Comme le rapporte le "JDD", il existe une petite chance qu'aucun des deux candidats, toujours au coude-à-coude au niveau des sondages, ne parvienne à entrer à la Maison-Blanche. Explications.

Alors que la présidentielle américaine touche à sa fin, les Américains sont appelés aux urnes mardi. Une chose est sûre, le prochain président des Etats-Unis s'appelera Hillary Clinton ou Donald Trump. A moins que...

Comme le rapporte le JDD, il y aurait en effet une chance (infime) que l'un des deux candidats ne soit pas élu à l'issu du scrutin. Comment est-ce possible ? Explication.

Pour rappel, un candidat à la Maison-Blanche ne remporte véritablement l'élection que s'il obtient 270 grands électeurs (eux-mêmes choisis par les électeurs américains) sur 538. Or, si Evan McMullin, l'autre candidat conservateur de l'élection présidentielle, venait à remporter l'Utah (6 grands électeurs) - ce qui n'est pas impossible - il pourrait jouer l'arbitre (voire plus) entre les candidats démocrate et républicain. Mais à plusieurs conditions : si Donald Trump opère une remontée spectaculaire dans tous les Etats en balance (swing states), et qu'Hillary Clinton ne parvenait qu'à sauver la seule Pennsylvanie et le Maine, elle obtiendrait entre 265 et 269 électeurs, insuffisant pour l'emporter. Quant au candidat républicain, il obtiendrait entre 267 et 263 grands électeurs, insuffisant également.

A lire aussi Qui est Ivanka, la fille du milliardaire Donald Trump ?

Un outsider qui pourrait prendre la place de Trump

Cependant, le douzième amendement de la Constitution américaine prévoit que la Chambre des représentants sortante élise "immédiatement" le nouveau président des Etats-Unis. Donald Trump, Hillary Clinton... et Evan McMullin se retrouveraient alors en lice face aux représentants, qui voteraient par délégation d'État, chaque État disposant d'une seule voix.

Publicité
Or, comme la Chambre élue en 2014 est majoritairement républicaine, il y a de fortes chances qu'elle élise Donald Trump. Mais celui-ci n'est pas très apprécié dans son parti politique : ce pourrait être alors l'occasion pour les républicains de se débarrasser de Trump au profit de... McMullin.

Vidéo sur le même thème : Clinton blanchie, la preuve d’un système corrompu selon Trump