Vidéos Argent/Bourse
Les gestes de François Hollande se multiplient ces derniers moments. Alors que le président de la République donne beaucoup aux intermittents, aux chercheurs et aux enseignants, les élus réunis ce mardi Porte de Versailles à Paris sont très remontés contre la baisse de leur dotation globale de fonctionnement. Ils attendent donc beaucoup du discours du chef de l'État, prévu jeudi pour la clôture de ce 99ème Congrès des maires. François Hollande fera-t-il aussi un cadeau aux maires ? - Avec: Patrick Coquidé, éditorialiste BFM Business. Michel Klopfer, fondateur du cabinet CMK. Sébastien Meurant, Maire LR de Saint-Leu-la-Forêt, vice-président de l'AMIF, référant de la commission finances et fiscalité. Et Jean-Luc Boeuf, directeur général des services de la Ville et de la communauté d'agglomération de Quimper. - Les Décodeurs de l'éco, du mardi 31 mai 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Le Président, semble depuis quelques semaines vouloir accélérer le train des réformes. Et l'une de ses priorités, réside dans la refonte des collectivités locales. " J'ai demandé au gouvernement de Manuel Valls d'accélérer la réforme territoriale ", avait ainsi déclaré le chef de l'État sur BFM-TV, le 6 mai dernier. " Je pense que les conseils généraux ont vécu ", avait-il estimé, lui qui ne s'était jamais tant avancé sur ce dossier sensible de la suppression des assemblées départementales et de la réduction du nombre de régions. En outre, dans sa déclaration de politique générale du 8 avril, Manuel Valls avait annoncé une division " par deux " du nombre des régions au plus tard au 1er janvier 2017, une refonte de la carte des intercommunalités d'ici à 2018 et une suppression des conseils généraux " à l'horizon 2021 ". Un mois plus tard, l'exécutif annonce mettre les bouchées doubles, et ce en dépit de la fronde des élus locaux, y compris du côté des présidents de Conseils généraux socialistes. François Hollande envisage un report d'un an des futures élections régionales et cantonales de 2015 à 2016. Il estime en effet plus judicieux de tenir le scrutin sous le régime du nouveau découpage. Mais la réforme ne peut-elle pas être mise en péril en raison des résistances ? L'opposition, qui a souvent appelé de ses voeux une telle mesure, apportera-t-elle son soutien au gouvernement ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Publicité