Le pays, qui compte l’extrême droite dans son gouvernement, fait tout pour dissuader les réfugiés de venir avec une politique d’immigration ultra restrictive.

Il y a les migrants affluant par milliers en Hongrie pour se rendre en Allemagne, et il y a ceux marchant sur les routes du Danemark… pour se rendre en Suède.

Depuis quelques jours, des foules d’hommes, femmes et enfants arrivent par bateau et train depuis l’Allemagne aux deux grands postes-frontières maritime et terrestre du pays : le port de Rodby au sud-est, et Padborg au sud-ouest. Pour contrer cet afflux de migrants, le Danemark a même été obligé de fermer ses lignes ferroviaires avec l’Allemagne avant de les rouvrir progressivement jeudi, annonce Le Monde.

A lire aussi Allemagne : une agence veut convaincre les migrants de venir en France

Mais la majorité de ces migrants ne veut pas s’éterniser au Danemark, préférant rejoindre son voisin scandinave, la Suède. En effet, dans le royaume danois, la politique d’immigration est très restrictive après que le gouvernement de droite en place a durci les conditions à l’égard des demandeurs d’asile.

Allocations réduites, résidence provisoire…

Le Premier ministre libéral, Lars Lokke Rasmussen, à la tête d’un gouvernement minoritaire, doit composer avec le parti d’extrême droite, "Le Parti du peuple danois". Rendre le Danemark moins attractif pour les migrants avait été une des promesses de campagne de ce dernier.

Publicité
Au pouvoir, le chef du gouvernement danois a réduit de moitié les allocations tout en allongeant le temps pour obtenir un regroupement familial, et n’accorde plus que des droits de résidence provisoire. Enfin, à l’aide de publicités publiées dans les journaux étrangers, le gouvernement essaie de dissuader les migrants de venir dans le pays scandinave.

Vidéo sur le même thème : Comment distinguer les migrants économiques des réfugiés ?