Un rapport de 28 pages prouverait l'implication de l'Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre.

Un rapport prouverait la participation de l'Arabie Saoudite aux attentats du 11 septembre rapporte un article du Figaro.

En 2002, au moment de la publication du rapport sur le 11 septembre 2001, les 28 pages se rapportant à l’état Saoudien ont été supprimées et classifiées par l’administration Bush pour des raisons de sécurité nationale.

Bob Graham, l’ancien sénateur démocrate de Floride, affirme avoir eu accès à ce rapport. Il explique que "ce rapport montre la participation directe du gouvernement saoudien dans le financement du 11 septembre. Nous savons au moins que plusieurs des 19 kamikazes ont reçu le soutien financier de plusieurs entités saoudiennes, y compris du gouvernement".

A la mi-janvier, il a donné une conférence de presse au Sénat américain accompagné du républicain Walter Jones et du démocrate Stephen Lynch. Ils ont présenté une résolution HR 428 qui appelle à la déclassification du document. Ils considèrent au contraire que c’est le fait de dissimuler ce rapport qui nuit à la sécurité nationale. Ils espèrent faire pression sur l’Administration Obama.

Les avocats des familles des victimes des attentats du 11 septembre espèrent prouver la participation de l’Arabie Saoudite qui devrait leur verser des compensations 14 ans après les faits.  

Lire aussi : EI : les Etats-Unis mobilisent au Moyen Orient pour détruire les jihadistes

 Un document qui menace l’axe Washington-Riyad

Publicité
De telles révélations auraient de lourdes conséquences géopolitiques sur les relations entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis. Bob Graham estime que "nous (les Américains, NDLR) avons montré que quoi qu’ils fassent, il y aurait impunité. Ils ont donc continué à soutenir Al-Qaïda, puis plus récemment dans l’appui économique et idéologique à l’Etat islamique." Selon lui, la passivité des gouvernements occidentaux est responsable de la vague d’actes terroristes qui a touché Paris.

 Vidéo sur le même thème: Une cellule proche d’Al-Qaïda démantelée en Arabie Saoudite