Vidéos A la une
Dix ans après les trois semaines d'émeutes dans les banlieues qui avaient démarré à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a voulu,lundi sur le plateau de Politique matin, qu'aucun raccourci ne soit fait entre jeune de banlieue et djihadiste. "N'amalgamons pas l'ensemble des jeunes des banlieues, qui n'ont évidemment rien à voir, au djihadisme ou au terrorisme, a appuyé Harlem Désir. L'embrigadement d'une partie des jeunes dans le fondamentalisme religieux doit encore plus pousser l'Etat, selon le secrétaire d'Etat aux affaires européennes, à se "battre sur le front de l'exclusion, de l'emploi, de l'éducation, mais aussi sur le front des valeurs républicaines".
Publicité