Après son malaise en marge des cérémonies du 11 septembre à New York (USA), la candidate à la Maison-Blanche a fait une apparition pour rassurer sur sa santé. Mais pour certains, ce n'était pas la vraie Hillary Clinton.

C'est l'affaire qui agite les Etats-Unis en ce moment. Le dimanche 11 septembre, Hillary Clinton, bientôt âgée de 69 ans, a fait un malaise en marge des cérémonies sur les attentats à New York en 2001. Nul doute que cet incident serait resté secret si quelqu'un n'avait pas filmer la candidate à la Maison-Blanche en train de tituber sur le trottoir.

Depuis la diffusion de ces images, c'est l'emballement médiatique autour de la santé d'Hillary Clinton. Dans la journée, son équipe de campagne avait dévoilé qu'elle souffrait d'une pneumonie depuis quelques jours. Celle-ci a tenu à faire taire les rumeurs sur ses capacités physiques en apparaissant quelques heures plus tard tout sourire devant les journalistes.

A lire aussiHillary Clinton : faut-il être en bonne santé pour être président ?

Mais pour les pro-Trump, qui s'acharnent depuis le début sur la santé d'Hillary Clinton, ce n'était pas cette dernière qui est apparue en pleine forme devant les cémaras. Selon eux, il s'agissait d'un sosie de la candidate à la Maison-Blanche.

Des différences sur le visage selon les conspirationnistes

Comme l'a repéré Slate, un mot-clé est rapidement apparu sur Twitter : #HillaryBodyDouble (doublure d'Hillary). Grâce à ce mot-clé, les sympathisants de Donald Trump se sont échangé des photos et captures d'écran pour analyser les traits et la gestuelle de la personne ressortie en pleine forme. Et selon eux, il y aurait beaucoup de différences, à commencer par la longueur des cheveux et la forme du menton.

Publicité
Il faut dire que la femme de Bil Clinton a un sosie officielle en la personne de Teresa Barnwell. Mais celle qui incarne Hillary Clinton depuis 23 ans a tenu à couper court aux rumeurs des complotises en postant un commentaire sur Twitter. "Ok les gens, calmez-vous. J'étais à Los Angeles toute la journée. Je me moquais de vos délires conspirationnistes. Allez vous coucher."
Publicité