Vidéos à la une
Le locataire de la Maison Blanche a entrevu lundi les complexités israélo-palestiniennes en visitant le Saint-Sépulcre, lieu le plus saint du christianisme puis le mur des Lamentations, site de prière le plus sacré pour les juifs. M. Trump est ainsi devenu le premier président américain en exercice à se rendre sur ce lieu. Portant une kippa noire, il est resté longtemps immobile, la main droite posée sur le mur, avant de glisser, selon la tradition, un bout de papier dans les interstices des pierres. Ces papiers contiennent habituellement des prières ou des voeux. Sa femme Melania et sa fille Ivanka, qui est aussi sa conseillère à la Maison Blanche, se sont rendues dans la partie réservée aux femmes. Après avoir prié, cette dernière, convertie au judaïsme, a essuyé quelques larmes. Avec agence (AFP)
Vidéos à la une
Des milliers de Chrétiens ont participé à la cérémonie du Feu Sacré à l'occasion de Pâques à Jérusalem, dans l'église du Saint Sépulcre, là où se trouve la tombe de Jésus. Considéré comme un miracle par la tradition chrétienne, le feu sacré est allumé sur un cierge grâce à un rayon de lumière venu du plafond de l'église. Les fidèles se partagent ensuite la flamme et chacun à sa tour la porte à l'extérieur de l'édifice. L'une de ses flammes est emmenée à Betléhem, en Cisjordanie, lieu de naissance du Christ.
Vidéos à la une
Une touriste britannique de 23 ans poignardée vendredi par un Palestinien dans le tramway à Jérusalem a succombé à ses blessures, a indiqué une source policière. L'assaillant serait un homme de 57 ans, habitant de Jérusalem-est. Il a été arrêté par les forces de l'ordre. L'identité de la victime n'a pas été précisée. D'après le Shin Beth, l'homme a des antécédents psychiatriques. Il avait été hospitalisé suite à une tentative de suicide et condamné pour une agression sexuelle en 2011. L'attaque s'est déroulée aux abords de la vieille ville, a annoncé la police israélienne, déployée en force à l'occasion des célébrations de la Pâque juive qui ont commencé lundi et durent une semaine. A cette occasion, des dizaines de milliers de juifs affluent dans la vieille ville pour se rendre au Mur des Lamentations, le site le plus sacré du judaïsme. Les chrétiens célèbrent également le Vendredi saint avant Pâques. Les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël ont été le théâtre d'une vague de violences qui a coûté la vie à 260 Palestiniens, 41 Israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Erythréen, un Soudanais et une Britannique depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte de l'AFP. Avec AFP
Vidéos à la une
Sous très haute sécurité, les chrétiens ont célébré dimanche la cérémonie des rameaux en l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem où le corps de Jésus aurait été déposé après sa mort. Selon la tradition chrétienne, le dimanche des rameaux commémore l'entrée de Jésus dans la ville sainte avant sa crucifixion.
Vidéos à la une
Le lieu le plus saint du christianisme est enfin restauré. L'édifice qui surplombe le tombeau où le Christ a été enterré, selon la tradition chrétienne, a retrouvé ses couleurs d'origine après dix mois de travaux. Une rénovation célébrée en présence du Premier ministre grec et de nombreux dignitaires religieux en cette église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Ce matin, à 25 jours de la Résurrection de #Pâques, inauguration du #SaintSépulcre après 10 mois de travaux. #HolySepulchre #uniondeprière pic.twitter.com/7P37IYLvOC- Joël Luzenko (@JLuzenko) 22 mars 2017 'Cette restauration de l'édicule sacré n'est pas seulement un présent pour notre Terre Sainte mais pour le monde entier, a déclaré le patriarche grec orthodoxe Theophilos III. L'unité manifestée avec cette restauration doit inspirer les peuples de notre région, en particulier en ces temps où le monde connaît des difficultés et une confusion incompréhensibles.' Les travaux, d'un montant de quelques six millions d'euros, ont été financés par les trois confessions chrétiennes qui administrent le lieu - Grecs-Orthodoxes, Franciscains et Arméniens - mais aussi par de nombreux dons. L'édicule a été démonté, nettoyé et reconstitué, et une fenêtre a été percée pour permettre aux pélerins de voir la pierre de l'ancien caveau.
