Les parlementaires de Malte ont dernièrement voté la marchandisation de sa nationalité. Ainsi, pour 650 000 euros, les ressortissants étrangers pourront obtenir le passeport de l’île. Une décision vivement décriée par l’opposition. 

Un "coût" dur pour la nationalité européenne ? Le Parlement de l’île de Malte, à majorité travailliste, a voté le 12 novembre dernier à La Valette la possibilité pour les non-ressortissants de l’Union européenne d’acheter la nationalité maltaise. Moyennant la somme modique de 650 000 euros, le migrant se verra alors doté d’un passeport lui donnant accès aux 28 pays de l’Union européenne, comme le veut ses principes.

Publicité
Cette mesure, destinée à épauler une économie en difficulté, serait à même, selon le Premier ministre Joseph Muscat, de rapporter près de 30 millions d’euros – au terme de 45 naturalisations – à l’île dès la première année. Celle-ci a également pour vœu d’attirer des ressortissants jugés de "haute valeur", en mesure de venir renflouer les caisses de l’Etat au moyen d’investissements dans l’économie du pays. Vivement décriée par l’opposition, la mesure est considérée comme propice à l’instauration d’un amalgame confondant l’île à un paradis fiscal semblable à ceux présents dans les Caraïbes.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité