Le frère de Silvio Berlusconi, Paolo, a récemment tenu des propos racistes à l’égard du nouvel attaquant du Milan AC, Mario Balotelli. Les détails de ce dérapage.

Les Berlusconi font encore parler d’eux. Quand ce n’est pas Sylvio, c’est son frère Paolo qui fait des siennes. Le vice-président du Milan AC s’est en effet attiré les foudres de l’Italie en tenant des propos racistes  à l’égard du nouvel attaquant de son club, Mario Balotelli. "Et maintenant, allons voir le petit noir de la famille, le fou", a-t-il déclaré dimanche à l’issue d’une réunion politique à Varedo, près de Milan, et juste avant la rencontre de Série A qui a eu lieu dans la soirée entre le Milan AC et l’Udinese.

Notamment diffusé par les médias italiens Tuttosport et la Republicca, l’extrait se poursuit sur une déclaration du frère de l’ancien président du Conseil à plusieurs hommes : "Toutes les jeunes femmes sont aussi invitées, vous aurez même peut-être la chance de rencontrer le président". Silvio Berlusconi tente de faire son retour en politique et mise sur les élections législatives des 24 et 25 février prochain pour relancer sa carrière. Mais alors qu’il est actuellement accusé d’incitation à la prostitution de mineure dans le cadre des soirées qu’il organisait dans sa villa près de Milan, le Cavaliere n’a certainement pas apprécié la dernière note d’humour de son frère qui pourrait bien l’enfoncer.

Publicité
Le racisme et le football italienMais si ses derniers mots n’ont pas manqué de faire rire son assemblée, Paolo Berlusconi n’en a pas moins choqué l’Italie avec ses propos sur Balotelli. Le football italien souffre en effet d’un racisme récurrent. En janvier dernier, le président du Milan AC a même pris position en faveur de ses joueurs qui, sous les coups de sifflets et les cris de singes contre le milieu de terrain ghanéen Kevin-Prince Boateng et de deux de ses coéquipiers, avaient finalement décidé de quitter le terrain au beau milieu d’un match.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité