Des DOM-TOM au Nord-Pas-de-Calais, la carte de France des contribuables les plus riches réserve des surprises. 

Vive l’open data ! Même si les données ont quelques années de retard puisqu’elles portent sur 2011, un document de la Direction générale des finances publiques permet de dresser la carte de France en matière d’ISF. Ces données portent sur des villes de plus de 20 000 habitants comptant plus de 50 foyers redevables à l’ISF.

Premier enseignement : près de 60% de l’ISF est récolté dans 3 régions : l'Ile-de-France, PACA et la région Rhône-Alpes. C’est dans la région parisienne que le fisc lève environ la moitié de l'ISF avec une facture qui atteint, par exemple, 11 000 euros à Paris. Outre l'Ile-de-France, c’est en Corse, dans les DOM (Martinique, Guadeloupe et Guyane) et à l’est du pays que les gros patrimoines ont élu domicile.

Parmi les villes bourrées de contribuables assujettis à l’ISF, figurent Paris, Neuilly-sur-Seine, Lyon, Marseille ou encore Boulogne-Billancourt. A Paris, c’est dans le 16e arrondissement que l’on recense le plus de contribuables soumis à l’ISF. Ils sont près de 13 500. 

Neuilly-sur-Seine au sommet 

Les données publiques permettent aussi de connaître les montants collectés et la valeur moyenne des fortunes taxées. Avec un patrimoine moyen de plus de 4,6 millions d’euros par redevable, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) trône au sommet des communes françaises les plus opulentes. En 2011, l’ISF moyen y atteignait 38 000 euros par tête de pipe. A la seconde place, le septième arrondissement de Paris est un gotha dont certains habitants ont les poches cousues d’or : la contribution moyenne des redevables de l’ISF y dépasse 35 000 euros. Le huitième arrondissement arrive derrière (28 300 euros), suivi par l’emblématique seizième (28 000 euros).

Si beaucoup des gros patrimoines se concentrent dans l’Ouest parisien, la province est également bien représentée. Dans cet eldorado, on trouve une ville du Nord. Il s’agit de Croix, située dans la région Nord-Pas-de-Calais. Si cette grosse bourgade figure parmi les lauréates, c’est parce que de riches familles d'industriels continuent d’élire domicile dans le Triangle d'or de Bondues-Mouvaux-Wasquehal. Le patrimoine déclaré par ces nordistes au titre l’ISF tangente les 3,9 millions d’euros.

Et sous les tropiques ? 

Saint-Herblain (Loire-Atlantique), pas très loin de Nantes, est une autre ville dorée sur tranche. Le patrimoine taxé s’y monte en moyenne à 3,7 millions d’euros. Et les 74 contribuables Herblinois ont les reins solides : en 2011, ils ont fait un chèque de plus de 25 millions d’euros à l’Etat !

Qui a dit que le ciel est sombre sous les tropiques ? A Sainte-Marie (Réunion) le montant d’ISF acquitté par les redevables est l’un des plus élevés de France : 23 400 euros, soit environ 1000 euros de plus qu’à Fort-de-France où le patrimoine des redevables de l’ISF se monte à 3,5 millions d’euros (moyenne).

Publicité
Enfin, impossible de terminer ce palmarès sans évoquer Monaco, une ville coffre-fort où les contribuables français, assis sur un patrimoine de 3,4 millions d’euros, ont payé 22 000 euros au titre de l’ISF en 2011.

En vidéo sur le même thème - ISF : faut-il le supprimer ou invertir dans les PME ?