Cornelius Gurlitt, l’octogénaire allemand chez qui des tableaux vraisemblablement volés à des juifs par les Nazis ont été retrouvés, a déclaré vouloir les conserver. Interviewé par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, ce dimanche, le vieil homme qui s’estime innocent a assuré qu’il "ne rendrai rien volontairement".

La Une de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel est dédiée, ce dimanche, à Cornelius Gurlitt, l’octogénaire munichois qui caché dans son appartement des œuvres d’art héritées de son père. Il "espère que tout cela sera vite résolu" et souhaite récupérer ses tableaux qu’il qualifie comme "l'amour de sa vie".

Mon père a "vécu et s'est battu pour l'art"

Cornelius Gurlitt est l’héritier de Hildebrand Gurlitt, son père. Ce dernier était un marchand d’art dans les années 1930. Considéré comme un juif par les Nazis, il a fini par collaborer avec eux. Cornelius affirme que son père a été en possession de ces tableaux en toute légalité. Il explique alors que son père a "sauvé" les œuvres pour pas qu’elles ne tombent entre les mains des Russes. Hildebrand a "vécu et s’est battu pour l’art", selon son fils.

En février 2012, 1 400 dessins, gravures et peintures ont été retrouvés dans l’appartement de Cornelius Gurlitt. Parmi eux se glissaient des Picasso, des Matisse ou encore des Renoir. L’octogénaire munichois a vécu pendant des années sans travailler et sans être enregistré administrativement en Allemagne. Pour vivre, l’homme vendait occasionnellement les tableaux dont il a hérités. Il est aujourd’hui accusé d’évasion fiscale et de recel.

"Ils auraient pu attendre que je sois mort"

Publicité
Cornelius Gurlitt a, selon lui, donné "assez de documents attestant de son innocence". "La disparition de mes tableaux a été plus douloureuse" que celle de sa famille a-t-il déclaré à l’hebdomadaire. "Ils auraient pu attendre que je sois mort", a-t-il ajouté.

A partir de la semaine prochaine, le gouvernement allemand va publier sur internet des photos de 590 œuvres.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :