Vidéos à la une
Jean-François Copé était l'invité de Ruth Elkrief, ce lundi sur BFMTV. L'ancien candidat à la primaire de la droite et du centre est revenu sur la nomination d'Édouard Philippe, maire Les Républicains du Havre, au poste de Premier ministre. "Quand vous faites campagne contre vos amis, vous vous excluez de vous-même. Ce n'est pas une décision du parti mais à partir du moment où il choisit de faire cavalier seul...", a-t-il déclaré.
Vidéos présidentielles
Invités tous les deux sur le plateau de France 2 ce dimanche 23 avril après l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, Rachida Dati et Jean-François Copé étaient assez dissipés. Ils ont été repris par Léa Salamé qui leur a demandé de régler leurs comptes plus tard. L'ancienne...
Vidéos à la une
Jean-François était l'invité de François Gapihan, ce lundi sur BFMTV. Le député Les Républicains a livré son pronostic sur un éventuel duel Macron-Le Pen au second tour de la présidentielle: "Le Pen ne fera qu'une bouchée de Macron. Il faut de l'expérience pour être président de la République (...) Quand on n'a jamais vu un électeur de sa vie, on perd le sens de la mesure. Il faut que nous ayons, à droite, un candidat comme François Fillon qui défende les seules réformes que l'on peut faire pour ce pays."
Politique
L'ancienne Garde des Sceaux sous Nicolas Sarkozy possède une personnalité haute en couleur, comme le démontrent ses apparitions remarquées dans les médias. Mais savez-vous tout de Rachida Dati ? Découvrez-le avec ces cinq anecdotes à son sujet.
Politique
Dimanche, après le dépouillement des votes pour la primaire de la droite et du centre, le maire de Meaux a eu une mauvaise surprise en découvrant son score de... 0,3%. Ce résultat a évidemment été remarqué par les internautes, dont voici les tweets les plus piquants !
Société
Un candidat à la primaire de la droite a dit vouloir supprimer un jour férié tout en maintenant les commémorations dédiées à ce jour particulier.
Magazine
Au magazine "Gala", l'homme politique a déclaré que la chose la plus folle qu'il avait faite dans sa vie était d'avoir emprunté la voiture d'un inconnu... Une révélation qui a suscité la moquerie sur les réseaux sociaux : de nombreux messages pourvus du mot-clé #ThugCommeCopé ("voyou comme Copé") ont fleuri sur Twitter. 
Politique
Comme tout un chacun, les politiciens n'aiment pas admettre qu'ils ont eu tort. Alors quand on leur demande le prix d'un pain au chocolat ou d'un ticket de métro et qu'ils sèchent, ils font tout pour avancer une explication, même si elle est peu convaincante.
Politique
Comme Jean-François Copé un peu plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a dû donner le prix d’une viennoiserie. Cette fois-ci, il s’agissait des chouquettes. A-t-il fait mieux que son rival ?
Insolite
Les internautes n’ont pas manqué l’occasion de se moquer du candidat à la primaire de la droite, qui s’est nettement trompé sur le prix du pain au chocolat.
Société
Incapable de dire combien coûtait un pain au chocolat lors de son intervention sur une émission de radio, le maire de Meaux a fait une supposition un peu éloignée de la réalité...
Vidéos à la une
Près de 40.000 personnes se sont réunies, ce lundi midi, sur la promenade des Anglais à Nice pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. Parmi les personnalités invitées à se recueillir, le Premier ministre, Manuel Valls était bien présent. Copieusement sifflé et hué par la foule avant et après la minute de silence, les politiques de droite comme de gauche ont été invités à commenter cet évènement. Sur BFMTV, Jean-François Copé n'a pas voulu réagir à la polémique mais précise tout de même que "Ce qui compte maintenant, c'est d'acter qu'on a changé d'époque, on doit changer de politique" a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
Le programme des Républicains a été accepté lors du Conseil national du parti qui s'est tenu ce samedi 2 juillet. Pour certains, comme Alain Juppé ou Henri Guaino, ce programme ne reflète pas la droite et serait plutôt un programme sur mesure pour Nicolas Sarkozy. Celui-ci a condamné l'absence de ses rivaux et n'a pas, pour le moment, officialisé sa candidature à la présidentielle. François Fillon et Jean-François Copé se sont également exprimés évoquant "une compétition franche et loyale".
Vidéos Argent/Bourse
Camille Bedin développe la proposition de Jean-François Copé, dont elle est la porte-parole pour la primaire: refonder le système syndical en France. Elle estime que ce système ne fonctionne plus et que les syndicats ne sont pas représentatifs des salariés d'aujourd'hui.
Vidéos à la une
Jean-François Copé, le candidat à la primaire du parti Les Républicains, était invité chez Nathalie Levy lundi soir sur BFMTV. Le maire de Meaux est revenu sur sa rencontre avec Nicolas Sarkozy après un an de brouille. "Je suis allé voir Nicolas Sarkozy parce que je trouvais absurde qu'on ne se parle plus", s'est-il confié. Le député LR de Seine-et-Marne a réfuté avoir souhaité ce rapprochement en raison de ses mauvais chiffres dans les sondages. "Il n'a pas besoin de moi, je n'ai pas besoin de lui", a-t-il assuré.
Vidéos à la une
Il y a quelques mois, Jean-Pierre Pernaut avait déclaré dans son journal de 13 heures sur TF1 que les cheminots avaient 60 jours de congés par an, ce qui avait provoqué un tollé chez les agents de la SNCF. Jean-François Copé, lui, évoque 130 jours de congés.
Vidéos à la une
La grève des éboueurs se poursuit ce vendredi, et ce qu'à mardi prochain, date de la prochaine mobilisation contre la loi Travail. Dans la capitale, mais aussi dans d'autres villes de province, les déchets s'accumulent. Une situation préoccupante en ce premier jour d'Euro 2016. Sur RTL, Jean-François Copé accuse les syndicats de "déshonorer" l'image de la France. Il accuse également le gouvernement de manquer d'autorité.
Vidéos à la une
Les propos de Jean-François Copé, candidat à la primaire à droite chez "Les Républicains", qui était de passage dans le Finistère.
Vidéos à la une
Lors d'un débat face à Jean-Marie Le Guen sur BFMTV ce mardi, Jean-François Copé a brocardé le gouvernement qui tient selon lui, un discours "de bisounours", face aux grévistes de la SNCF. Le maire LR de Meaux s'est par ailleurs moqué de l'exécutif qui "appelle au secours l'opposition pour voter un texte alors qu'il n'a pas réuni sa propre majorité". "Ça me fait sourire tristement de voir le gouvernement appeler les gens de l'opposition au secours", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
"Il faut faire des réformes qui vont redonner du corps à notre pays", a déclaré Jean-François Copé, député-maire LR de Meaux, candidat à la primaire du centre et de la droite. Ainsi, il a évoqué "le retour aux 39 heures dans la fonction publique, la fin de l'emploi à vie dans la fonction publique pour les nouveaux entrants comme cela se fait pour les militaires".
Vidéos à la une
Invité du Grand Jury de LCI, RTL et Le Figaro, Jean-François Copé a évoqué les récents blocages des raffineries et accuse le gouvernement. "Il y a un moment où ce pays doit renouer avec l'ordre et le commandement. Derrière, il y a la faiblesse du commandement". Il a ajouté : "Il faut absolument que des décisions soient prises. Il faut intervenir immédiatement pour que les dépôts de carburants soient débloqués".
Vidéos à la une
Invité du Grand Jury de LCI, RTL et Le Figaro, Jean-François Copé a évoqué sa définition d'un président de la République. Pour lui, "le chef de l'Etat doit être l'homme de la situation, celui qui prend les responsabilités qui relèvent de sa compétence et de sa mission". Il a également ajouté que le problème de François Hollande, "c'est son inaptitude au commandement".
