Vidéos A la une
La porte-parole de la préfecture a annoncé sur BFMTV que 18 personnes avaient été interpellées par les forces de l'ordre déployées "pour du matériel qui pouvait servir de projectile". Parmi ces individus, l'un d'entre eux était sous le coup d'une interdiction de manifester. "Ces personnes vont être conduites dans les commissariats de l'agglomération parisienne", informe Johanna Primevert.
Vidéos A la une
"Nous avons procédé ce [mardi] matin à 47 interpellations d'individus munis d'armes par destination, d'acide, de projectiles" en amont des manifestations contre la loi Travail, a précisé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale, en cette sixième journée de mobilisation. "Cette fermeté, c'est la politique du gouvernement", a-t-il martelé.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en déplacement ce vendredi à Saint-Etienne, a déclaré que les forces de l'ordre "ont procédé, depuis plusieurs semaines, à plus de mille interpellations" dans le cadre des manifestations anti-loi Travail. "Ceux qui ont fait l'objet de ces interpellations et qui ont cassé passeront devant la justice et seront punis", a-t-il affirmé. Le ministre de l'Intérieur a également assuré que les casseurs, "qui ont la haine de l'Etat", "cherchent à s'en prendre aux forces de l'ordre pour les atteindre".
Vidéos A la une
La journée de mobilisation contre la loi El Khomri a été émaillée de violences un peu partout en France, ce jeudi. A Paris, la manifestation a dégénéré, des casseurs cagoulés s'en sont pris au service d'ordre mis en place par les organisateurs, ainsi qu'à des journalistes. Dans d'autres villes, les dégâts sont plus conséquents, à Nantes, la gare a été saccagée et des heurts ont éclaté dans le cortège. Au Havre, c'est le siège du PS qui a été entièrement vandalisé. Pas moins de 80 interpellations ont eu lieu dans tout l'Hexagone.
Vidéos A la une
Face aux violences qui se multiplient à chaque manifestation contre la loi Travail, les policiers ont prévu de se mobiliser le 18 mai prochain. Ils ont choisi comme mot d'ordre: "Stop à la haine anti-flic". D'après Eric Brunet, la colère des policiers est légitime. Les syndicalistes policiers ont affirmé que le gouvernement, estimant qu'il était préférable de discréditer les manifestations avec de la casse, a tardé à donner des ordres aux policiers. La haine anti-flic n'est pas celle des Français, mais celle de la gauche ultra-radicale. Laurent Neumann, lui, n'est pas de cet avis. Il trouve qu'il est beaucoup plus facile à l'opposition de critiquer la police et le gouvernement. - Bourdin Direct, du jeudi 5 mai 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
De passage au Salon du livre ce mercredi, François Hollande s'est exprimé sur les quatre interpellations liées à de possibles actions violentes à Paris. "Le niveau de la menace reste très élevé", a-t-il déclaré, ajoutant que les événements de Forest, commune bruxelloise, et les arrestations de ce mercredi matin en étaient la preuve. "Nous devons avoir la plus grande vigilance et avoir la meilleure façon de protéger les Français", a estimé le chef de l'Etat. "Nous savons que nous sommes visés mais nous luttons contre le terrorisme", a-t-il affirmé.
Vidéos A la une
Des migrants qui avaient réussi à monter illégalement à bord d'un ferry à Calais samedi, ont été évacués dans le calme par la police plus de trois heures plus tard, a-t-on appris auprès du port de Calais. Dans la foulée d'une manifestation pour la défense des migrants, des groupes avaient forcé un barrage pour monter à bord du "Spirit of Britain", de la compagnie britannique P O, en provenance de Douvres et stationné dans le port. Sur les quelque 150 qui avaient pénétré dans l'enceinte du port, plusieurs dizaines d'entre eux avaient pu monter à bord. Regroupés à l'avant du navire, ils ont bloqué la passerelle d'accès.
Vidéos A la une
Plus de 300 gendarmes ont été mobilisés à l'aube ce lundi à Moirans. L'opération a conduit à l'interpellation de 14 personnes liées aux émeutes qui avaient eu lieu en octobre dans la communauté des gens du voyage. Des voitures avaient été incendiées dans le quartier de la gare où les forces de l'ordre avaient essuyé des jets de projectiles.
Vidéos A la une
Si le corps de la jeune terroriste qui s'est fait exploser est en cours d'identification, il est encore trop tôt pour révéler l'identité du...
Société
Plus de trois jours après les attentats survenus à Paris, l’enquête s’accélère. Une planque des terroristes a notamment été perquisitionnée à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Vidéos A la une
Le Premier ministre s'est rendu ce vendredi à Moirans, cette ville iséroise théâtre d'émeutes urbaines provoquées par les gens du voyage le 20 octobre dernier. "Il y aura des interpellations et des sanctions à la hauteur de la violence que Moirans et ses habitants ont connu", a déclaré Manuel Valls. "Personne ne peut douter de l'engagement de l'État et de la justice pour apporter une réponse légitime à la colère des habitants", a-t-il ajouté.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'exprimait après l'interpellation, ce dimanche, de deux hommes dans le cadre de l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier Sid Ahmed Ghlam, soupçonné du meurtre d'Aurélie Châtelain et d'un projet d'attentat en avril contre au moins une église de Villejuif.
Vidéos A la une
Interview de Florence Héré, délégué CGT du centre des finances publiques de Morlaix sur l'interpellation de 6 agriculteurs pour l'incendie de leur centre.
Société
Dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, quatre suspects, faisant partie de l’entourage d’Amédy, Coulibaly ont été placés en garde à vue ce lundi 9 mars.
Politique
Ce mardi, Bernard Cazeneuve a annoncé l'interpellation en régions parisienne et lyonnaise de huit personnes soupçonnées d'appartenir à une filière djihadiste. 
Vidéos A la une
Douze personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi en région parisienne dans le cadre de l'enquête sur les attentats de...
Vidéos A la une
Retour sur l'interpellation raté des trois jihadistes par les autorités françaises. Ils ont été suspectés d'être proche de Mohamed Merah et ont été rapatriés en France après avoir séjourné en Syrie. Mercredi, le Ministère de l'Intérieur a été face à une vive polémique après la série de ratés qui ont permis à ces trois suspects de s'évaporer dans la nature, malgré des mesures de sécurité renforcées face au risque énorme d'attentat.
Vidéos A la une
La gendarmerie de Bastia a été mitraillée, jeudi, quelques heures avant la visite du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les coups de feu auraient été tirés aux alentours de 4h30 du matin, sur le mur de la caserne de Montesoro. Au cours des dernières semaines, plusieurs interpellations de jeunes nationalistes qui manifestaient ont été effectuées. L'un d'entre eux a même été incarcéré. Dominique Rizet, notre spécialiste police-justice fait le point sur BFMTV, jeudi.
Vidéos A la une
Dominique Rizet, spécialiste police justice BFMTV était sur le plateau de BFM Story. Six jeunes Français ont été placés en garde à vue ce matin à Strasbourg, ils sont soupçonnés de s'être...
Vidéos A la une
Wallerand de Saint-Just, candidat FN à la mairie de Paris, était l'invité de BFM Story.
Vidéos A la une
70 personnes ont été interpellées lundi en marge des commémorations du 11 novembre sur les Champs Elysées. Ces interpellations ont été effectuées pour "manifestation non déclarée" et, "pour...
International
La gendarmerie malgache a affirmé ce matin avoir interpellé 7 nouvelles personnes dans l’affaire du lynchage qui a couté la vie à trois personnes, dont un Français : ce qui augmente le nombre d’interpellations à 26.
International
Trois Femen ukrainiennes ont été interpellées samedi à Kiev, en Ukraine, au moment où elles tentaient de manifester contre la visite du président russe Vladimir Poutine. Un ancien photographe de l’AFP a également été arrêté.
Société
Onze personnes ont été interpellées ce mardi matin en Ile-de-France. Elles sont soupçonnées d’avoir participé aux violences qui ont eu lieu le 13 mai dernier en marge du sacre du PSG au Trocadéro (Paris).
Société
La police a effectué plusieurs interpellations ce jeudi dans le cadre de l’agression mortelle de Clément Méric. Ce jeune étudiant de 19 ans, militant d’extrême-gauche antifasciste, a été agressé par trois militants d’extrême-droite en début de soirée mercredi près de la gare Saint-Lazare. Les médecins ont par la suite annoncé l'état de "mort cérébrale" du jeune homme.
Société
Dimanche soir, deux frères ont été fauchés par une voiture tandis qu’ils marchaient sur le bord de la route près de Saint-Omer (Pas-de Calais). La piste criminelle est envisagée par les gendarmes qui ont procédé à six interpellations ce lundi matin.
Publicité