Vidéos à la une
Elles veulent briser le mur entre leurs deux populations et construire un pont à la place... Plusieurs dizaines de Palestiniennes et d'Israéliennes regroupées dans une ONG, The Parents Circle Families Forum, et ayant pour point commun d'avoir perdu un proche dans ce conflit ont manifesté vendredi à Jérusalem et dans ses environs. Puis elles ont symboliquement cassé un mur. 'Il y a beaucoup de haine et de susceptibilité entre les Israéliens et les Arabes, entre les musulmans et les juifs, a expliqué Ikhlas al-Shatiya, dont le père a été tué en 2004 par un colon israélien. C'est l'histoire qui veut cela. Mais nous pouvons aussi changer cela. Car nous partageons la même douleur. Et je ne souhaite à aucune Israélienne d'éprouver la tristesse d'avoir perdu son père comme moi je souffre d'avoir perdu le mien.' 'Nos larmes n'ont qu'une couleur', pouvait-on lire sur des banderoles. Les membres de cette ONG militent pour la mise en place d'un processus de réconciliation.
Vidéos à la une
Ce vendredi, une conférence internationale portant sur le conflit israélo-palestinien, s'est tenue à Paris. Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a condamné cette réunion, affirmant que le chemin de la paix ne passait pas par des conférences internationales. Les dernières précisions avec Benoît Christal, correspondant de LCI au Proche-Orient.
Vidéos à la une
Manuel Valls est en visite depuis ce lundi matin à Jérusalem où il s'est recueilli notamment sur les tombes des victimes juives des attentats en France. Il vient aussi promouvoir l'initiative de paix de Paris et doit rencontrer son homologue dans la journée.
Vidéos à la une
Des prêtres et des fidèles ont pris part à la cérémonie du Feu sacré, dans l'église du Saint-Sépulcre, dans la veille ville de Jérusalem, à l'occasion de la Pâque orthodoxe.
Vidéos à la une
Une explosion à bord d'un bus à Jérusalem a fait au moins 15 blessés dont deux grièvement touchés ce lundi. Les enquêteurs sont sur place pour définir l'origine de cette explosion. Selon le correspondant Benoît Christal, les autorités ont indiqué que la piste de l'attentat n'était pas écartée.
Vidéos à la une
Une violente explosion a eu lieu dans un bus à Jérusalem. Selon la presse locale, il y aurait une vingtaine de victimes, sans préciser s'il s'agît de morts ou de blessés. La police israélienne parle d'attentat.
Vidéos à la une
JERUSALEM - 29 déc 2015 - L'ancien premier ministre israélien Ehud Olmert a été condamné à 18 mois de prison pour corruption. En dernière instance, la Cour suprême israélienne a abandonné le chef d'accusation le plus lourd mais confirmé la condamnation pour un pot-de-vin de 14.000 euros reçu par Ehud Olmert alors qu'il était maire de Jérusalem. Ce procès fleuve a duré près de 2 ans et amené 15 autres personnes dans le box des accusés. Il portait sur la construction d'un énorme projet immobilier dans la Ville Sainte. Ses démêlés avec la justice ont poussé l'ancien premier ministre en fonction de 2006 à 2009 vers la sortie. Âgé de 70 ans, Ehud Olmert doit entamer en février sa période de détention.
Vidéos à la une
Trois Israéliens sont dans un état sérieux après avoir été attaqués au couteau ce mercredi, près de la vieille ville de Jérusalem. Les agresseurs seraient deux palestiniens. L'un d'entre eux a été abattu par la police israélienne.
Vidéos à la une
Une nouvelle attaque au couteau a eu lieu ce mercredi à Jérusalem. Un Israélien est mort à l'hôpital des suites de ses blessures. Un autre est également décédé, après avoir été semble-t-il atteint par une balle perdue tirée par la police. Les deux assaillants ont été abattus. Il s'agit de deux Palestiniens d'une vingtaine d'années, originaires de Cisjordanie. Sur une vidéo amateure, on aperçoit des individus frapper violemment, avec un bâton, l'un des deux hommes à terre, alors qu'il tentait de poignarder d'autres passants, a indiqué la police. Les faits se sont déroulés dans une zone très fréquentée à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem. Les attaques au couteau ou à la voiture bélier ne cessent de se multiplier. 19 Israéliens ainsi qu'un Américain et un Eryhtréen ont été tués depuis le 1er octobre. Le bilan, côté palestinien, est d'environ 120 morts, la plupart étant décrits comme des assaillants par les forces de sécurité israéliennes.
Vidéos à la une
Nouvelle attaque au couteau en Israël. Un garde-frontières israélien a été gravement blessé à Jérusalem. Son agresseur a été abattu. Depuis ces affrontements débutés il y a environ deux mois, 99 palestiniens et 17 israéliens ont perdu la vie.
Vidéos à la une
La "jungle" de Calais, Aung San Suu Kyi rêve du pouvoir, trois ans de prison pour les lanceurs de pierre à Jérusalem, le crash de l'avion russe dans le Sinaï : retrouvez la synthèse de l'actualité de la semaine en images.
Vidéos à la une
JÉRUSALEM - 30 OCTOBRE 2015 - Un Palestinien a blessé au couteau un civil à Jérusalem. La victime est un touriste américain sérieusement touché. Un autre civil a été blessé à la jambe par une balle perdue quand des agents de sécurité ont ouvert le feu sur l'agresseur. Touché par des tirs israéliens, l'assaillant, un Palestinien de 23 ans originaire d'un quartier de Jérusalem-Est, a été évacué dans un état critique. Jérusalem, en proie depuis le début du mois à une vague de violences parcourant les Territoires palestiniens occupés et Israël, n'avait plus été le théâtre d'attentat depuis plusieurs jours.
Vidéos à la une
Alors que les tensions sont montées d'un cran entre Israéliens et Palestiniens, le président de l'autorité palestinienne a lancé un vibrant appel aux Nations Unies. S'exprimant lors d'une réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'Onu à Genève, Mahmoud Abbas a réclamé " un régime de protection international du peuple palestinien ", et ce de toute urgence. " La situation des droits de l'homme en territoires palestiniens occupés... est la pire et la plus critique depuis 1948 ", a-t-il déploré.
Vidéos à la une
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche que la mise en place de caméras de surveillance sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem était "dans l'intérêt" de son pays et de la sécurité sur le site. Une vision que ne partage pas la rue palestinienne.
Vidéos à la une
Le bilan des 'violences israélo-palestiniennes': http://fr.euronews.com/2015/10/21/l-engrenage-de-la-violence-se-poursuit... s'aloudit encore. Alors que les Palestiniens enterraient aujoud'hui un des leurs, une soldate israélienne a été grièvement blessée en Cisjordanie et son agresseur a été (immédiatement) tué. A l'origine de ces violences, la question de l'accès à 'l'Esplanade des Mosquées': http://fr.euronews.com/nocomment/2015/09/14/violents-heurts-sur-lesplana.... Un dossier urgentissime pour Ban Ki-Moon. Il est crucial de résoudre les tensions existantes pour inverser l'escalade En visite dans la région, le secrétaire général des Nations unies s'est déclaré 'très préoccupé par les provocations répétées concernant ce lieu Saint à Jérusalem qui ont alimenté la flambée de la violence actuelle'. Ban Ki-Moon a exhorté les deux parties à sortir de l'impasse actuelles. 'Il est crucial de résoudre les tensions existantes pour inverser l'escalade', a-t-il plaidé. Malgré l'important dispositif de sécurité mis en place par Israël pour contrer la vague d'attaques au couteau, la tension reste palapable. Depuis trois semaines les violences ont déjà fait plus de 50 morts: une dizaine de victimes israéliennes et quelque quarante tués côté palestinien.
Vidéos à la une
Devant le Congrès sioniste mondial, Benjamin Netanyahu a créé la polémique en affirmant qu'Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs, accusant au contraire le Grand mufti de Jérusalem, haut dirigeant musulman dans la Palestine alors sous mandat britannique. Ces propos ont immédiatement déclenché une levée de boucliers. Plusieurs historiens israéliens de renom ont condamné la théorie développée par Netanyahu. Pour rappel, en 2012, Netanyahu avait déjà effectué une sortie similaire.
Vidéos à la une
Après les violences répétées au Proche-Orient, notamment dans la bande de Gaza, à Jérusalem ou encore en Cisjordanie, les forces de l'ordre israéliennes ont tout mis en place pour sécuriser et rassurer la population, avec notamment 300 soldats en renfort dans la ville sainte. Notre correspondant sur place, Xavier de Giacomoni, indique qu'il n'y a pour le moment aucun incident à signaler.
Vidéos à la une
La multiplication des attaques entre Palestiniens et Israéliens a fait la une des télévisions européennes cette semaine. Comment ont-elles abordé ces violences ? Reportage de Russia 24 La vieille ville de Jérusalem et sous haute surveillance alors que la situation dégénère ici et en Cisjordanie sur fond d'extrêmes tensions religieuses. Deux semaines de violences qui font craindre une nouvelle intifada. Reportage de la TVE Alors que sur le terrain politique les deux parties se renvoient la responsabilité de la détérioration de la situation, le bilan des victimes augmente, tant d'un côté que de l'autre. Reportage de la RTS Drôle de mouvement que celui de ces jeunes palestiniens armés de couteaux, qui se radicalisent, sans mot d'ordre, sans chef, suivant les réseaux sociaux et convaincus qu'ils ont un rôle à jouer pour défendre leurs lieux saints.
Vidéos à la une
Véhicules et personnes fouillés, instauration de points de contrôle entre les quartiers arabe et juif de Jérusalem... voici quelques unes des mesures prises par le gouvernement israélien suite à la recrudescence de violence de ces derniers jours.
Vidéos à la une
JERUSALEM - 14 oct 2015 - Depuis mercredi, des postes de contrôle apparaissent autour de Jérusalem-Est, la partie annexée et occupée de la ville. La mesure est controversée car elle risque de renforcer le sentiment d'enfermement des Palestiniens, et d'entériner la division de Jérusalem, perspective rejetée par les Israéliens. Mais elle a été décrétée en urgence, à la suite d'un mardi noir : en une journée, trois Israéliens ont trouvé la mort dans des attentats perpétrés par des Palestiniens originaires des quartiers arabes de Jérusalem. Autre mesures instaurées : la saisie des biens des auteurs d'attaques et la révocation de leurs droits de résidence permanente, en plus de la démolition de leur habitation, une pratique déjà en vigueur. Depuis le 1er octobre, la violence ne cesse de gagner du terrain. Elle a causé une trentaine de morts côté palestinien, sept côté israélien.
Vidéos à la une
Plusieurs nouvelles attaques au couteau ont été perpétrées ce lundi à Jérusalem. La première a eu lieu près de la porte des Lions, aux abords de la vieille ville. Un jeune Palestinien a voulu poignarder un policier israélien. Celui-ci portait un équipement de protection, il n'a pas été touché. L'agresseur, lui, a été abattu par d'autres policiers. Plus tard dans la journée, deuxième attaque, cette fois près du quartier général de la police israélienne. Une femme s'en est pris à un garde-frontière israélien, le blessant légèrement. L'homme a eu le temps de sortir son arme et de tirer. Blessée, l'assaillante a été hospitalisée. Une troisième attaque similaire a eu lieu ensuite dans une colonie juive à Jérusalem-est. Deux personnes ont été blessées à l'arme blanche. Un des 2 assaillants a été abattu. Forte hausse des ventes d'équipements d'auto-défense Ces trois attaques portent à 18 le nombre d'agressions au couteau visant des Israéliens depuis le 3 octobre dernier. Conséquence de ce climat d'insécurité : la vente d'armes est en forte progression en Israël. Dans les magasins spécialisés, on confirme une demande accrue pour les équipements d'auto-défense. Les sociétés de gardiennage et de surveillance voient également une augmentation des sollicitations pour renforcer la sécurité. > 'En Israël, la vente de munitions et armes a fortement progressé' - lire article ici
Vidéos à la une
Depuis plusieurs jours, les violences s'intensifient entre Palestiniens et Israéliens dans la bande de Gaza avec un raid israélien qui a fait deux morts mais aussi à Jérusalem, où un attentat-suicide a été déjoué. L'automobiliste qui s'apprêtait à agir, une femme, a été grièvement blessée. Le point avec notre envoyé spécial au Proche-Orient, Xavier Giacomini.
Vidéos à la une
L'escalade de violence continue au Proche-Orient entre Israël et la Palestine. Ces dernières heures, six Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza alors qu'un jeune manifestant palestinien est mort dans des heurts avec la police israélienne à Jérusalem-Est. Le point sur la situation avec notre correspondant Benoît Christal.
Vidéos à la une
Ces derniers jours, une vague de violences a lieu entre Israël et la Palestine avec plusieurs attaques isolées à l'arme blanche qui ont fait plusieurs morts, notamment dans la bande de Gaza, où six Palestiniens ont été tués. La nuit dernière, un Palestinien est mort à Jérusalem-Est. Ces violences laissent entrevoir une troisième intifada et le Hamas appelle tous les Palestiniens à descendre dans les rues et soutient les attaques survenus ces derniers jours.
Vidéos à la une
Depuis le 3 octobre, les attaques aux coups de couteau contre des Israéliens ont fait 2 morts et 13 blessés. Ce vendredi, 3 jeunes Palestiniens ont été tués et 17 autres blessés par des tirs israéliens lors de heurts dans la bande de Gaza, dans un secteur à la frontière avec Israël, selon les services de secours de l'enclave. Caroline Mier, envoyée spéciale de BFMTV, à Jérusalem détaille l'atmosphère sur place.

Pages

Publicité