Vidéos Vu à la télé
Le 15 juin dernier, Elisabeth Paganelli, secrétaire générale des Gynécologues et Obstétriciens de France (Syngof), a remis en cause la légitimité des arrêts de travail pour une IVG médicamenteuse. Marina Carrère d'Encausse a réagi aux déclarations du Dr Paganelli dans Le Journal de la Santé mardi...
Vidéos A la une
Depuis plusieurs mois une association anti-IVG multiplie les tracts dans les boites aux lettres. Selon l'association, les femmes auraient deux fois plus de risque de développer un cancer du sein.
Vidéos A la une
A l'occasion de la journée mondiale de l'IVG, Marisol Touraine a lancé une plateforme nationale d'information.
Vidéos A la une
Une femme sur trois interrompt sa grossesse au moins une fois dans sa vie en France, mais certains centres sont encore à la traîne dans l'accompagnement de cet acte. "Il est encore souvent perçu comme un acte un peu transgressif pour beaucoup de gens. Mais je pense que c'est essentiellement un problème d'information et de connaissance de la méthode", estime le docteur Inès Perin, de l'hôpital Delafontaine en Seine-Saint-Denis.
Vidéos A la une
IVG : le combat continue ! Débat en présence de - Catherine Coutelle, députée socialiste de la Vienne, présidente de la Délégation de l'Assemblée nationale aux Droits des Femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. - Martine Hatchuel, gynécologue, membre de l'ANCIC, Association nationale des Centres d'IVG et de Contraception. - Colombe Schneck, journaliste, auteure de "Dix-sept ans".
Vidéos A la une
La ministre de la Santé a présenté vendredi son plan sur l'interruption volontaire de grossesse, l'IVG. L'objectif est d'améliorer l'accès à l'avortement sur tout le territoire. Rendre l'IVG plus accessible passe d'abord par une meilleure information des femmes. Un numéro vert ainsi qu'une campagne de promotion seront mis en place en septembre prochain. Les actes associés à l'IVG, comme les consultations et les échographies, seront désormais pris en charge. Les sages-femmes pourront pratiquer les IVG médicamenteuses et ainsi élargir l'offre sur tout le territoire.
Vidéos A la une
La loi Veil qui a légalisé l'IVG fête ses 40 ans. Pour l'occasion, rencontre avec une jeune femme qui a choisi d'interrompre sa grossesse.
Vidéos A la une
Florian Philippot, vice-président du Front national, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur la commémoration de la loi Veil à l'Assemblée nationale. Cette dernière a adopté ce mercredi par 143 voix contre 7 une proposition de résolution cosignée par tous les présidents de groupes pour réaffirmer le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse en France, en Europe et dans le monde. Ce texte, non contraignant, a été adopté le jour de l'anniversaire du démarrage des débats sur la loi de Simone Veil, le 26 novembre 1974. À l'inverse de la violence des échanges d'il y a 40 ans, l'apaisement a dominé dans l'Assemblée lors des interventions, rompu seulement par un virulent discours anti-avortement de Jacques Bompard, un député d'extrême droite. Florian Philippot estime quant à lui que le Parlement devrait voter des lois qui s'appliquent au lieu de commencer à voter des résolutions ou bien des "lois anniversaires".
Vidéos A la une
Près d'une femme sur trois a dû recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Pourtant, 40 ans après le début des débats autour du projet de loi dépénalisant l'IVG - ou loi Veil - l'avortement reste tabou. "Tout le discours ambiant que l'on a pu entendre, sur la famille, le retour à la maternité bienheureuse, fait que celles qui ne souhaitent pas être mères à un moment de leur vie ou toute leur vie se sentent à nouveau stigmatisées et ont beaucoup de mal (...) à interrompre une grossesse", explique Danielle Gaudry, bénévole au planning familial. Par ailleurs, en dix ans, 130 centres qui pratiquaient l'IVG ont fermé. Face à ces difficultés, une proposition de résolution rédigée par la députée PS Catherine Coutelle va réaffirmer ce mercredi à l'Assemblée le "droit fondamental" à l'IVG. "Les jeunes générations, (ne doivent pas) considérer que c'est un acquis définitif", explique-t-elle. Marion Lefebvre-Becker
Société
Ce mercredi 26 novembre, l'Assemblée nationale adopte un texte sur l'avortement à l'occasion des 40 ans de l'adoption de la loi de Simone Veil. Malgré les décennies, certains militent encore pour sa relecture...
Vidéos A la une
Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, souligne "le courage et la volonté qu'il a fallu à l'époque à Valéry Giscard d 'Estaing et Simone Veil pour s'opposer à leur majorité", lors du vote de la loi légalisant l'avortement. 40 ans après son examen à l'Assemblée, le socialiste note que c'est "toujours un combat".
Vidéos A la une
Ce mercredi, Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du planning familial, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin pour évoquer notamment les difficultés rencontrées par les Françaises pour avorter. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
La loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) a 40 ans ce mercredi. L'Assemblée nationale devrait adopter dans la journée, de façon consensuelle, une proposition de résolution cosignée par tous les présidents de groupe pour réaffirmer le droit fondamental à recourir à l'IVG. "C'est une pure pétition de principe. Moi je n'aime pas ça, ce n'est pas ma conception de la politique", a réagi Laurent Wauquiez sur BFMTV et RMC, ce mercredi.
Vidéos A la une
Pourquoi Jean-Frédéric Poisson va voter contre la résolution sur l'avortement
Vidéos A la une
MADRID - 22 nov 2014 - Importante manifestation anti-avortement à Madrid. Des dizaines de milliers d'Espagnols ont défilé samedi pour demander au gouvernement de durcir les conditions de recours à l'IVG. Une piqûre de rappel à l'adresse de Mariano Rajoy. Avant son élection en 2011, le Premier ministre avait promis de restreindre le droit à l'avortement aux cas de viols et de danger avéré pour la vie des femmes. Promesse abandonnée une fois arrivé au pouvoir en raison de dissensions au sein de son propre parti. Depuis 2010, les femmes espagnoles peuvent avorter jusqu'à leur 14ème semaine de grossesse. Un délai assez proche de ce qui se pratique dans la plupart des autres pays de l'Union européenne.
Vidéos A la une
BFM Politique: Valérie Pécresse, députée UMP des Yvelines, ex-ministre du Budget, répond aux questions de Christophe Ono-dit-Biot du Point.
Vidéos A la une
Grande manifestation ce samedi en Espagne pour dénoncer le projet de loi du gouvernement qui veut interdire l’IVG et en faire un délit. Un revirement historique dans ce pays qui menait...
Vidéos A la une
Des milliers de personnes ont défilé samedi à Madrid pour la première grande manifestation contre le projet de loi qui supprime en Espagne le droit à l'interruption de grossesse.
Vidéos A la une
Aiguille à tricoter sur la tête, Emmanuelle a manifesté à Paris samedi pour défendre le droit à l'avortement en Espagne et en France.
Vidéos A la une
Retour sur le projte de loi anti-IVG en Espagne. Le gouvernement conservateur projette une loi visant à interdire l'avortement sauf en cas de viol ou de danger de santé pour la mère. Une grande...
Vidéos A la une
Invitée sur le plateau de Parlement’Air, Christine Boutin assure que "la suppression du mot détresse" revient à banaliser "l’avortement". La présidente d’honneur du Parti Chrétien...
Vidéos A la une
Les députés se sont retrouvés en séance de nuit le 22 janvier pour poursuivre l’examen du projet de loi sur l’égalité hommes-femmes. Après le congé parental étendu au père et l’IVG...
Vidéos A la une
Au menu : le conseiller spécial de Marine Le Pen, ça balance à l’UMP, le casque de Hollande en rupture et l’IVG à l’Assemblée.
Vidéos A la une
Le débat sur la suppression de la notion de "détresse" pour avoir accès à l’IVG a été houleux à l’Assemblée dans la nuit du 21 au 22 janvier. Le député UMP de l’Aube Nicolas Dhuicq a...
Vidéos A la une
Un amendement socialiste au projet de loi sur l’égalité hommes-femmes provoque quelques dissensions au sein de l’UMP. Il prévoit d’extraire la notion de "détresse" de la loi Veil de 1975....
Vidéos A la une
Rama Yade était l'invité de BFMTV, mardi soir. "Ce n'est pas aux hommes de dire ce que les femmes doivent faire avec leurs corps, ce n'est pas aux hommes de dire ce que les femmes doivent penser de...
Politique
Les députés ont voté ce mardi soir l’amendement supprimant la notion de « détresse » jusqu’ici nécessaire pour avoir recours à l’IVG. Alors que l’Espagne vient d’opérer un retour en arrière dans ce domaine, la majorité s’est félicitée d’avoir œuvrer contre le risque de régression.
Vidéos A la une
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, secrétaire national du PS à la communication et Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, co-fondateur de la "Droite forte". Retour sur les...
Vidéos A la une
Le projet de loi sur l’égalité hommes-femmes fait davantage consensus même si les clivages politiques restent marqués. Le 20 janvier, les députés ont voté l’extension du congé parental...
Politique
Alors que l’Assemblée examine des amendements à la loi Veil, qui proposent notamment d’élargir les conditions d’accès à l’IVG, 14 députés UMP ont déposé un amendement en faveur du déremboursement de l’interruption volontaire de grossesse.

Pages

Publicité