Un homme d’origine irakienne a récemment annoncé qu’il souhaitait rembourser toutes les aides sociales qu’il a reçues et ce, pour remercier le gouvernement australien qui a su l’accueillir.

Un homme reconnaissant. Pour remercier le gouvernement australien de l’avoir accueilli et de l’avoir aidé à s’intégrer dans ce pays en lui offrant des aides sociales, Sam Eisho, un homme d’origine irakienne, a récemment annoncé qu’il souhaitait rembourser tout l’argent qu’il a ainsi reçu en 1999 et 2001. Fort de sa décision, il s’est rendu dans les bureaux des affaires sociales de l’Etat australien  pour donner à l’administration un chèque de 18.000 dollars, soit environ 13.000 euros. Mais alors que les bureaux des affaires sociales australiennes sont davantage habitués à donner plutôt qu’à recevoir, les employés se sont retrouvés quelque peu désemparés devant Sam Eisho. Ils ont finalement conseillé à ce dernier de faire don de cette somme à une œuvre caritative.

Publicité
"Je n'aurais rien fait sans le soutien de l'Australie""Ici ont traite les êtres humains comme des être humains", a estimé le réfugié Irakien qui a fui son pays avec sa femme. Aujourd’hui patron d’une entreprise de BTP qui emploie une quarantaine de personnes et une centaine de sous-traitants, Sam Eisho est arrivé en Australie en 1999, au terme d’un long périple. Lui et son épouse ont en effet dû passer par la Turquie et la Grèce clandestinement avant de finalement rejoindre leur terre d’accueil. "Je n'aurais rien fait sans le soutien de l'Australie", ne cesse de répéter celui qui a déjà donné 60.000 dollars pour des hôpitaux et l’école primaire de sa fille. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

8 commentaires

On ne peut que le féliciter

Portrait de grandge

On ne peut que le féliciter de sa reconnaissance envers son pays d'accueil où il a été accueilli LEGALEMENT

Votez pour ce commentaire: 

"ça n arrive pas qu aux

Portrait de rumarceau

"ça n arrive pas qu aux autres"...Ben quoi ,par 35 degrés à l ombre,on peut toujours rever...!!!

Votez pour ce commentaire: 

Chez nous cela serait plutôt

Portrait de guillaumetell

 Chez nous cela serait plutôt le contraire .ils n' ont pas assez d'aides, il faudrait plus en donner surtout pour mieux baiser le po'vr con de travailleur et le faire chier la nuit pour faire la fête entre amis ...du pays....en brûlant les voitures et vendre la daube avec l'aval de nos bonnes assos et nos politiquements correctes .....

Votez pour ce commentaire: 

AH si cela se passait ainsi

Portrait de FOURN

Impossible de vous dire mon age, il change tout le temps (Alphonse Allais)

 AH si cela se passait ainsi en France ! quelle bonne chose ce serait....

Votez pour ce commentaire: 

L'Australie c'est le jeu ma

Portrait de geode

geode

L'Australie c'est le jeu ma pov Lucette....Ce n'est pas ceux qui viennent en France qui auraient un tel comportement car ici plus tu donnes plus tu  prends sur la gueule.

Votez pour ce commentaire: 

Mais chez nous, les étrangers

Portrait de copilote85

 Mort aux cons !

 Mais chez nous, les étrangers nous enrichissent tous les jours de par leur culture, de par leurs "jeux" inovants, viols en réunion, vols de portables, incivilités diverses, trafic organisés !....Nos politiques le reconnaissent eux même, c'est une chance pour la France un tel mélange !...nous n'allons quand même pas leur demander de rembourser les aides alors qu'ils sont notre avenir !!!

Votez pour ce commentaire: 

Si cela se passait en France,

Portrait de gardian13

Si cela se passait en France, plus de taxes, diminution CSG, RDS, plus d'SDF. Mais non, on vient en France ( terre d'accueil)avec toutes les maladies ( pas de vaccins, personne pour contrôler) pour encaisser toutes les aides sociales et un peu plus si on les associations payées avec l'argent des contribuables les aide.

Votez pour ce commentaire: 

Eh oui je vous rejoins et je

Portrait de Papy0244

Eh oui je vous rejoins et je constate que nous sommes de plus en plus nombreux à penser cela.

Votez pour ce commentaire: 

Publicité