Vidéos à la une
"On a rendu hommage au courage du policier qui a eu le courage de ne pas sortir son arme. Mais chacun doit comprendre que la force de la loi doit changer de camp. Il a été d'un courage extraordinaire mais les casseurs doivent savoir que ça peut être un danger mortel de casser, d'attaquer des forces de l'ordre", a déclaré Jean-François Copé, invité du Grand Jury de RTL, LCI et le Figaro. "Il y a un vrai gros problème lié au poids de la pensée unique qui est entrée à Paris. 300 policiers blessés depuis deux mois, on réalise ce que ça veut dire ?", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Jean-François Copé est le premier candidat à la primaire de la droite en vue de l'élection présidentielle de 2017 à avoir déposé ses 20 parrainages nécessaires. Il explique vouloir proposer un programme de "droite décomplexée" et gouverner "par ordonnances".
Vidéos à la une
Jean-François Copé s'est exprimé à propos de la primaire de la droite et du centre, ce lundi sur BFMTV et RMC. Le maire de Meaux a estimé que la longue liste des prétendants déclarés à cette élection, dont il fait lui-même partie, était justifiée. "Nous n'avons ni leadership, ni ligne politique incontestable à droite", a-t-il avancé, se disant le candidat d'une droite décomplexée. "La droite décomplexée, ce n'est pas une droite extrême mais une droite qui assume et dont la main ne tremble pas", a affirmé le député LR.
Vidéos à la une
Pour qui François Bayrou roule-t-il alors que la présidentielle 2017 pointe à l'horizon ? Il semblait acquis que le maire de Pau avait pris position en faveur d'Alain Juppé. Le président du Mouvement démocrate ne cachait pas son entente avec l'édile de Bordeaux ces derniers mois. Il était même entendu que si Alain Juppé remporte la primaire de la droite et du centre, François Bayrou lui laissera le champ libre et ne se présentera pas. Or, le Journal du Dimanche du 17 avril révèle une information surprenante : l'hebdomadaire affirme que François Bayrou a promis la même chose à François Fillon. Le JDD cite même une confidence que le centriste aurait faite à l'ex Premier ministre : "Si tu gagnes les primaires, je ne me présenterais pas contre toi". Dans la journée, rétropédalage du président du MoDem qui assure que "cette information est sans aucun fondement" et que sa position "n'a pas changé depuis 18 mois". "J'ai indiqué que si Alain Juppé remportait cette primaire, je ne serai pas candidat je le soutiendrai", martèle-t-il. Il déclare qu'il se présentera bien à la présidentielle si Alain Juppé n'est pas choisi. Une mise au point claire, mais difficile de dire quelle tournure prendra cette primaire très attendue.
Vidéos à la une
Au sein du parti Les Républicains, douze candidats sont déjà sur la ligne de départ pour la primaire organisée en novembre prochain en vue de l'élection présidentielle. Alors que Jean-François Copé revient avec une livre après 18 mois de silence, Nathalie Kosciusko-Morizet rencontre les militants et Hervé Mariton se présente comme un "candidat modeste des libertés et des valeurs", dit-il.
Vidéos à la une
"La moitié de la ville de Meaux en 1995, c'était des tours, des barres, 56% de logements sociaux, des quartiers impossibles". Maire de la ville depuis 2005, Jean-François Copé, invité d'Arlette Chabot, revient sur ses actions. Son rêve serait de les transposer à l'échelle de la France.
Vidéos à la une
Jean-François Copé était l'invité de Nathalie Levy jeudi soir sur BFMTV. Le député "Les Républicains" de Seine-et-Marne a déclaré qu'il ne voterait plus le projet de réforme du code du Travail après les modifications apportées. La première version du texte portée par Myriam El Khomri lui correspondait beaucoup plus. "Quand j'ai vu l'avant-projet de loi, j'ai dit j'ai un regret c'est que la droite ne l'ai pas fait", a-t-il expliqué. Mais après les changements apportés, "il n'y a plus rien qui soit un véritable progrès", a regretté le candidat de la droite.
Vidéos à la une
Dans "Bureau politique", chaque semaine, une personnalité politique nous reçoit "chez elle", dans son bureau. Un objet, une photo, un livre servent d'amorce à un dialogue plus intime. Entre promenade nostalgique et regard sur l'actualité la plus brûlante, "BP" nous donne à voir une facette plus personnelle des politiques. Cette semaine Jean-François Copé.

Pages

Publicité