Vidéos A la une
Lorsque les manifestations dégénèrent, la responsabilités est celle des organisateurs, a estimé Jean-Pierre Raffarin, invité du Grand Jury LCI/LE FIGARO RTL.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Raffarin a défendu son "éthique de la primaire" et regretté que Nicolas Sarkozy n'ait pas annoncé sa candidature. "Il aurait tout intérêt à clarifier les choses", a dit l'ancien Premier ministre.
Vidéos A la une
Le fait que François Hollande, candidat éventuel à sa réélection, doive passer par des primaires est une "manifestation de son échec", il "devrait être le candidat de la France", selon Jean-Pierre Raffarin.
Vidéos A la une
Pour l'ancien Premier ministre, les casseurs ne sont pas dépolitisés au contraire, ils appartiennent à l'ultra-gauche, comme il l'a dit lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro.
Vidéos Argent/Bourse
"Le premier texte avant les concessions du gouvernement allait dans la bonne direction", a affirmé Jean-Pierre Raffarin à propos de la loi travail.
Vidéos A la une
"Quand on ne respecte pas la loi de l'Etat, on n'a plus les subventions de l'Etat", a estimé Jean-Pierre Raffarin à propos de la CGT, lors du Grand Jury.
Vidéos A la une
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a déclaré sur BFMTV que l'abandon de la réforme constitutionnelle "était une décision prévisible". "Aujourd'hui ça ne sert à rien de se renvoyer comme sous un préau d'école les responsabilités, l'arroseur a été arrosé. ", a-t-il assuré, poursuivant que "dans la République, c'est comme en équitation, quand le cheval trébuche c'est le cavalier qui est responsable". Pour Raffarin, "cette réforme n'a pas été pilotée, il faut maintenant passer à autre chose et sortir de l'impasse".
Vidéos A la une
Invité sur BFMTV ce mardi, Jean-Pierre Raffarin a réagi à la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. Une mesure qui relève du "calcul politicien" pour l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac. "Comme la droite a gagné les élections municipales massivement, on coupe les crédits en se disant que ça pénalisera la droite" , a-t-il estimé. Il a appelé François Hollande à "abandonner son obsession de 2017", ajoutant qu'un chef de l'Etat devait se consacrer "à son mandat actuel et non pas à rêver du prochain".
Vidéos A la une
Impossible pour Alain Juppé de ne pas se rendre au salon de l'agriculture puisque tous ses adversaires à la primaire de la droite s'y sont montrés avant lui. Accompagné de Jean-Pierre Raffarin, le maire de Bordeaux a mis l'accent sur son ancrage régional.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot ce mercredi sur LCI, le directeur de campagne d'Alain Juppé, Gilles Boyer s'est félicité du soutien de Jean-Pierre Raffarin qui est "très important" et qui représente "la sensibilité centriste de l'UMP qui est toujours présente chez les Républicains."
Politique
En annonçant dimanche sa candidature à la primaire des Républicains, Jean-François Copé a porté un nouveau coup au président du parti de droite qui peine à asseoir son autorité.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Raffarin était l'invité dimanche soir de BFM Politique. En faisant référence aux deux derniers ministres des Affaires étrangères qui sont passés par la case Premier ministre, Apolline de Malherbe a demandé à l'ancien locataire de Matignon, s'il était intéressé par le poste. "On a toujours besoin d'un Premier ministre chez soi", a-t-il d'abord ironisé. "On verra, je suis vraiment très désintéressé. Je ne demande rien, j'ai déjà refusé d'être ministre. Je veux travailler avec Alain Juppé, nous verrons les choses, ce n'est pas du tout mon ambition", a-t-il assuré.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Raffarin était l'invité d'Apolline de Malherbe dimanche soir dans BFM Politique. Après le conseil national du parti Les Républicains, l'ancien Premier ministre a apporté son soutien à Alain Juppé pour la primaire à droite de 2017. "J''ai fait mon choix. J'ai choisi de m'engager pour Alain Juppé. Je pense qu'il incarne le projet politique auquel je crois", a déclaré le ténor LR.
Vidéos A la une
Selon Jean-Pierre Raffarin, il serait plus judicieux que Les Républicains travaillent avec le gouvernement, notamment sur les questions du chômage. Éric Brunet estime que cette idée est absolument absurde. La France est désormais dans un système avec une pluralité politique. Les projets de chaque parti sont différents les uns des autres, insiste-t-il. Toutefois, ce système représente exactement ce que ne veulent pas les Français, affirme Laurent Neumann. Associer la gauche et la droite ne signifie pas abolir les clivages idéologiques, il s'agit juste d'en finir avec les postures. - Bourdin Direct, du mardi 15 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos A la une
Au lendemain d'une percée historique du Front national, le sénateur Les Républicains, Jean-Pierre Raffarin a tiré la sonnette d'alarme. "La République est en train de s'effondrer", s'est-il alarmé.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Raffarin était reçu mercredi soir sur BFMTV par Ruth Elkrief. Le sénateur "Les Républicains" de la Vienne a indiqué qu'il ne lui paraîtrait pas impossible de gouverner avec certains membres du gouvernement socialiste. "Des Manuel Valls ou des Macron sont porteurs d'un autre message que des Mélenchon", a-t-il déclaré. "On voit bien qu'il y a au centre droit, centre gauche, une préoccupation un peu plus sociale ici, une préoccupation un peu plus libérale là" mais qui se rejoint dans une pensée européenne. Jean-Pierre Raffarin a confirmé qu'il ne serait pas opposé à ce qu'ils gouvernement ensemble.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Raffarin était l'invité de News et Compagnie mercredi soir. L'ancien Premier ministre est l'un des plus grands fans du chanteur Johnny Hallyday, qui sort un nouvel album le 13 novembre prochain. Mais il a refusé d'entonner sur le plateau l'une des chansons de l'artiste: "Je ne peux pas faire ça, ce n'est pas possible. Le problème, si je chante ça ne vous renseignera en rien sur la musique", a répondu ironiquement Jean-Pierre Raffarin. Il a tout de même avoué que : "Johnny Hallyday réussit ses quinquennat les uns après les autres".
Politique
Blague, bourde, lapsus, phrase choc… Planet.fr vous propose de revenir sur le mot ou la phrase qui a marqué la semaine.
Vidéos A la une
Petit trait d'humour de Jean-Pierre Raffarin sur la photo de famille des ténors des Républicains, à La Baule, samedi 6 septembre. Après un tweet remarqué, l'ex-Premier ministre commente: "ils m'ont rappelé l'équipe de France face au haka de leurs adversaires".
Vidéos A la une
Sur le plateau du Grand Jury, Jean-Pierre Raffarin s'exprime sur la guerre en Syrie et une possible intervention de la France. Pour lui, cela doit se faire dans le cadre de la coalition au niveau des frappes, et se dit "très réservé sur une intervention sol", d'autant plus que les relations avec la Russie et l'Iran ne sont pas normalisées.
Vidéos A la une
Johnny Hallyday, reparti sur les routes pour l'une de ses tournées marathon, a embrasé au soir du 14 juillet les Francofolies de La Rochelle en bouquet final de cette 31e édition. Le rocker français a rassemblé un public nombreux, y compris des politiques. De Ségolène Royal à Jean-Pierre Raffarin, Johnny fait l'unanimité. Le chanteur aura contribué au succès de ce nouveau cru.
Vidéos A la une
Invité ce mercredi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Jean-Pierre Raffarin est revenu sur le recours au 49.3 pour faire passer la loi Macron. S'il était député, le sénateur des Républicains voterait la motion de censure, déposée par les Républicains contre le gouvernement. L'ancien Premier ministre estime que le texte "ne va pas assez loin" et qu'il n'est qu'une "introduction". "Ce sont des mesures de simplification. Je trouve qu'elles ne sont pas mauvaises mais elles ne sont pas à la mesure du sujet", a déclaré Jean-Pierre Raffarin.
Vidéos A la une
"Nicolas Sarkozy évolue, il écoute tout le monde, il est patient comme tout dans les réunions. Il vit aujourd'hui une période nouvelle" a déclaré ce dimanche Jean-Pierre Raffarin, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Pour Alexis Brézet du Figaro, les propos de l'ancien Premier ministre ont "une touche d'ironie car il a toujours préféré Juppé".
Vidéos A la une
"Il nous dit Sarkozy a changé, François Fillon est formidable, Alain Juppé est sérieux... Quand on l'écoute, on dirait que tout le monde à droite pourrait être son candidat" a ironisé Éric Revel, directeur de LCI. En effet, l'ex Premier ministre s'est illustré, dans le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, par un exercice qu'il maîtrise avec brio, le "ni-ni".
Vidéos A la une
Marine Le Pen est souvent créditée en tête des sondages pour la présidentielle de 2017. Une situation que l'ancien ministre Jean-Pierre Raffarin "fera tout pour l'éviter". "Ce serait une atteinte à notre patrimoine culturelle", estime-t-il.
Vidéos A la une
Nicolas Sarkozy s'est fait un procureur implacable de "la gauche", accusée de "trahir la République", en concluant, porte de la Villette à Paris, le congrès fondateur du mouvement des "Républicains", qu'il a voulu voir succéder à l'UMP. "Nicolas Sarkozy a dit ce qu'un grand nombre de citoyens pense, et son ton a été bien apprécié", estime l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.
Politique
Une vidéo exclusive montre une rencontre émouvante et inédite entre l’ancien président de la République et son premier ministre. 
Vidéos A la une
Invité du Club LCI ce lundi, ancien Premier ministre, sénateur UMP de la Vienne, a estimé que la loi Macron "présente un danger", à savoir "donner le sentiment que le pouvoir central, les grands leaders, que ce qu'est le leadership national s'intéressent à d'autres choses que l'essentiel."
Vidéos A la une
Invité du Club LCI ce lundi, Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, sénateur UMP de la Vienne, a appelé à rester "profondément européen" précisant que "le monde qui s'organise est le monde des continents."
Vidéos A la une
Invité du Club LCI ce lundi, Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, sénateur UMP de la Vienne, s'est exprimé sur la question de la nouvelle appellation de l'UMP et a ironisé sur "les trois logos" à l'étude "pas très créatifs".

Pages

Publicité