Plusieurs jeunes femmes auraient été enrôlées en Tunisie pour servir le "jihad sexuel" des  soldats de l’opposition islamiste en Syrie. Plus de détails sur ce phénomène.

Un autre aspect de la guerre en Syrie. D’après une information du Parisien, une dizaine de jeunes Tunisiennes ont été forcées à se prostituer en Syrie auprès des rebelles et ce, pour servir le "jihad sexuel". Des pêcheurs islamistes étrangers "recruteraient" en effet actuellement des jeunes femmes sur le port de Tunis en leur proposant de partir dans le nord de la Syrie pour travailler dans des associations caritatives et ainsi venir en aide aux rebelles. En réalité, les jeunes femmes qui acceptent seraient ensuite forcées à se prostituer, devenant alors de véritables esclaves sexuelles pour les combattants de l’opposition au régime de Bachar al-Assad.

Au nom de la "guerre sainte"

Le Daily Mail précise par ailleurs que cette prostitution dissimulée serait le fruit d’un chef radical saoudien, Mohamed al-Arif. Ce dernier aurait d’ailleurs justifié ces actes en expliquant sur Internet que tout ceci était fait au nom de "la guerre sainte". Face à ce phénomène, les autorités tunisiennes ont tenté de mettre en garde la population du pays contre les pêcheurs islamistes étrangers. Le ministère des Affaires religieuses a, quant à lui, vivement condamné ces actes et rappelé qu’en aucun cas il ne les reconnaissait.

Publicité
Des mariages forcés organisés Mais si les institutions religieuses rejettent cette prostitution dissimulée, les hommes à la tête de ce réseau tentent toutefois de se donner "bonne conscience" en organisant des mariages forcés entre les jeunes femmes et les rebelles. Un moyen de justifier les relations sexuelles que les victimes ont avec les combattants. Ces unions sont ensuite défaites, via des divorces,  quelques heures après. Et ainsi de suite.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité