Pour la première fois, Sabine Kehm, la manager de Michael Schumacher, revient sur le rapport que le champion de Formule 1 entretenait avec la presse. 

Depuis l'accident de ski en décembre 2013 de Michael Schumacher, Sabine Kehm fait office de rempart entre la famille de l'ancien champion et la presse. Dans un entetien accordé au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, l'amie et attachée de presse de la famille Schumacher est revenue sur le rapport que le pilote entretenait avec les médias.

Selon Sabine Kehm, avant son accident, Michael Schumacher rêvait de fuir la presse et désirait retrouver sa vie privée. "Dans une longue discus­sion que j’ai eue avec lui, Michael m’a dit :’Tu n’as pas besoin de m’ap­pe­ler pour l’an­née prochaine, je vais dispa­raître'. Je crois que c’était son rêve secret. C’est pourquoi je veux le proté­ger et ne rien lais­ser sortir", a-t-elle confié au journal allemand. Cette ancienne journaliste de 51 ans est déterminée à protéger l'intimité de la famille Schumacher.

A lire aussi : "Réveillé" : la Une scandale d’un magazine allemand sur Schumacher

"Nous devions tenir les journalistes à l'écart" 

Le 29 décembre 2013, Sabine Kehm est en vacances lorsqu'elle apprend que quelque chose de grave vient de se produire. "J'ai reçu l'appel d'un jour­na­liste me deman­dant si je pouvais confir­mer que Michael avait été victime d'un acci­dent", raconte-t-elle. Le soir même elle se trouvait auprès de l'ancien champion. Elle réalise alors qu'il faut préserver sa sécurité. "Nous devions mettre en place un bon système de sécu­rité. Nous devions tenir les jour­na­listes à l'écart ". Elle a ensuite ajouté : "Je comprends la néces­sité d'infor­mer, mais je pense qu'il faut se compor­ter autre­ment lorsque l'on couvre un acci­dent. Là, c'était chao­tique." Selon elle, certains journalistes étaient prêts à tout pour obtenir un cliché du pilote ou récolter des informations. 

Publicité
Aujourd'hui, "Schumi" poursuit sa convalescence dans sa maison à Gland (Suisse). Pourtant le problème des paparazzi est toujours là. Certains d'entre eux tentent d'approcher la maison en passant par le Lac Léman, raconte l'attachée de presse de la famille. De plus, la situation complique véritablement le quotidien de la femme et des deux enfants du pilote. A tel point que le personnel soignant doit désormais surveiller les alentours de la maison avec des jummelles pour prévenir en cas de présences suspectes. 

En vidéo sur le même thème : 'Schumacher n'allait pas trop vite' 

Publicité