Sous-marin danois : la tête de la journaliste suédoise retrouvée

MACABRE DÉCOUVERTE : Deux mois après la disparition de Kim Wall, la police danoise a indiqué ce samedi avoir retrouvé la tête la journaliste disparue le 10 août 2017.

Son torse avait déjà été retrouvé le 22 août dernier sur les rives de l'Öresund au Danemark... Désormais, ce sont bien la tête ainsi que les jambes de la journaliste suédoise Kim Wall que la police danoise a affirmé avoir retrouvées. "La tête et les jambes ont été découvertes dans un sac, alors que les vêtements de la jeune femme étaient rassemblés dans un second sac", a précisé l'inspecteur de la police de Copenhague, Jens Moller Jensen. "La nuit dernière, notre dentiste légiste a confirmé qu'il s'agissait de Kim wall", a-t-il souligné.

A lire aussi : Var : elle découvre un corps démembré dans une valise

Un aller simple

En effet, le 10 août dernier, la jeune journaliste était montée à bord du Nautilus en vue d'effectuer un reportage sur ce sous-marin conçu par le très controversé inventeur de 46 ans Peter Madsen. Un voyage effectué sans retour puisque Kim Wall n'est jamais revenue de son périple dans les eaux danoises. Considéré comme le principal suspect dans cette affaire, Peter Madsen n' a, pourtant, jamais cessé de nier les faits depuis le début de l'enquête affirmant, à qui veut l'entendre, que la mort de la jeune femme se révélait accidentelle. C'est, tout du mois, ce qu'il avait clamé le 5 septembre dernier devant le tribunal de Copenhague. Une thèse, d'emblée, réfutée par l'accusation. Peter Madsen avait ensuite été inculpé le 12 août pour "homicide involontaire par négligence" et écroué suite à la disparition de la journaliste.

Tuée, mutilée et démembrée

Le fait est que les preuves à l'encontre de l'inventeur et entrepreneur danois sont accablantes. Au-delà de la découverte du corps mutilé, démembré et lesté de la jeune femme, s'ajoute celle de vidéos de femmes décapitées retrouvées dans l'ordinateur du suspect. Considéré comme un inventeur de génie, Peter Madsen, obsédé par la conquête des mers et de l'espace, continue de clamer son innocence alors que l'étau continue de se resserrer autour de lui et que les indices se multiplient.

Un scénario improbable ?

Son dernier argument en date ? Il aurait expliqué cette semaine aux enquêteurs que le disque dur contenant les vidéos de femmes mutilées ne lui appartenait pas. Suite à l'accident de Kim Wall, il avait également affirmé avoir été pris de panique et pris le parti de jeter son corps à la mer. Il serait alors monté sur le pont, aurait glissé et fait tomber un panneau de 70 kilos sur la tête de la jeune femme.

Pour l'heure, si l'instruction soutient la thèse selon laquelle Peter Madsen aurait souhaité assouvir un fantasme sexuel, l'autopsie n'a, cependant, pas permis d'établir les causes réelles de la mort de la jeune femme. Elle est, toutefois, parvenue à mettre en évidence qu'elle avait subi de nombreuses mutilation aux parties génitales.

En vidéo - Kim Wall et le mystère du Nautilus 

Outbrain
Publié par Julie Cohen-Heurton le Saturday 07 October 2017, 11h01