Le pape François n’est décidément pas un pape comme les autres. Lors d’une visite dans une église de Rome, le Saint Père a fait quelques confidences sur sa jeunesse et révélé qu’il avait été videur dans une boîte de nuit peu recommandable de Cordoba.

© AFP

Si aujourd’hui il tend la main à ceux qui en ont besoin, fut un temps où le pape François avait pour mission de mettre les indésirables dehors. Lors d’une visite ce lundi à l’église Saint-Cyrille d’Alexandrie, dans le nord-est de Rome, le souverain pontife a fait quelques confidences sur sa jeunesse en Argentine. Il a ainsi révélé aux paroissiens présents qu’il avait été, durant quelques temps, videur dans une boîte de nuit sordide de Cordoba, un petit boulot qui l’a aidé à payer ses études de chimie d’après l’agence américaine Catholic News Service.

Publicité
Videur, mais aussi balayeur ou encore cobaye Une anecdote qui a beaucoup amusé la presse italienne, qui écrit que c’est après avoir « jeté les fauteurs de troubles hors des clubs qu’il a découvert le secret pour ramener les gens dans l’église ». Lui préfère dire que c’est en enseignant la psychologie et la littérature qu’il a trouvé la recette. Mais François n’a pas été que videur. Le pape a ajouté qu’il avait également passé le balai dans les entreprises ou encore testé des produits pharmaceutiques. Décidément, Jorge Mario Bergoglio n’en finit pas de surprendre, et affiche un profil bien éloigné de son prédécesseur.  

A revoir en vidéo : le pape François mange sa crotte de nez

Publicité