Le Quai d’Orsay a démenti la libération des sept otages français enlevés au Cameroun ce jeudi.

"Le Quai d'Orsay dément l'information selon laquelle les otages français seraient libérés", a annoncé le ministère des Affaires étrangères ce jeudi. Un peu plus tôt avant ce communiqué de presse, le ministre camerounais de la Communication avait déclaré : "C'est une folle rumeur. Si d'aventure ce qui s'est dit à travers cette rumeur était une vérité, le gouvernement camerounais aurait déjà porté l'information à la France".

Publicité
Un couac médiatiqueLes trois adultes et les quatre enfants enlevés mardi dans un parc naturel du Cameroun sont donc toujours retenus en otage. Dans la matinée de ce jeudi, un officier camerounais, relayé par l’Agence Française de Presse, avait affirmé : "Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes".  Cette information avait ensuite été reprise par les médias français. Le ministre des Anciens combattants, Kader Arif, s’était lui-même avancé à aborder cette libération au sein de l’Assemblée Nationale : "juste avec la prudence d’usage, je viens d’avoir comme information, à confirmer,  que nos otages français ont été libérés". Il s’était ensuite ravisé : "il s'agissait d'informations transmises par voie de presse, il n'y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade". Alors que Paris soupçonne une secte islamiste nigériane, le Boko Haram, d'être à l'origine de cette prise d'otage, aucune revendication n'a pour le moment été faite.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité