Migrants en Méditerranée : que faire ?

Terrible, tous ces migrants, arabes et en majorité africains, la plupart musulmans, qui se noient quotidiennement en Méditerranée devenue un cimetière marin pour ces malheureux... mais que faire ?

Leurs pays sont, soit en destruction par les guerres civiles, soit dirigés souvent par des régimes corrompus et injustes toujours en place depuis la fin de la colonisation. Beaucoup dans ces pays pensent qu'il eut mieux valu qu'ils restent d'abord sous un système de protectorat plutôt que des indépendances précipitées et bâclées ? En effet, ça aurait peut être permis d'éviter les échecs politiques, économiques et sociales de ces pays décolonisés. Mais, surtout, ça aurait peut être permis d'éviter que des citoyens privés de liberté ne sombrent dans la résignation post-coloniale et pour finir, 50 ans après, dans ces tragédies en Méditerranée auxquelles nous assistons impuissants.

Il est indéniable que ces embarcations en direction de l'Europe se sont amplifiées ces derniers temps mais elles ont toujours existées depuis de nombreuses années attirées par cette terre chrétienne devenue un refuge pour ces hommes et ces femmes fuyant la misère et le manque de liberté.

Même des pays très riches comme l'Algerie sont touchés par ces phénomènes migratoires en direction du "monde libre". Combien de millions d'Algériens se sont installés de par le monde et surtout en France, l'ancienne puissance coloniale, après avoir fui le pays depuis l'indépendance en 1962 ? Sans oublier les centaines de milliers de clandestins qui vivotent un peu partout en Europe et aussi ceux appelés les "harragas" toujours en attente d'un espoir de départ depuis les côtes algériennes.

Alors qu'en Occident, encouragé par le Pape, on s'efforce de son mieux pour secourir et accueillir ces personnes désespérées, le monde arabe et africain paraît indifférent voir dépassé. Le Conseil Européen s'est réuni en urgence en respectant une minute de silence et dans la foulée les chefs d'Etat européens se sont rencontrés jeudi 23 avril 2015 mais sans trouver de solution miracle.

À lire aussi - Méditerranée : ce que contient l'accord a minima de l'UE sur les migrants

Pendant ce temps, dans les pays du Golfe, par exemple, on préfère les plaisirs et les jouissances éphémères en dilapidant avec arrogance les richesses pétrolières plutôt que d'aider, soutenir ou donner refuge à tous ces déshérités hommes, femmes et enfants.

Tous les dirigeants des régimes en Orient ou en Afrique, dont certains vivent aussi en Europe et surtout en France disposant d'immenses fortunes, subiront les malédictions de ces naufragés et quelle terrible responsabilité est la leur.

Rien n'arrêtera ces migrants tant que les choses ne changeront pas radicalement vers plus de liberté et vers plus de partage des richesses dans les pays d'origine.