Ce mardi, une ressortissante française a été enlevée dans le centre de Sanaa, la capitale du Yémen.

Le Quai d’Orsay a confirmé l’enlèvement d’une Française ce mardi dans le centre de Sanaa, la capitale du Yémen. La femme, âgée de 30 ans, travaille pour la Banque mondiale. "Tous nos services sont mobilisés pour localiser et obtenir la libération rapide de notre compatriote", a déclaré le ministère des Affaires étrangères, qui est en contact avec la famille de la Française. 

Lire aussi - Deux Français liés à Al-Qaïda arrêtés au Yémen

Comme le rapporte Le Monde, une source des services de sécurité yéménites a indiqué que la ressortissante française et son accompagnatrice yéménite ont été enlevées par des hommes armés non identifiés. L’enlèvement s’est produit alors qu’elles se trouvaient dans un taxi. Aucune indication n'a pour le moment été apportée sur le lieu où les deux femmes ont été emmenées.

"Quitter au plus vite le Yémen"

La France ainsi que de nombreux pays occidentaux ont fermé leurs ambassades et appelé leurs ressortissants à quitter le Yémen. "Compte tenu de la dégradation des conditions sécuritaires au Yémen, nous renouvelons avec insistance la recommandation faite il y a déjà deux semaines à tous nos compatriotes de quitter au plus vite le pays", a précisé le Quai d’Orsay. 

Publicité
Le ministère des Affaires étrangères explique sur son site que "les fréquents enlèvements, tentatives d'enlèvements et assassinats d'étrangers, diplomates et personnels humanitaires, parfois en pleine journée et en plein centre de Sanaa, illustrent la relative faiblesse des forces de sécurité yéménites". En effet, le Yémen, divisé entre les musulmans chiites et sunnites, vit dans une situation de crise depuis le début de l’année. La capitale du pays est actuellement sous le joug de miliciens chiites. De plus, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), qui avait revendiqué les attentats de Charlie Hebdo, est très présent et à l'origine de nombreuses attaques dans le pays.

 Vidéo sur le même thème : Le Yémen s’enlise dans une crise avec le mouvement des Houthis