Charitable, généreuse, courageuse... Mère Teresa est connue pour ses qualités exemplaires. Mais qui était vraiment cette femme venue de Macédoine ?

Mère Teresa sera canonisée dimanche par le pape François. Non pas que cela change quoi que ce soit pour ses fidèles, qui la considèrent comme sainte depuis sa mort, rapporte Le Point. Cet événement, dont la procédure a été entamée en 1998, donne l'occasion de revenir sur sa vie.

Mère Teresa est née Anjezë Gonxha Bojaxhiu, le 26 août 1910 à Skopje, actuelle capitale de la Macédoine. Élevée dans une famille très catholique selon L'Internaute, elle a quitté la maison familiale en 1928 pour rejoindre l'institut des Sœurs de Lorette, en Irlande. L'année suivante, elle arrive dans la ville indienne de Calcutta afin d'enseigner dans une école de filles dont elle deviendra la directrice en 1944.

À lire aussi – Canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII : un long parcours avant de devenir des saints

Un modèle de vertu ?

C'est en 1948 qu'elle aurait entendu Dieu qui, d'après elle, lui demandait d'aller aider les pauvres. Sans attendre, le 16 août, elle revêt son sari blanc et bleu fétiche et s'en va courir les ruelles miséreuses de Calcutta. Elle fonde en 1950 les "missionnaires de la Charité", qui dispensent soins et enseignements.

Morte d'une tumeur de l’estomac le 5 septembre 1997, elle est devenue une figure mondiale de charité et de bienfaisance. Mère Teresa aura droit à des funérailles nationales au coeur du stade de Calcutta.

Une sainteté controversée

La canonisation d'une personne est le résultat d'une enquête très poussée menée par un ensemble de théologiens. Lorsque Jean-Paul II a entamé la procédure pour canoniser Mère Teresa, un an après la mort de cette dernière, il a dérogé à une première règle : le décès doit remonter à au moins 5 ans, afin de ne pas être décidé à la hâte, rappelle Europe 1.

Il faut également avoir mené une vie vertueuse... et avoir accompli deux miracles. Le premier de Mère Teresa lui a permis d'être béatifiée, de devenir l'objet officiel d'un culte. Il est pourtant sujet à controverse. Une certaine Monica Besra aurait guéri instantanément d'une tumeur lorsqu'un rai de lumière est sorti d'une photographie de la future sainte ! Son médecin, cité par Slate.fr, a pourtant expliqué que sa patiente souffrait d'un simple kyste, résorbé par ses soins.

Publicité
Le deuxième miracle concerne un Brésilien de 35 ans présentant plusieurs tumeurs au cerveau. Les Inrocks rapportent que l'épouse de l'homme aurait prié Mère Teresa pour le sauver, et qu'il se serait réveillé de son coma, totalement guéri. Un miracle "validé" par des experts et accepté récemment par le pape François, d'où la canonisation prévue dimanche. Même si cela ne fait qu'un miracle "prouvé" sur deux.

Vidéo sur le même thème – Aux origines de la "béatification" et de la "canonisation"