Après avoir décroché le bronze aux JO, l’haltérophile thaïlandais Sinphet Kruaithong a appris le décès de sa grand-mère, victime d’une crise cardiaque après avoir visiblement été emportée par l’émotion.

Le bronze qui tue. Quelques heures avoir décroché la troisième place, lundi, aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro (Brésil), l’haltérophile thaïlandais Sinphet Kruathong a appris le décès de sa grand-mère. Cette dernière, âgée de 82 ans, aurait été emportée dans un bonheur fou devant sa télévision et l’exploit de son petit-fils, avant de subir une crise cardiaque.

A lire aussiLa chute très spectaculaire d’une cycliste néerlandaise

Trop d’émotions visiblement pour elle, qui était avec quelques voisins au milieu de la province de Surin, dans le nord-est de la Thaïlande. The Bangkok Post raconte que la grand-mère a repris conscience pour un court instant à l’hôpital, mais est décédée juste avant que le médaillé monte sur le podium.

La grand-mère était peut-être déjà malade

"L'hypothèse de départ, c'est qu'elle est décédé d'un arrêt cardiaque. Mais nous devons attendre les résultats de l'hôpital. Mais nous ne savons pas encore si c'est parce qu'elle était trop excitée ou parce qu'elle était déjà malade", a expliqué néanmoins le chef de la police locale, cité par l’AFP.

Publicité
Quelques jours avant son décès, la grand-mère avait indiqué aux médias locaux que son petit-fils de 22 ans lui manquait, mais qu’elle l’encourageait sans arrêt, en espérant qu’il remporte l’or chez les moins de 56 kilos.

Vidéo sur le même thème : Une femme en talons fait de l’haltérophilie

Publicité