Selon l’organisation américaine de défense des droits des animaux, le macaque est le véritable propriétaire des photos.

"La loi américaine sur les droits d'auteur n'interdit pas à un animal de détenir de la propriété intellectuelle, et puisque Naruto a pris la photo, les droits lui en reviennent, comme ce serait le cas pour un humain". Voilà ce qu’a indiqué dans sa plainte déposée mardi au tribunal fédéral de San Francisco la célèbre association américaine de défense des droits des animaux PETA (People for the Ethical Treatment of Animals).

Naruto est un macaque de six ans qui s’est pris en selfie en 2011 sur l’île indonésienne de Sulawesi en utilisant l’appareil photo de David Slater, un amateur des clichés de nature. Deux de ses selfies ont par la suite été repris dans un roman photos publié aux éditions Blurb. Le photographe comme l’éditeur sont aujourd’hui poursuivis par PETA.

A lire aussi : Un selfie pris par un singe provoque une guerre de droits d'auteur

Une première pour un animal ?

"Ce sera la première fois qu'un animal est déclaré propriétaire plutôt que propriété (...) qu'un droit est reconnu à un non-humain au-delà des premières nécessités comme la nourriture, le toit, l'eau et les soins vétérinaires", déplore l’association américaine.

Publicité
David Slater, de son côté, estime qu’il est le véritable propriétaire des clichés. Il explique qu’il a installé son appareil sur un trépied et s’est juste absenté pendant quelques minutes, au cours desquelles le singe s’est amusé à appuyer sur le déclencheur. "Tout ça est ruineux pour moi", a-t-il indiqué au Washington Post.

Vidéo sur le même thème : Polémique autour d'un selfie pris par un singe