Scotland Yard a indiqué étudier de nouvelles informations sur la mort de la princesse Diana. Des informations selon lesquelles elle aurait été assassinée par le SAS, les troupes d’élite de l’armée britannique.

© Abaca Press

Alors que le seizième anniversaire de la mort de la princesse Diana approche, Scotland Yard a indiqué samedi examiner de nouvelles informations sur les circonstances de sa disparition. Des informations qui lui ont été transmises par la famille d’un soldat membre des SAS (Special Air Services), les troupes d’élite de l’armée britannique, mais que la police regarde avec beaucoup de recul. C’est néanmoins la théorie du complot et la thèse de l’assassinat qui refont surface : selon ce soldat, la mort de Lady Di et de Dodi Al-Fayed n’a pas été causée par un accident de voiture.

Le SAS « est responsable de la mort de la princesse Diana »

Selon le Daily Telegraph, ces informations auraient été transmises à Scotland Yard par la police militaire royale, et auraient fait surface à l’occasion du procès de Danny Nightingale, un tireur d’élite des SAS, reconnu coupable de possession illégale d’armes. Ce sont les beaux-parents d’un témoin au procès, un soldat rebaptisé « soldat N » indique la presse anglaise, qui auraient rapporté ses propos. Selon ses dires, le SAS « est responsable de la mort de la princesse Diana ». Le militaire aurait avoué à sa femme que c’est son unité qui aurait « organisé » la mort de Lady Di et que l’opération aurait par la suite été « dissimulée ».

Accident ou complot ?

Publicité
Face à ces nouvelles informations, Scotland Yard a indiqué examiner « leur pertinence et leur crédibilité », mais a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une « réouverture de l’enquête ». La justice française et la justice britannique ont toujours affirmé que le couple avait trouvé la mort dans un accident de voiture, lequel avait été causé par « imprudence du chauffeur et des paparazzis qui suivaient la voiture », et avaient donc conclu à une « homicide par négligence ». Mais Mohamed Al-Fayed, le père de Dodi Al-Fayed, a toujours soutenu que l’accident survenu le 31 août 1997 sous le pont de l’Alma à Paris était un « piège » tendu par la famille royale pour se débarrasser de la princesse. Lady Di aurait été enceinte, une situation qui aurait fait désordre chez les Windsor, la reine Elizabeth II et le prince Philip auraient donc commandité sa disparition. Mohamed Al-Fayed s’est dit « intéressé de voir les résultats » de cette nouvelle enquête. Les princes William et Harry, ainsi que les services du prince Charles à Clarence House, ont indiqué n’avoir aucun commentaires à faire.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :