Un sexagénaire aurait pu empocher l'équivalent de 9,4 millions d'euros, s'il avait validé son ticket sept secondes plus tôt.

S'il est tombé sur les bons numéros, il n'a pourtant pas touché le gros lot. En effet, comme ceci est rapporté par FranceTVInfo, le 23 mai 2008, Joel Ifergan décide dans la soirée d’acheter deux billets de loto pour le tirage du soir même. Compte tenu de l'heure tardive, le commerçant lui recommande alors de se dépêcher afin de pouvoir valider ses tickets à temps avant la limite de validation des mises.

Lire aussi : Euro Millions : croyant gagner 5000 euros, il empoche 73 millions

S'il réussit à valider le premier ticket à temps, Joel Igerfan valide le second après 21 heures avec sept secondes de retard. A cause de ce délais, la grille est comptabilisée pour le tirage de la semaine suivante. Malheureusement, il s’agissait du ticket gagnant.

 Le temps c’est de l’argent

Le Canadien décide donc d’attaquer en justice la société Loto Québec. Pour se défendre, il prétend avoir validé son ticket à temps, à 20h59 et 47 secondes précises. Il met en cause la lenteur des machines car l’impression de ses billets aurait pris 10 secondes.

Publicité
Ce jeudi 29 janvier, la justice québécoise a tranché et a rejeté sa demande. Joel Ifergan ne touchera pas le jackpot dont la somme s'élève à 13,5 millions de dollars. De surcroît, ce combat judiciaire lui aurait coûté 70 000 euros. Mais l’homme ne désespère pas et continue même de jouer au loto.

 

 En vidéo sur le même thème : Mort d'Yvette, surnommé "Mamie Loto"