Diffuseuse de la cérémonie d’ouverture des JO au Brésil, France 2 est accusée par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) d’avoir diffusé des "propos colonialistes". Le CSA a été saisi. 

Certains commentaires tenus lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro vendredi ne sont pas passés inaperçus sur France 2. Les présentateurs Daniel Bilalian et Alexandre Boyon sont ainsi accusés de "révisionnisme" par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN), qui a saisi le CSA samedi.

A lire aussi - JO 2016 : les plus belles photos de la cérémonie d'ouverture

Des erreurs historiques

Ce qui a notamment dérangé, ce sont les explications sur la découverte de l’Amérique de Christophe Colomb. "Vous savez qu’en 1492, a déclaré l’un des présentateurs, un petit peu avant que le Brésil soit découvert par les Portugais, il y a un Espagnol, Christophe Colomb, qui a découvert l’Amérique, mais pour être tout à fait précis, il a découvert les Bahamas", a annoncé l’un des présentateurs.

Le CRAN n’a pas tardé à accuser la chaîne de tenir "des propos colonialistes" avant de rappeler que "Christophe Colomb n’était pas Espagnol, mais Génois". Et que "deuxièmement, il n’a pas découvert l’Amérique, qui était déjà peuplée depuis des millénaires par quantité de peuples très nombreux".

Et ce n’est pas tout. Le CRAN a souligné des expressions déplacées comme "Bakou, la capitale (de l’Azerbaïdjan, ndlr), qui met beaucoup d’argent pour exister", ou encore "les populations incas du Brésil" (alors que ces dernières ont vécu dans la Cordillère des Andes).

"Le trafic d’esclaves… nécessaire ici pour le développement industriel"

Publicité
Enfin, lorsque les présentateurs ont expliqué que le trafic d’esclaves avait été "nécessaire ici pour le développement industriel", ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. "Affirmer que le trafic a été ‘nécessaire’, et qu’on utilisait ‘les services’ des esclaves constitue une présentation maladroite, pour ne pas dire équivoque, qui tend à minimiser, voire à justifier l’esclavage, qui fut un crime contre l’humanité" a précisé le CRAN dans son communiqué. On "se voit obligé de saisir le CSA à propos de ces erreurs, et de ces fautes, qui témoignent une fois de plus d’un mépris affiché", a poursuivi le conseil.

Vidéo sur le même thème : JO de Rio : scènes de colère au passage de la torche olympique

Publicité