Alors qu’il ne pouvait pas payer ses impôts, un étudiant russe s’est vu retirer son chat et ses trois chatons par les agents du fisc.

Les créanciers russes ont choisi une méthode quelque peu radicale pour obliger les contribuables à payer leurs impôts : leur confisquer leurs chats ! Dans la ville sibérienne de Novossibirsk en Russie, un étudiant en a fait la triste expérience. Selon une information de l’agence Interfax, relayée par la BBC le jeune homme avait en effet contracté une dette de 12 000 roubles, soit 178 euros. Les agents du fisc, venus réclamer l’argent, ont constaté que l’homme ne possédait aucun objet de valeur et ont donc décidé de lui confisquer son chat, un British shorthair, ainsi que ses trois chatons.

La raison ? Certaines races de chat auraient de la valeur, comme l'a rapporté l’un des créanciers à l’agence Interfax : "les animaux à pedigree valent beaucoup d’argent, le représentant de la loi a donc décidé de placer la portée de chats ‘en état d’arrestation’".

Deux autres cas en Russie

Publicité
Ce n’est pas la première fois que des contribuables russes ne pouvant plus régler leurs impôts ont été contraints de livrer leurs animaux aux agents du fisc. En effet, un autre cas a été relevé dans la ville de Tomsk, également en Sibérie selon Tass News. Une ancienne femme d’affaires qui devait de l’argent à un fonds de pension s’est vue saisir ses quatre chatons de la race Scottish Fold. Elle n’a pu les récupérer qu’après avoir réuni la somme manquante.

Enfin à Krasnoyarsk, un homme qui devait 20 000 roubles au fisc, soit 296 euros, a dû confier son chat et, surprise, son lapin aux créanciers.

Vidéo sur le même thème : le fisc réclame près d'un million d'euros à un dealer !

mots-clés : Russie, Fisc, Chat
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité