Une cinquantaine de membres de l’émission Pékin Express one été arrêtés dans une zone très sensible du Nord-Est de l’Inde. En cause : l’utilisation de téléphones satellites sans autorisation. L’affaire, bien que peu lourde de conséquences, a néanmoins retardé le tournage de la course. 

Nouvelle péripétie pour Stéphane Rotenberg et son émission. Alors que le tournage de cette édition 2014 s’apprêtait seulement à commencer, 51 membres du programme, techniciens comme candidats, ont été arrêtés par les autorités indiennes dans la petite ville de Chalsa, au Nord-Est du pays, rapporte le Times of India. En cause ? La possession et l’utilisation d’une multitude de téléphones satellites sans autorisation. Une situation d’autant plus délicate que Chalsa, limitrophe avec le Népal, le Bouthan, le Bangladesh et la Chine, constitue pour les forces armées indiennes une zone aussi sensible que stratégique.

Interrogatoires en série

Après avoir investi l’hôtel où séjournaient les participants, les autorités indiennes les ont ensuite placés en garde à vue, après confiscation préalable de leurs cellulaires. Les détenus d’un soir ont été vite relâchés après un interrogatoire, à l’exception de trois membres de la production. Le tournage, quant à lui, a été suspendu le temps d’obtenir les autorisations nécessaires à l’utilisation des téléphones, fondamentaux pour le bon déroulement de la course.

Publicité
Cette année, le top départ de la 10ème saison de Pékin Express, programme phare de la chaîne M6, sera donné en Birmanie. Après la traversée de l’Etat indien du Nagaland et du Bhoutan, cette nouvelle épopée devrait, en théorie, s’achever au Sri lanka. 

Publicité