Vidéos à la une
Les États-Unis ont mené hier des frappes en Syrie contre Mohammed Emwazi. 'Jihadi John' a pris part aux vidéos montrant notamment les décapitations des journalistes américains Steven Sotloff et James Foley.
Vidéos à la une
Les États-Unis ont mené hier des frappes en Syrie contre Mohammed Emwazi. 'Jihadi John' a pris part aux vidéos montrant notamment les...
Vidéos à la une
C'est la troisième fois en un mois que les djihadistes de l'État islamique revendiquent le meurtre d'un otage occidental. Dans une vidéo diffusé samedi, le groupe islamiste affirme avoir exécuté le travailleur humanitaire britannique David Haines. Le bourreau explique avoir décapité l'otage en représailles de l'entrée du Royaume-Uni dans la coalition internationale destinée à combattre l'EI. Doté du même accent britannique, cet homme pourrait être le même que celui des vidéos des exécutions des deux otages américains, James Foley et Steven Sotloff. La vidéo n'a pas encore été authentifiée, mais le Premier ministre britannique David Cameron a d'ores et déjà réagi. Dénonçant un "meurtre odieux", il a promis de tout faire pour traquer les auteurs du crime. Originaire de Perth en Écosse, David Haines a été enlevé en mars 2013 en Syrie, alors qu'il travaillait pour une ONG.
Vidéos à la une
Face aux exactions des jihadistes de l'Etat islamique en Irak et en Syrie, Kamel Kabtane, le recteur de la mosquée de Lyon a appelé "l'ensemble de la communauté musulmane à réagir", ce jeudi sur RMC.
Vidéos à la une
Ce vendredi, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. Interrogé sur l'Etat islamique, le ministre a notamment déclaré que l'organisation était "une menace pour toute la région, une menace sur l'Europe et une menace sur le monde". "Elle est d'une cruauté inouïe, et sa cruauté est un argument de propagande", a-t-il poursuivi.
Vidéos à la une
Laurent Fabius était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi sur RMC et BFMTV. Le ministre des Affaires étrangères a notamment réagi à la demande d'une rançon par les ravisseurs de James Foley, et a tenu à rappeler la position de la France sur le sujet: "l'Etat français ne paie pas de rançon, et ceci à aucun moment", a-t-il assuré.
Vidéos à la une
LONDRES - 20 août 2014 - L'homme, au visage caché, que l'on voit sur la vidéo de l'État islamique, montrant la décapitation du journaliste américain James Foley, pourrait être britannique. C'est en tout cas la probabilité soulevait mercredi par de nombreux experts en phonétique. "Il parle avec un accent similaire à celui de l'anglais multiculturel de Londres, un accent britannique qui s'est développé récemment", estime Jane Setter, professeur à l'Université de Reading. Le Premier ministre David Cameron a interrompu ses vacances pour suivre l'avancée de l'enquête. L'unité anti-terroriste de Scotland Yard tente actuellement d'identifier le bourreau du journaliste. James Foley avait été enlevé en novembre 2012, alors qu'il couvrait le conflit syrien. C'est d'ailleurs en Syrie qu'entre 400 à 500 Britanniques sont partis faire le djihad, selon les chiffres gouvernementaux : "les combattants britanniques en Syrie ne sont pas là pour avoir un rôle secondaire" souligne Shiraz Maher du Centre international d'études sur la radicalisation (ICSR).
Vidéos à la une
"Nous connaissions ce journaliste indirectement par les témoignages rapportés par nos propres otages", a affirmé François Hollande jeudi au sujet du journaliste américain tué par l'Etat islamique. "La presse doit être préservée, elle ne doit pas être un objet de conflit", a ajouté le Président à son arrivée à la Réunion.
Vidéos à la une
L'Etat islamique (EI), groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et diffusé les images sur internet. Pour Arnaud Danjean (UMP), l'authenticité de cette vidéo laisse peu de place au doute. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos à la une
Le secrétaire général de Reporters sans frontières réagit à la mort du journaliste américain James Foley, dont l'Etat islamique revendique l'exécution en représailles aux frappes aériennes américaines en Irak. Christophe Deloire dénonce également \"l'indignité et la caractère atroce\" de la vidéo diffusée par EI.
Vidéos à la une
WASHINGTON - 19 août 2014 - Les djihadistes ultra-radicaux de l'État islamique (EI) ont affirmé avoir exécuté le journaliste américain, James Foley. Ce dernier, 40 ans, était un reporter expérimenté, qui travaillait pour le site d'informations américain GlobalPost, l'Agence France Presse et plusieurs autres médias. Il avait couvert le conflit en Libye, puis en Syrie. C'est d'ailleurs dans ce pays que le journaliste a été enlevé en novembre 2012, comme le rappelle le site du FBI. Mardi, les djihadistes ultra-radicaux de l'EI ont diffusé une vidéo dans laquelle on voit un homme masqué, habillé de noir, qui semble couper la gorge de James Foley. La Maison Blanche est actuellement en train d'authentifier la vidéo et s'est dit "horrifiée" si le meurtre du journaliste est avéré. L'Etat islamique dit également détenir un autre journaliste américain, identifié comme étant Steven Sotloff, et menace de l'exécuter lui aussi si le président Barack Obama ne met pas fin aux frappes aériennes en Irak. Les extrémistes sunnites sèment la terreur en Irak et en Syrie. Ils ont perdu du terrain ces derniers jours dans le nord irakien après une contre-offensive des forces armées et des combattants kurdes appuyées par des raids massifs de drones et d'avions de combat américains.
Vidéos à la une
Jean-Jacques Bourdin reçoit Robert Ménard, maire de Béziers.
Publicité