Jo Cox, une députée britannique travailliste pro-UE de 41 ans a été abattue et poignardée jeudi après-midi, dans le nord de l’Angleterre. Le tueur présumé était membre d’une organisation néo-nazie basé aux Etats-Unis.

La députée travailliste blessée par balle et à l’arme blanche

La police britannique a annoncé le décès de la députée travailliste pro-UE Jo Cox, jeudi après-midi. Elle avait été attaquée par balles et à l’arme blanche à Birstall, dans le nord de l’Angleterre au cours de la matinée.Touchée par trois balles et sept coups de couteau, elle a succombé à ses blessures. Agée de 41 ans, Jo Cox était une fervente militante pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne. Elle était mariée et mère de deux enfants.

Le tueur était membre d’une organisation néo-nazie

Arrêté jeudi après-midi, le tueur a été identifié sous le nom de Thomas Mair, un homme de 52 ans ayant une "longue histoire avec le nationalisme blanc", d'après le Southern Poverty Law Centre, groupe de défense des droits civiques. Ce dernier a également révélé que "Mair était un partisan dévoué de l'Alliance nationale, qui a été pendant des dizaines d'années l'organisation néo-nazie la plus importante des Etats-Unis".

Même si les motifs du meurtre ne sont pas encore connus, selon un témoin, le meurtrier aurait crié "Britain first", soit "Le Royaume-Uni d'abord" au moment de l'agression. Un détail qui fait écho au combat de Jo Cox pour la cause des réfugiés syriens.

Toujours selon le groupe de défense des droits civiques, Thomas Mair aurait également dépensé plus de 550 euros dans des livres de l'Alliance nationale, groupe qui a appelé à la création d'une nation peuplée exclusivement de Blancs et à l'éradication du peuple juif.

Selon le frère du suspect, interrogé par le Daily Telegraph, Thomas Mair n’était pas violent, ni politisé, cependant "il a des antécédents de maladie mentale, mais il s'est fait aider".

Suspension de la campagne du référendum pro/anti-Brexit

L’annonce de la mort de Jo Cox a été un électrochoc, à moins d’une semaine du référendum sur l’Union Européenne. La campagne où s’opposent les anti-Brexit (pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE) et les pro-Brexit a été immédiatement suspendue. Elle ne devrait pas reprendre avant le week-end, alors que le vote est prévu pour le jeudi 23 juin.

De nombreux hommages

Alors que le village de Birstall rend hommage à la députée ce vendredi, des dizaines de Londoniens se sont rassemblés devant le Parlement, dont le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn et plusieurs autres membres du Labour, rapporte Le Parisien.

David Cameron s’est exprimé sur Twitter : "La mort de Jo Cox est une tragédie. C’était une députée engagée et un membre attentionné du Parlement. Mes pensées vont avec son mari Brendan et ses deux jeunes enfants".

Publicité
D’autres politiques britanniques ont également exprimé leur soutien. De son côté, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que cet évènement était  "une attaque contre tous ceux pour qui la démocratie importe et qui ont foi en elle".

En France, Pierre Moscovici et Manuel Valls ont également Twitté pour exprimer leur tristesse face à cet évènement.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité