Au Royaume-Uni, une mère de famille faisait sauter des repas à ses enfants pour pouvoir se payer une opération de chirurgie esthétique.

Naica Gibson, une Britannique âgée de 31 ans, était prête à tout pour réaliser son rêve. Y compris priver ses enfants de nourriture. En effet, la jeune femme originaire de Tottenham rêvait de s’offrir une nouvelle poitrine, comme le rapporte 20 minutes.

Elle ne leur payait pas non plus de vêtements ni de fournitures scolaires

Cette mère de famille sans emploi mettait chaque mois 140 euros de côté pour pouvoir se payer une opération chirurgicale. Ce qui correspondait à un tiers de ses allocations-chômage. Pour y parvenir, Naica Gibson arrêtait d’acheter de la nourriture à ses quatre enfants, âgés de 1 à 14 ans, à chaque fin de mois, comme le souligne le Daily Mirror. La jeune femme refusait également de leur acheter des vêtements, des fournitures scolaires ainsi que de payer les voyages scolaires.

"J’étais déterminée à réaliser mon rêve"

"Je ne vois rien de mal à utiliser mes allocations pour une opération mammaire", a tenté de se justifier la jeune femme. "J’étais déterminée à réaliser mon rêve même si cela impliquait une coupe budgétaire pour mes enfants", a indiqué la mère de famille. Elle s’est également défendue en précisant qu’il lui arrivait parfois d’emmener ses enfants chez leur grand-mère pour pouvoir les nourrir. La mère de famille ne semble pas éprouver la moindre culpabilité et a tenu à préciser : "Moi aussi j’ai sauté des repas".

Lire aussi -Tenté par la chirurgie esthétique ? Les pièges dans lesquels il ne faut pas tomber

Publicité
Au mois de janvier dernier, la jeune femme a réussi à réunir les 6000 euros nécessaires pour pouvoir se faire opérer en Pologne. Déçue du résultat, elle s’est fait opérer une seconde fois. Mais elle n’est toujours pas satisfaite de sa nouvelle poitrine. "Je pense à tous ces repas manqués pour rien. Je voulais juste corriger mes seins", a-t-elle indiqué aux médias anglais. Désormais, la mère de famille espère que la sécurité sociale lui payera une opération réparatrice. "Je suis Britannique et après tout ce stress, je mérite le traitement dont j’ai besoin", a estimé Naica Gibson.

Vidéo sur le même thème : Santé Bien-être : Chirurgie esthétique et réparatrice, la différence