec 'Gomorra' il s'est attiré les foudres de la mafia, il vit caché et sous protection depuis lors Son livre 'Zero Zero Zero' sur le trafic de cocaïne est aussi un best seller international Il vient de publier un nouveau livre 'La Paranza dei Bambini' Sa vie est inextricablement liée à la Mafia qu'il dénonce depuis plus de 10 ans dans son livre 'Gomorra'. Depuis lors l'auteur italien Roberto Saviano vit caché, défiant les menaces de mort d'une mafia rendue furieuse par son livre. Mais cela n'a pas stoppé sa lutte sans relâche contre le crime international, la drogue, l'argent et la violence qui l'alimentent. Rencontre avec Roberto Saviano lors de sa présence au Festival Italissimo à Paris. #Italissimo C'est le jour J ! Le festival s'ouvre ce soir sur un dialogue entre Roberto Saviano et Antoine Garapon, à 18h30 SciencesPo ! pic.twitter.com/e5LCwpMNtL- Festival Italissimo (ItalissimoFest) 29 mars 2017 - Isabelle Kumar, Euronews : Vous êtes devenu très connu avec votre livre 'Gomorra' il y a 10 ans. J'imagine qu'une décennie dans le monde de la Mafia représente une longue période, pouvez vous me citer quelques uns des principaux changements opérés dans les groupes mafieux ? - Roberto Saviano : Le grand changement qu'il y a eu ces dernières années est surtout générationnel. Aujourd'hui les chefs ont délégué à de très jeunes personnes le contrôle du territoire, un peu comme s'ils s'étaient retranchés dans un isolement aristocratique pour donner à des jeunes de 15, 20 ans le pouvoir. Ce ne sont pas des 'baby gangs' mais bien des mafieux avec leurs règles, avec une incroyable violence militaire, avec leurs rétributions, avec la gestion du trafic de drogue. La grande révolution est surtout venue en terme d'âge et aussi parce qu'un jeune homme de 20 ans est plus facilement disposé à mourir.' - Isabelle Kumar : 'La justice a décrit ces groupes comme étant des 'terroristes urbains' sont-ils liés, ont-ils des ressemblances avec les djihadistes qui ont rejoint des groupes comme l'Etat islamique ? - Roberto Saviano : 'Non il n'y a pas de liens de types structurels, ils ne communiquent pas avec les djihadistes mais il y a des liens culturels dans le sens où aujourd'hui un jeune mexicain ou un jeune napolitain, un jeune sud-africain sont très similaires à un jeune maghrébin qui a décidé de s'enrôler dans l'EI parce qu'ils ont en commun une certitude : 'seul celui qui est disposé à mourir pour s'enrichir, pour laisser une trace, peut faire la différence'. Aujourd'hui, selon eux, le fait de vivre d'une autre façon ne fait pas la différence, mais le fait de mourir d'une autre façon oui. Par exemple, ces garçons que j'ai étudié ces dernières années dans mon pays écrivent sur leur facebook qu'ils n'arriveront pas à 25 ans ou même pas à 20 ans. Un trentenaire est considéré comme une personne qui a raté sa vie. - Isabelle Kumar : C'est ce que vous décrivez dans votre livre 'La Paranza dei Bambini' c'est aussi apparemment alimenté par un certain désespoir, ces jeunes n'ont pas vraiment d'opportunité, on voit une décomposition massive dans les centres villes, à Naples en particulier, est-ce que pour vous Naples est symbolique de nombreuses autres villes dans le monde ? - Roberto Saviano : Oui absolument. Les villes de Mexico, Lagos, Rio, les banlieues de Paris, la périphérie de Barcelone sont tous des lieux symboliques de cette histoire. Naples et l'Italie ne sont qu'une façon de la raconter et de faire résonner ce qui se passe. Ici par exemple en France tout le débat repose sur les conséquences et non sur les causes. Les banlieues françaises sont complètement inondées par l'argent du crime et pourtant ils ne parlent que des conséquences, du dealer, de l'immigrant. Mais cet immigrant, ce dealer reçoit de l'argent qui vient de la mafia française, de la mafia marseillaise et corse. Le blanchiment est fait par la finance française avec tout cet argent qui finit au Luxembourg. La différence entre nous, disons Naples, et le reste, surtout le reste de l'Europe c'est que nous on en parle. Le reste de l'Europe a du mal à reconnaître ces histoires. - Isabelle Kumar : En Europe, sans parler d'ailleurs, il existe un certain niveau d'hypocrisie, vous dites que le sujet fait débat en Italie mais pas auprès des leaders européens. Refusent-ils de le faire délibérément ? - Roberto Saviano : Ce qui est le plus incroyable c'est de constater le débat politique français : il n'y a pas un seul candidat français qui connaît cette histoire. Ceux qui parlent des conséquences de l'immigration, d'accord, mais qui donne de l'argent dans ces banlieues criminelles ? D'où viennent-ils ? Qui apporte la cocaïne ? Comment fonctionne le blanchiment d'argent ? qui achète des maisons ? Tout ça, personne ne le sait... seulement une partie de la police, quelques journalistes spécialisés et c'est tout, le reste du pays est en train de regarder dans une autre direction. - Isabelle Kumar : 'S'ils préfèrent ne pas regarder n'est-ce parce que l'économie a besoin de cet argent illégal ? Vous avez détaillé le montant d'argent sale qui circule dans l'économie, l'argent qui est blanchi et c'est absolument astronomique, donc à cette époque de stagnation économique, le retrait de cet argent ne provoquerait-il pas une crise que ces leaders ne voudraient pas ? - Roberto Saviano : Oui bien sûr. Un des motifs, c'est que si vous mettez en place des règles contre le blanchiment vous bloquez aussi des montants considérables d'argent qui vient du trafic de drogue, du Moyen-Orient, de l'évasion fiscale, donc si vous mettez en place cette législation d'imperméabilité aux mafias alors vous créez aussi une imperméabilité à d'autres types de capitaux dont on a besoin. L'Europe en ce sens a complètement abandonné l'hypothèse de pouvoir contrôler l'argent propre. Le Brexit en est l'exemple. Le Brexit a été complètement alimenté par la volonté de transformer l'Angleterre en une île 'offshore'. - Isabelle Kumar : Si le Royaume-Uni doit devenir un paradis fiscal, ou s'il l'a été précédemment, quel rôle voyez vous au Brexit ? Quel serait l'avenir du Royaume-Uni par rapport au blanchiment d'argent, ce centre illégal d'activité ? - Roberto Saviano : La Grande-Bretagne est déjà la nation -'les groupes de transparence':http://www.transparency.org.uk/publications/paradise-lost/ l'ont déjà montré de façon irréfutable- la nation donc qui est la plus corrompue au monde, non sur le plan de la politique ou de la police mais sur le plan du blanchiment de l'argent sale. Aucun anglais ne pense être dans le pays le plus corrompu du monde parce qu'il ne considère pas qu'on puisse acheter la police, ou que son système politique soit corrompu, mais il ne sait pas que son système financier est absolument corrompu. Qu'est ce que j'entends par 'corrompu' ? Et bien dans le sens où il n'existe aucun contrôle sur les transactions financières, non seulement à Londres mais aussi à Malte, à Gibraltar, à Jersey. Ce sont toutes des portes au travers desquelles la Grande Bretagne fait entrer de l'argent sans contrôle. Dans le passé Panama était le centre du recyclage, aujourd'hui c'est Londres. Et le Panama a eu sa revanche avec les Panama Papers. Et les Panama Papers sont clairement une vengeance, pour faire sortir des noms, pour se venger du concurrent qu'est devenu Londres. - Isabelle Kumar : Un nouveau rapport d''Europol':https://www.europol.europa.eu/newsroom/news/crime-in-age-of-technology-%... montre combien ces groupes internationaux, ces groupes mafieux ont totalement intégré la technologie et combien cela leur permet d'aller encore plus en profondeur et de se cacher des autorités. Est-ce que cela va devenir pratiquement impossible à tracer et donc d'attraper ces groupes ? - Roberto Saviano : S'il y avait de véritables lois contre le blanchiment... et aujourd'hui ce serait beaucoup plus facile qu'hier pour contrôler l'argent parce que cet argent n'est plus matériel, ce sont des transactions électroniques qui laissent des traces sur le web. Le problème c'est qu'il existe de nombreux territoires où on peut faire ces transactions et les faire disparaître. Chaque pays européen dispose de son coffre-fort. L'Espagne à l'Andorre, l'Allemagne le Lichtenstein, la France le Luxembourg, tous disposent de la Suisse, donc il est facile de cacher l'argent en Europe, c'est très facile. Dans le passé, les banques européennes avaient peur de l'argent de la mafia, c'était dans les années 80, 90. Aujourd'hui les banques européennes recherchent l'argent de la mafia à cause de ces liquidités qui leur font défaut et parce que la crise économique a mis à genoux le système bancaire. Donc le système de défense immunitaire des banques a été complètement abattu et c'est alors qu'ils sont entrés... C'est un phénomène nouveau qui remonte au milieu des années 2000. Les mafias avaient des difficultés à blanchir l'argent dans les banques européennes, elles utilisaient toujours des banques offshores sud-américaines, asiatiques alors que maintenant ils sont totalement entrés dans l'économie légale. - Isabelle Kumar : Ce sont de graves accusations que vous portez là. Avez-vous des réactions violentes politiquement par rapport à ce que vous dites ou est-ce qu'on vous ignore ? - Roberto Saviano : Les réactions sont quotidiennes. Je ne suis jamais le bienvenu dans les pays où je vais parce qu'on me dit toujours 'c'est un problème italien, tu parles de ton pays'. Il est classique de m'accuser d'exagérer ou d'inventer ou de répéter ce que l'on sait déjà. Tout ce que l'on a raconté aujourd'hui n'est pas caché, ce n'est tout simplement pas observé. Et comme ces derniers mois toute l'attention a porté sur le terrorisme, l'argent des mafias, et donc l'argent du blanchiment est extrêmement libre d'aller où il le veut. - Isabelle Kumar : Des rapports montrent que le monde du crime en Europe est en train d'exploiter la crise des réfugiés et apparemment le trafic des personnes est devenu un des crimes les plus profitables du moment. Est-ce que vous le constatez aussi ? - Roberto Saviano : Tous les bateaux gonflables qui traversent la Méditerranée ont été gérés par des cartels, mais pas par des cartels italiens comme on aurait pu le penser. Là dessus la mafia n'a pas voix au chapitre. Ce sont des groupes turcs, des groupes libyens, des groupes libanais qui depuis toujours ont investi le trafic d'êtres humains et l'Europe n'a pas la moindre idée de cette dynamique. Les cartels qui ont géré l'arrivée des Syriens en Europe sont ceux de la mafia turque, toute la mafia turque, la même qui gère le trafic de l'héroïne qui vient d'Afghanistan. L'EI, le califat, l'Etat islamique dispose par exemple de trois principales sources de profit qui sont des activités criminelles : le racket, la contrebande de pétrole et la contrebande d'oeuvres d'art. Il existe une quatrième source : la drogue le Captagon, qui est une méthamphétamine ou la marijuana que l'EI cultive en Albanie. On peut ne pas voir plus loin que cela et ne considérer qu'une logique superficielle, soit un choc des civilisations, alors qu'il s'agit de clash entre différents groupes criminels. - Isabelle Kumar : En poursuivant ainsi votre travail vous avez mis en danger votre vie, vous semblez vouloir mourir pour votre travail. Est-il possible de faire machine arrière ou est-ce que cela va rester l'obsession de votre vie quand on renonce à ce que l'on a à votre âge : famille, maison, amis... ? - Roberto Saviano : Oui, c'est possible. Pouvoir retourner en arrière ? Ce que je pourrais faire, je ne le fais pas. Je devrais disparaître, cesser de répondre aux interviews, de faire des livres, de faire mon travail. Mais deux choses m'en empêchent : d'un côté l'ambition de pouvoir penser que mes mots peuvent encore avoir du poids et une incidence sur la réalité et à côté de l'ambition, il y a la vengeance de pouvoir continuer à faire cela alors qu'ils m'ont rendu la vie impossible. Je ne conseillerais à personne d'avoir fait ce choix, j'aurais pu faire tout cela avec beaucoup plus de prudence. Si je pouvais retourner en arrière, je ne le referais pas. Je referais tout avec beaucoup de prudence, de discipline, alors que je me rends compte que je suis allé trop vite et que je suis entré dans un mur. - Isabelle Kumar : 'Quand vous avez écrit 'Gomorra' vous êtiez sur le terrain, vous parliez aux gens, vous voyez ce qui se passait, maintenant votre travail a dû changer d'une façon radicale, vous ne pouvez plus faire cela, en tant qu'auteur comment vous voyez vous évoluer ? - Roberto Saviano : Quand j'étais jeune, j'avais des difficultés à rencontrer les juges, où à avoir accès à des enregistrements, aujourd'hui on me les envoie directement. Ils veulent tous que je dévoile les enquêtes, c'est incroyable comme tout a changé. Et ce serait difficile de revenir en train en Italie en toute liberté mais, par exemple, récemment avec mon escorte je me suis retrouvé dans un train en Italie et cela m'a touché parce que cela faisait 10 ans que je n'avais pas pris un train, et la liberté c'est quelque chose de magique parce que, comme pour tout, on ne s'en rend compte que quand on la perd, comme une personne que l'on aime, ou comme l'oxygène. Et avec la liberté c'est la même chose, quand je l'ai perdue alors j'ai vraiment compris ce que c'était. J'ai compris ce que ressentent les personnes malades, les prisonniers, toutes les personnes qui ne sont pas libres d'aller ou elles le veulent, de choisir. Le moindre moment où je peux avoir un peu de liberté, pour moi, c'est vraiment de l'or.
Vidéos à la une
Un carnet de voyage tenu en 1945 par John F. Kennedy va être mis aux enchères le mois prochain à Boston. Il a été écrit quand le futur président américain était encore un jeune journaliste parcourant l'Europe au crépuscule de la seconde guerre mondiale. Celui qui allait rendre vingt ans plus tard une allocution historique dans la capitale allemande en tant que leader du monde libre, visite Berlin et le Bunker où Adolf Hitler s'est donné la mort. Il livre ses impressions, parfois surprenantes : 'Après avoir visité ces deux endroits, vous comprenez facilement que dans quelques années Hitler émergera de toute la haine qui l'entoure en ce moment, pour devenir l'un des personnages les plus importants de tous les temps', écrit le jeune Kennedy, qui poursuit : 'Il avait en lui cette chose qui fait les légendes'. Si le reporter de 28 ans semble fasciné par le personnage d'Hitler, aucune des 61 pages ne fait son apologie. C'est plutôt Winston Churchill qui suscite son admiration. Le journal avait été offert par Kennedy à son assistante Deirdre Henderson. La vente aux enchères par RR aura lieu le 26 avril à l'occasion du centenaire du 35e président des États-Unis. John F. Kennedy's diary from the Summer of 1945 will be up for auction on April 26! https://t.co/INgKR5DEyi- RR Auction (@RRAuction) 23 mars 2017
Vidéos à la une
Interview d'Olivier Pouvreau, journaliste de la Nouvelle République dans le cadre du premier débat présidentiel donnant Emmanuel Macron favori selon un sondage.
Vidéos Vu à la télé
Jean-Luc Mélenchon s'est visiblement emporté contre un journaliste de l'émission C à vous comme on peut le voir dans cet extrait diffusé ce lundi 20 mars. Le candidat à la présidentielle à la présidentielle s'est adressé à son agent de sécurité en lui déclarant : "Jette-moi ça" avant de traiter le...
Société
Lundi soir, pour la première fois, la journaliste a présenté un débat politique, arbitrant, avec Gilles Bouleau, les échanges entre les candidats à l’élection présidentielle. Retour sur son parcours.
Magazine
Invité mardi dans l'émission "Touche pas à mon poste" sur C8, l’humoriste est tombé sous le charme d'Emilie Besse. Découvrez qui est cette journaliste du groupe Canal+.
Magazine
La journaliste sportive Agathe Auproux a rejoint très récemment l'émission "Touche Pas à Mon Poste". La jeune femme semble déjà avoir trouvé sa place au sein de l'équipe. Mais qui est cette nouvelle chroniqueuse ? 
Vidéos à la une
Le dossier des meetings politiques turcs annulés en Allemagne provoque la fureur de la Turquie. Trois rassemblements en faveur du parti au pouvoir en Turquie, en campagne pour le référendum d'avril prochain, ont été refusés par les autorités locales pour raisons de sécurité. La communauté turque est très importante en Allemagne et ces annulations ont fait réagir très vivement le président turc : 'Les autorités allemandes 'devraient être jugées, car elles aident et hébergent des terroristes', a lancé M. Erdogan lors d'une cérémonie de remise de prix vendredi soir à Istanbul. Ils empêchent mon ministre de la Justice de parler, mon ministre de l'Economie de parler. Mais attendez, ça ne fait que commencer '. La semaine dernière, Deniz Yucel, un journaliste allemand, a été arrêté et incarcéré en Turquie pour propagande terroriste. L'homme a été présenté par les autorités comme un représentant du Parti des Travailleurs du Kurdistan, le PKK. Des manifestations ont eu lieu en Allemagne pour demander sa libération.
Vidéos à la une
Cela peut paraître surprenant mais Deniz Yücel semble soulagé d'être désormais en prison en Turquie, après deux semaines passées dans les locaux de la police. 'J'ai l'impression de retrouver des petites parties de ma liberté', a-t-il écrit dans une lettre à sa rédaction indiquant qu'il bénéficiait désormais de la lumière du jour, de cigarettes ou encore de vraies toilettes. *Le correspondant du journal allemand Die Welt a été placé en détention provisoire ce lundi pour propagande 'terroriste' et 'incitation à la haine'.* Zum Lachen, wenn es nicht zum Heulen wäre. #freedeniz https://t.co/AjXUclBYWg via welt- Klaus Geiger (geig_erzaehler) March 1, 2017 Deniz Yücel s'était rendu à la police le 14 février à Istanbul, selon Die Welt, car il était recherché pour ses articles sur le piratage de la messagerie électronique de Berat Albayrak, ministre de l'Energie et gendre du président turc Recep Tayyip Erdogan. Les courriels piratés, rendus publics en septembre, ont dévoilé des pressions politiques du gouvernement turc sur des médias et des stratégies de manipulation de l'opinion sur les réseaux sociaux. Angela Merkel demande sa libération L'incarcération du journaliste attise donc les tensions germano-turques. Angela Merkel a estimé que le 'journalisme indépendant' avait 'le droit d'exister'. 'Les journalistes doivent pouvoir faire leur travail et c'est pour cela que nous pensons à Denis Yucel qui mérite d'être libéré', a déclaré la chancelière allemande. Les relations entre Ankara et Berlin sont complexes car l'Allemagne compte la plus importante diaspora turque au monde, soit plus de trois millions de personnes. Les dirigeants turcs viennent d'ailleurs y faire campagne, à l'instar du Premier ministre le week-end dernier en Rhénanie du Nord Westphalie. Binali Yildirim venait convaincre ses concitoyens de dire 'oui' lors du référendum du 16 avril prochain, au nom de la lutte contre le terrorisme. La consultation populaire vise à donner l'intégralité du pouvoir exécutif au président turc, Recep Tayyip Erdogan, alors que nombre de ses opposants dénoncent déjà la dérive autoritaire du pouvoir qui a multiplié les arrestations depuis le coup d'Etat manqué en juillet dernier. Ce changement de la constitution pourrait permettre à Recep Tayyip Erdogan de rester à la tête de la Turquie jusqu'en 2029. D'après le journal Die Zeit, l'opposition allemande et certains élus de la coalition au pouvoir font pression sur la chancelière pour qu'elle interdise au président turc de venir tenir un meeting en Allemagne d'ici au référendum. Avec AFP, Reuters.
Vidéos à la une
Malgré les manifestations de ses supporters, le correspondant du quotidien allemand Die Welt, Deniz Yücel, a été placé hier en détention provisoire par la justice turque. Incarcéré, de fait, depuis le 14 février dernier, ce ressortissant germano-turc est accusé de propagande terroriste. Appel en faveur de Deniz Yücel (Besser_Deniz), journaliste allemand en détention policière en Turquie https://t.co/aMtQFoJ30J pic.twitter.com/GD90eGnUad- Le Figaro (Le_Figaro) 23 février 2017 Accusation non fondée selon Baris Yarkadas, avocat de l'opposition sociale-démocrate turque qui soutient Deniz. 'L'arrestation de Deniz Yücel est une atteinte à la liberté d'expression. Deniz Yücel ne s'est pas enfuit, il est allé au commissariat avec ses avocats et s'est personnellement rendu à la police alors qu'il y avait un avis de recherche'. La UNE du journal allemand die Welt welt le 28 février Deniz Yücel en prison préventive ! (en #Turquie) pic.twitter.com/MRV7GchDbV- Yol (Yollar9) 27 février 2017 L'arrestation, après une publication très critique envers le parti islamo-conservateur au pouvoir, a jeté un froid dans les relations entre Ankara et Berlin. 'Il n'y a aucune raison de le mettre en détention, estime le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel en déplacement à Rome. Nos espoirs reposent à présent sur les preuves, que la justice respecte la liberté de la presse et que M. Yücel soit libéré aussi vite que possible.' Préoccupés par la détention de Besser_Deniz journaliste welt. La Turquie doit respecter ses engagements en matière de liberté de la presse- FranceDiplomatie (@francediplo) 23 février 2017 Deniz Yücel a également reçu le soutien de sa ville de Flörsheim, en Allemagne. Plusieurs journalistes étrangers, notamment du New York Times et du Wall Street Journal, ont été arrêtés ou expulsés ces derniers mois par Ankara.
Société
Une journaliste de "France Bleu Hérault" a été agressée au visage à Montpellier lors d'une manifestation en soutien à Théo. Le directeur de la radio lui a apporté son soutien via Twitter.
Société
En 2007, la petite fille, en vacances au Portugal avec ses parents, disparaissait. Dix ans après, un journaliste anglais pense avoir trouvé une explication à cette affaire irrésolue.
Politique
Entendue dans l’affaire sur les soupçons d’emploi fictif de Penelope Fillon, Christine Kelly a annoncé avoir été menacée. Elle menace à son tour de révéler le nom de la personne à l'origine de ces intimidations
Politique
Lors du meeting de François Fillon à la Villette dimanche, la journaliste de "BFMTV", Juliette Wallon, a été bousculée et insultée par la foule de militants présents sur place.
Société
L'animateur, réputé pour pousser à bout les politiques, s’est récemment emporté contre une consœur qui l’avait empêché de poser une question à Benoît Hamon. Retour sur sa carrière.
Société
Dimanche soir, Cyrille Eldin s'est accroché avec une journaliste de "Quotidien" au moment d'interviewer Benoît Hamon. Lundi, Yann Barthès, animateur de l’émission sur "TMC", a tenu à apporter son soutien à sa collègue.
Société
Lors d'une interview du vainqueur du premier tour de la primaire, dimanche soir, Cyrille Eldin, animateur du "Petit Journal" (Canal +), et une journaliste de l’émission "Quotidien" (TMC) en sont presque venus aux mains. 
Société
Aux côtés de Fred et de Jamy, Sabine Quindou a animé pendant de longues années l’émission culturelle de France 3 "C’est pas sorcier". Mais que devient la journaliste et animatrice ?
International
Une présentatrice australienne de la chaîne "9news", à Sydney, a littéralement demandé à ses collègues de changer de tenue avant de prendre l'antenne.
Politique
Une célèbre journaliste a annoncé son départ d'I-Télé pour rejoindre l'équipe de campagne du candidat à la présidentielle.
Politique
Alors qu’elle interrogeait François de Rugy, la journaliste de "France Info" Myriam Bounafaa s’est emmêlée les pinceaux en confondant François Hollande et François Mitterand…
Politique
Avant d'entrer dans un parti ou au gouvernement, bon nombre de politiciens exerçaient des métiers plus ou moins éloignés du monde politique. 
Télévision
Truquer une interview, tricher aux jeux télévisés… découvrez les plus grands escros de la télévision !

Pages

Publicité