Une famille a dû évacuer sa maison à Hampton, au sud de Londres, en Angleterre, après avoir découvert un nid d’araignées venimeuses dans une banane.

Une mère de famille a fait une horrible découverte en mangeant une banane. Un nid d’araignées venimeuses avait envahi le fruit. La famille a dû quitter sa maison le temps que celle-ci soit désinfectée.

Une douzaine d'araignées sont sorties de la banane

Consi Taylor, une mère de famille âgée de 29 ans, a aperçu des points blancs sur la peau de la banane qu’elle mangeait. Ces points blancs représentaient en réalité des œufs d’araignées, certains d’entre eux avaient déjà éclos. Des araignées ont alors sauté sur la table, d’autres sont tombées sur la moquette. En tout, une douzaine d’araignées venimeuses se sont échappées du lot de bananes.

"J'étais à la moitié de ma banane lorsque j'ai vu quelque chose de blanc sur la peau. Je pensais que c'était de la moisissure mais en me rapprochant, j'ai constaté qu'il s'agissait d'araignées", raconte Consi Taylor au quotidien anglais The Sun.

Inquiète, la jeune mère d’un garçon de 3 ans et d’une petite fille de quatre mois fait appel à un expert en animaux nuisibles. Ce dernier découvre qu’il s’agit de Phoneutria nigriventer, une espèce mortelle d’Amérique du Sud. Cette araignée, aussi appelée "araignée-banane" à cause de sa capacité à se cacher dans des régimes de bananes, est responsable de plus de décès dans le monde que n'importe quelle autre araignée. Les victimes meurent généralement dans l'heure qui suit une morsure.

Des factures remboursées par le magasin qui a vendu les bananes

La maison des Taylor, quant à elle, a dû être désinfectée à l’aide de fumigènes et tous leurs vêtements nettoyés par une société spécialisée. La famille, qui a séjourné à l’hôtel le temps de cette opération, a pu regagner son domicile.

De son côté, le magasin qui avait vendu les bananes infectées à la famille londonienne a accepté de payer la facture de la désinfection, ainsi que celle de l’hôtel, d’un montant de 1 200 euros. Ils avaient d’abord proposé un bon d’achat de 10 livres, soit 12 euros.

Publicité
"Nous sommes véritablement navrés. Nous faisons régulièrement des contrôles rigoureux sur les produits importés, à toutes les étapes de la transportation. Cet incident est d’une rareté extrême" confie un porte-parole de la chaîne de magasins ayant vendu la banane infectée.

Un cas similaire avait déjà eu lieu au Pays-Bas en 2008.

Publicité