L’Etat islamique s’est une nouvelle fois attaqué à un trésor de l’humanité en détruisant le temple Baalshamin dans la cité antique de Palmyre, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

"Daech a placé aujourd'hui une grande quantité d'explosifs dans le temple de Baalshamin avant de le faire exploser. Le bâtiment est en grande partie détruit", a raconté dimanche à l’AFP Maamoun Abdulkarim, directeur général des Antiquités et des musées de Syrie. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme a confirmé cette information.

Le temple de Baalshamin, dieu du ciel phénicien, a commencé à être édifié dans la ville de Palmyre en l’an 17. Il a ensuite été agrandi et embelli par l’empereur romain Hadrien en 130. Selon le musée du Louvre à Paris, il s’agit du sanctuaire le plus important après celui de Bêl.

A lire aussi - En images : Daech débute la destruction de Palmyre

Plus de 300 sites historiques endommagés

La semaine dernière, Daech a orchestré l’assassinat de Khaled Al-Asaa, l’ancien directeur des Antiquités de la ville âgé de 82 ans et connu dans le monde entier pour sa connaissance de la cité antique de Palmyre, classée au patrimoine mondial de l’humanité.

L’organisation terroriste s’était emparée du site en mai dernier, provoquant de vives inquiétudes au sein de la communauté internationale. Les djihadistes avaient alors abattu plus de 200 personnes dans et à l’extérieur de la ville.

Publicité
Selon l’ONU, plus de 300 sites historiques syriens ont été endommagés, détruits ou pillés depuis le début de la guerre civile il y a quatre ans. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, 240 000 Syriens dont 12 000 enfants ont été tués et la moitié de la population a été contrainte de quitter le pays.

Vidéo sur le même thème : Un temple de la ville antique de Palmyre dynamité par Daech