Vidéos A la une
L'otage française Isabelle Prime, qui était retenue au Yémen depuis février 2015, a été libérée dans la nuit de jeudi à vendredi. Arrivée en France en début de soirée, elle a retrouvé sa famille sur la base militaire de Villacoublay, près de Paris, en présence du président de la République et de Laurent Fabius. Le chef de l'État a tenu à remercier le sultan d'Oman pour son rôle dans la libération de la Française. Isabelle Prime a également fait part de sa reconnaissance à tous les services qui se sont occupés d'elle et de sa famille ces derniers mois. "Ma détention a duré 5 mois, je savais que la France était derrière moi, car elle n'a jamais laissé tomber un compatriote", a-t-elle affirmée.
International
Libérée dans la nuit de jeudi à vendredi, la Française Isabelle Prime est arrivée vendredi soir en France. Un retour accompagné d'un nouveau débat sur le possible paiement d'une rançon. 
Vidéos A la une
L'ex-otage Isabelle Prime, détenue depuis plus de cinq mois au Yémen, est arrivée en France ce vendredi soir sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris. Elle a été accueillie par ses proches, par François Hollande et Laurent Fabius. "J'avais suivi les conseils de l'ambassade française, on était sur le point de partir mais ça s'est malheureusement joué à deux semaines", a déclaré Isabelle Prime sur le tarmac de l'aéroport. "Ma détention a duré 5 mois mais je savais que la France était derrière moi parce qu'elle n'a jamais lâché un de ses compatriotes", a ajouté l'ex-otage.
Vidéos A la une
Le ministre français des Affaires étrangères a répondu vendredi aux questions de BFMTV à propos d'Isabelle Prime, l'otage française libérée. "Nous ne payons pas de rançon. Pour le reste, ce sont des négociations très compliquées sur lesquelles notre règle d'or, pour des raisons d'efficacité, est de rester extrêmement discret", a confié Laurent Fabius.
Vidéos A la une
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué lundi que la France est "très active comme nous le sommes toujours et en même temps très discrète parce que dire des choses ça peut menacer la vie des otages", en réaction à la diffusion récente sur YouTube d'une vidéo de la Française Isabelle Prime, enlevée il y a plus de trois mois à Sanaa, la capitale du Yémen. Le Quai d'Orsay a authentifié le document de 21 secondes.
Vidéos A la une
Une vidéo de la Française Isabelle Prime, enlevée il y a plus de trois mois à Sanaa, la capitale du Yémen, a été mise en ligne récemment sur YouTube. Dans ce document de 21 secondes, la jeune femme s'adresse aux présidents français et yéménite pour leur demander d'agir en vue de sa libération. Depuis l'enlèvement, aucune information n'a filtré sur l'identité des ravisseurs. Un mauvais signe selon l'ancien ambassadeur de France au Yémen, Gilles Gauthier: "je crois qu'il va être assez difficile de reprendre langue avec des ravisseurs qui ne montrent pas leur visage."
Vidéos A la une
Isabelle Prime vivait à Sanaa avant son enlèvement où elle était consultante spécialisée en développement durable et en communication. Elle travaillait pour une société de conseil américaine sous-traitante d'un programme en partie financé par la Banque mondiale. Ses collègues sont sous le choc, mardi 24 février, elle a été kidnappée avec son interprète yéménite par des hommes déguisés en policiers.
Vidéos A la une
Isabelle Prime, âgée de 30 ans, et son accompagnatrice yéménite, ont été enlevées, mardi à Sanaa, la capitale du Yémen. Retrouvez l'analyse de Franck Mermiet, directeur de recherche au CNRS. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
International
La ressortissante française enlevée ce mardi au Yémen devait quitter les lieux dans les prochains jours. Retour sur le profil de cette otage. 
Publicité